Vous êtes ici

Document de travail 153 - L'accés aux marchés obligataires domestiques pour le financement des infrastructures : Enseignements à tirer pour l'Afrique

08-oct-2012

Selon les estimations de la Banque africaine de développement (BAD), le Plan d’action prioritaire (PAP) du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PDIA) (African Union Commission et al., 2012) nécessitera 68 milliards de dollars jusqu’en 2020 pour couvrir les projets d’infrastructures régionales en énergie, en transport, en TIC et en réseaux transfrontaliers d’adduction d’eau (voir annexe 2). Les fonds provenant de sources intérieures2 représenteraient, selon les estimations, plus de 50 % du montant du PDIA d’ici à 2020, mais on pense qu’il pourrait atteindre les deux tiers environ en 2030 et 75 % en 2040. Globalement, le coût de la mise à niveau et de la modernisation des infrastructures en Afrique devrait être de l’ordre de 360 milliards USD jusqu’à l’année 2040 pour les projets identifiés au titre du PDIA.

Sections Connexes