Ouverture des Assemblées annuelles de la BAD à Ahmedabad : Mise en évidence de la coopération bénéfique Afrique-Inde

23/05/2017
Share |

Les 52es Assemblées annuelles du Conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement (BAD) et les 43es réunions du Conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement (FAD) ont débuté à Ahmedabad, en Inde, le mardi 23 mai 2017 avec des appels en faveur d’une plus grande coopération entre la Banque et l’Inde pour aider à la transformation de l’Afrique.

S’adressant aux plus de 3 000 participants réunis au Palais des congrès et des expositions Mahatma Mandir, Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement, a souligné les efforts entrepris par la Banque pour mettre en œuvre sa stratégie décennale 2013-2022 qu’illustrent les priorités du Top 5. Il s’agit : d’éclairer et d’électrifier l’Afrique, de nourrir l’Afrique, d’industrialiser l’Afrique, d’intégrer l’Afrique, et d’améliorer la qualité de vie des populations d’Afrique.

Compte-tenu de la nécessité croissante de répondre aux exigences du Top 5, les opérations du Groupe de la Banque, dont le nombre s’est élevé à 305 en 2016, se sont accrues de plus de 17 % par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, les investissements cumulés ont augmenté de 19 %, soit 10,45 milliards de dollars EU, par rapport à ceux de 2015.

De façon concrète, plus de 22 millions de personnes ont bénéficié des services financiers de la Banque grâce à un meilleur accès à l’eau et à l’assainissement, aux soins de santé, à l’électricité, aux activités agricoles et aux transports, entre autres ; dans le même temps, 630 000 personnes – principalement des jeunes et des femmes – ont bénéficié de son projet en faveur des « agri-preneurs », qui vise à aider les jeunes diplômés à se lancer dans l’agriculture en tant qu’activité commerciale.

Le thème central des Assemblées annuelles, « Transformer l’agriculture pour la création de richesses en Afrique », souligne l’importance de l’agriculture pour la transformation de l’Afrique, la Banque comptant sur l’engagement de la population jeune en croissance rapide du continent dans l’agriculture en tant qu’activité professionnelle pour la réalisation d’une réelle transformation.

« Pour se développer avec fierté, l’Afrique doit se nourrir », a déclaré Adesina, en indiquant que les importations alimentaires du continent vont presque tripler et atteindre 110 milliards de dollars EU par an d’ici à 2025, ce qui perturbera la stabilité macroéconomique et fiscale du continent.

Adesina a également soulevé la question du chômage des jeunes en Afrique et a indiqué que la Banque s’est lancée dans la création de 25 millions d’emplois qui auront une incidence sur 50 millions de jeunes dans les 10 prochaines années : elle a investi 800 millions de dollars EU en 2016 pour apporter son soutien à 50 000 jeunes agriculteurs commerciaux et agro-industriels dans huit pays.

Les investissements dans l’agriculture permettront aux économies africaines de croître de 10 à 20 %, a-t-il dit. Ils réduiront le nombre de migrants - dont pas moins d’un million sont partis d’Afrique vers l’Europe au cours de la seule année 2016 - et éviteront la perte de plus de 5 000 jeunes vies, dont l’avenir est aujourd’hui enterré au fond de la mer Méditerranée.

Adesina a également souligné la nécessité d’intéresser le secteur privé aux projets du Top 5 de la Banque ; c’est ainsi que le lancement imminent du Forum des investissements en Afrique, une structure entièrement transactionnelle, permettra la conclusion de gros contrats et la réalisation d’investissements accélérés en Afrique à partir de fonds de pension, de compagnies d’assurance, de fonds souverains et d’autres investisseurs institutionnels.

« En notre capacité de Banque de l’Afrique, notre mission est de croire en l’Afrique de demain. Nous ferons confiance aux jeunes, nous soutiendrons leurs rêves, nous stimulerons leur créativité et nous favoriserons leur esprit d’entrepreneuriat », a-t-il affirmé.

