Vous êtes ici

Guinée - Projet d’appui à la transformation de l’agriculture guinéenne et de l’entreprenariat agricole des jeunes - (PATAG EAJ) – Rapport d’évaluation

21-jan-2019

L’agriculture demeure en Guinée, le noyau principal des politiques de développement et la principale source de revenu pour 631 % de la population vivant en milieu rural et crée 80% des emplois du pays. Elle contribue à environ 25% au PIB et occupe près de 80% de la population guinéenne. Le riz constitue la culture vivrière dominante avec 67% des superficies emblavées, 65% des besoins céréaliers du pays, 37% de la population active, 80% des exploitants agricoles, 23% du PIB primaire et 6% du PIB national. Il représente en moyenne 20% du budget de consommation des populations et le déficit alimentaire est comblé annuellement par des importations de riz d’environ 600.000 tonnes. Le Projet d’Appui à la Transformation de l’Agriculture Guinéenne et l’Entrepreneuriat Agricole des Jeunes (PATAG EAJ) est conçu dans le cadre d’une démarche participative et inclusive qui a associé l’ensemble des parties prenantes, notamment les organisations de producteurs, les collectivités locales et les services techniques déconcentrés de l’Administration publique. Ces concertations, ainsi que les études réalisées avec le PPF PATAG EAJ en 2018, ont permis de faire un état exhaustif des lieux et d’identifier les besoins en développement de transformation de l’agriculture guinéenne par la promotion des chaines de valeur riz et maraichage et les modalités de mise en œuvre les plus adaptées dans les deux préfectures Boké et Boffa. La formulation du PATAG EAJ a tenu compte aussi, du contexte de la fragilité du pays, des leçons tirées des projets de la Banque et des autres partenaires en Guinée, tout en développant des synergies et complémentarités. Tenant compte des orientations stratégiques du Pays et de la Banque, la formulation du projet a mis un accent particulier sur les thématiques : (i) infrastructures hydro-agricoles et d’accès au marché, (ii) développement des chaînes de valeur, (iii) emploi décent des jeunes, l’autonomisation et la promotion du leadership des femmes et (iv) amélioration de la résilience et adaptation aux effets des changements climatiques.

Sections Connexes