Vous êtes ici

Érythrée – document de stratégie pays intérimaire (DSP-I) 2017-2019

17-nov-2017

Contexte du pays : Depuis son accession à l’indépendance en 1993, l’Érythrée s’est dotée d’un système politique centralisé à parti unique. Cependant, le Gouvernement organise des élections concurrentielles aux échelons locaux, communément appelés zobas et sous-zobas. En outre, le pays continue de connaître une stabilité politique et sociale relative et la paix. Le taux de croissance annuel moyen du PIB réel est tombé de 1,7 % en 2014 à 0,3 % en 2015, mais s’est redressé de 3,8% en 2016. Malgré le faible rythme de croissance économique, l’Érythrée a réussi à faire reculer le niveau de pauvreté de 64 % en 2002 et à environ 58 % en 2015. Cependant, le pays reste confronté à un certain nombre de défis de développement qui étouffent la croissance inclusive. Les défis majeurs ont trait au déficit d’infrastructures, en particulier l’eau et l’assainissement, l’énergie, le logement et les systèmes d’irrigation rurale, les structures de commercialisation, les intrants et les technologies à haut rendement. D’autres défis sont liés au manque de compétences et de services de vulgarisation pour les agriculteurs, aux systèmes inefficaces de gestion des terres (dont l’effet combiné se traduit par une faible productivité agricole), aux lacunes de gouvernance publique et de capacité institutionnelle, et au sous-développement du secteur industriel qui s’explique par l’état embryonnaire et restreint des secteurs privé et financier. La contribution déterminée au niveau national de l'Érythrée (NDC) à l'Accord de Paris reconnaît le défi du changement climatique. Pour remédier à cela, le NDC met l'accent sur l'agriculture ainsi que la gestion des terres et l'énergie, entre autres, comme des priorités à la fois pour l'atténuation et l'adaptation au changement climatique.

Sections Connexes