La Banque va également investir 12 milliards de dollars EU dans le secteur de l’énergie au cours des cinq prochaines années, tout en mobilisant 50 milliards de dollars EU du secteur privé. Elle a créé une vice-présidence consacrée à l’électricité, à l’énergie, au climat et à la croissance verte, et a recruté du personnel de calibre international à cet effet. En 2016, la Bad a investi 1,7 milliard de dollars EU dans le secteur de l’énergie et a réussi à mobiliser 2,5 milliards de dollars EU. Le dernier kilomètre de raccordement électrique au Kenya permet à un million de personnes de bénéficier de l’électricité. La Banque a dirigé un processus de syndication bancaire portant sur un prêt de 965 millions de dollars EU à Eskom, la compagnie d’électricité nationale sud-africaine. Ce prêt est le plus important jamais effectué dans l’histoire de l’Afrique. Elle a également fourni à l’Algérie un appui d’ordre budgétaire s’élevant à un milliard de dollars EU pour la réforme de son secteur de l’énergie.

Adesina a insisté sur le fait que pour faire davantage pour l’Afrique, ses économies, ses jeunes et ses femmes, la Banque a besoin de ressources supplémentaires. Par conséquent, il est nécessaire d’entamer des discussions sur la recapitalisation de la Banque. Il a évoqué l’appel lancé par Gerd Mueller, le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement, lors de sa récente visite dans certains pays africains et à la Banque : « La Banque africaine de développement est la voix de l’Afrique », a-t-il déclaré. « Il lui faudra obtenir davantage de ressources pour faire plus pour l’Afrique ». À cet égard, une banque recapitalisée sera en mesure de déployer des ressources pour répondre rapidement aux besoins croissants du continent en faveur de son développement.

« Les vastes possibilités d’investissement de l’Afrique vous attendent – de l’agriculture et de l’agro-industrie à l’énergie, les infrastructures et les services financiers – et la Banque africaine de développement et ses partenaires seront là pour vous aider à faire progresser vos participations », a ajouté Adesina.

Le Premier ministre Modi appelle à la mise sur pied d’un corridor de croissance Asie-Afrique

Pour sa part, le Premier ministre Modi a rappelé l’existence de forts liens séculaires entre l’Inde et l’Afrique, notant que le partenariat de l’Inde avec l’Afrique se fonde sur un modèle de coopération qui répond aux besoins de l’Afrique.

Il a lancé un appel en faveur de la création d’un corridor de croissance entre l’Asie et l’Afrique, soutenu par le Japon et l’Inde, pour assurer le développement de l’Afrique.

L’on peut glaner énormément de savoir-faire de l’Inde - depuis l’élaboration de systèmes informatiques modernes jusqu’à la gestion d’infrastructures ferroviaires étendues - dont l’Afrique peut bénéficier.

« En 2018, aucun village en Inde ne sera dépourvu d’électricité », a déclaré M. Modi, qui a occupé, pendant 15 ans, le poste Premier ministre de Gujarat, l’État d’origine du Mahatma Gandhi.

« L’Inde est le cinquième pays investisseur le plus important en Afrique. Elle a investi 54 milliards de dollars EU sur le continent au cours des deux dernières décennies », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a conclu son intervention en disant que « si il est vrai que l’Inde ne pourra probablement jamais rivaliser avec des coureurs de fond, elle se solidarisera toujours avec l’Afrique dans le grand marathon du développement ».

Bill Gates envoie un message de solidarité

Pour sa part, Bill Gates a exprimé son soutien aux assemblées dans une déclaration retransmise via une vidéo, et qui souligne l’importance du partenariat avec l’Afrique. Il a déclaré que les partenariats sont un moyen puissant à utiliser pour aider l’Afrique à progresser.

Les présidents Macky Sall du Sénégal et Patrice Talon du Bénin, ainsi que le vice-président Daniel Kablan Duncan de la Côte d’Ivoire ont participé à la cérémonie aux côtés d’Arun Jaitley, ministre des Finances de l’Inde, et de Vijay Rupani, ministre principal de l’État du Gujarat.

Pour en savoir plus sur les Assemblées, prière de visiter www.afdb.org/am

Lire l’intégralité du discours du président Adesina

#AfDBAM 2017


Opening Ceremony, AM 2017