Vous êtes ici

Création du Fonds africain pour l’intégrité

21-Feb-2017

Il est amplement prouvé que les pratiques interdites1 et les flux financiers illicites ont un impact négatif sur les économies et les sociétés africaines. De nombreuses recherches effectuées, à la fois au sein des Pays Membres Régionaux (« PMR ») du Groupe de la Banque africaine de développement (« BAD » ou « la Banque ») et en dehors de ces derniers, ont démontré que les pratiques interdites sont un facteur qui fragilise la stabilité politique, entrave le progrès économique et aggrave la fracture sociale sur le continent. Les conséquences inquiétantes de la corruption généralisée sur la performance des institutions publiques et sur l'efficacité du développement sont largement documentées : En détournant l'affectation des ressources, la corruption augmente les prix des biens et services publics tout en réduisant la qualité des prestations et en limitant l'accès aux pauvres qui ne sont pas en mesure de payer le prix de la corruption.

Sections Connexes