Vous êtes ici

Madagascar - Ocean Indien : Projet d’aménagement de corridors et de facilitation du commerce – Rapport d’évaluation

17-déc-2018

Le faible développement et la vétusté des infrastructures de transport restent l’un des premiers freins au développement des échanges de Madagascar avec les autres pays membres du Marché commun de l’Afrique de l’Est et Australe (COMESA), de la Communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC) et de la Commission de l’Océan Indien (COI) et, par conséquent à la promotion de l’intégration régionale. Le réseau routier du pays n’a quasiment pas connu d’évolution majeure au cours des dix dernières années, du fait entre autres, de l’impact de la crise politique de 2009-2013. Seulement 24,6% du réseau revêtu est en bon état. Selon l’index 2018 de développement des infrastructures en Afrique, publié par la Banque, Madagascar n’obtient qu’un score très faible pour le transport, de 3,01 points sur 100. Le transport de marchandises est estimé à environ 8 millions de tonnes par an dont 3 millions de tonnes d’échanges intérieurs de produits agricoles locaux, 1,5 millions de tonnes de distribution intérieure de marchandises importées et, 3,5 millions de tonnes au titre des échanges avec l’extérieur de marchandises sèches, dont 1,5 millions de tonnes de marchandises conteneurisées.

Sections Connexes