Éthiopie : la BAD débloque 92,9 millions $ pour désenclaver le sud du pays

08/12/2016
Share |

Le 7 décembre 2016, le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un prêt de 92,9 millions de dollars EU au gouvernement de la République d’Ethiopie. Ce financement est destiné à la construction de 240 km de routes dans l’État de l’Oromia et l’État régional des nations, nationalités et peuples du Sud (SNNP).

Plus d’un million quatre cent mille personnes, réparties dans huit woredas (districts), vont bénéficier de ce projet, qui va transformer les conditions de vie dans ces zones rurales et y accélérer le développement de l’agro-industrie.

Le projet porte sur deux tronçons routiers, l’un connectant les villes de Jimma et Chida (distantes de 80 km) et l’autre les localités de Sawala et Sodo (160 km). La construction d’une route praticable en toutes saisons facilitera les échanges avec le reste du pays, notamment avec la capitale, Addis Abeba, améliorant ainsi le quotidien des populations vivant dans ces zones relativement reculées. Les services sociaux et administratifs leur seront ainsi plus accessibles et de nouvelles perspectives s’offriront à l’économie locale.

Les deux routes sont toutes les deux situées dans des régions à fort potentiel agricole, productrices notamment de sésame et de café.

« Grace au projet, les populations de la région de Sawla ne vivront plus en marge de l’économie ni de l’administration du pays », a déclaré Mumina Wa-Kyendo, en charge du projet au sein de la BAD. Avant d’expliquer : « La nouvelle route va permettre l’essor du commerce. