Vous êtes ici

Kenya - Projet d’extension des pistes de l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) - construction d’une 2ème piste d’atterrissage - Rapport d’évaluation

24-sep-2019

La construction de la deuxième piste repose sur le Plan directeur 2010 de l’aéroport JKIA et est conforme aux objectifs et priorités de développement du Gouvernement kényan, dans le cadre de sa Vision 2030, ainsi qu’à la Stratégie des Cinq grandes priorités de la Banque (High 5) qui appuient les projets visant à améliorer l’efficacité économique, renforcer l’intégration régionale et faciliter les échanges internationaux. Le projet comprend : i) la construction d’une piste parallèle de 4,9 km à une distance de 2,35 km de celle existante, qui reliera les voies de circulation et sera dotée de capacités de Catégorie II ; ii) une unité et des camions de lutte contre l’incendie ; et iii) la construction d’une berme plantée d’arbres afin de réduire l’impact sonore. Les services de consultants concernent la supervision des travaux de construction, le suivi et l’évaluation, ainsi que la mise à jour du Plan directeur de JKIA et l’élaboration d’une stratégie nationale de développement aéroportuaire. Le renforcement des capacités institutionnelles comprendra : l’Étude sur la planification de l’entretien du revêtement de l’aéroport et la formation du personnel de KAA et de KCAA. Quant aux équipements qui seront fournis, il s’agit d’équipements ATC modernes, d’ambulifts, d’aides à la navigation et de systèmes météorologiques. Le coût estimatif du projet, qui s’élève à 189,6 millions de dollars EU, est cofinancé par le Groupe de la Banque (84,4 %) et le Gouvernement (15,6 %). La durée de la période de construction est de 30 mois. Au nombre des bénéficiaires du projet figurent quelque 80 millions de ressortissants du Kenya et de l’Afrique de l’Est, qui sont directement desservis par la plateforme aéroportuaire. L’extension de l’infrastructure aéroportuaire vise à améliorer la connectivité entre le Kenya et le reste du monde, ce qui facilitera les exportations et importations à haute valeur ajoutée et l’augmentation des recettes touristiques, et fera progresser le Kenya vers une économie à revenu intermédiaire.

Sections Connexes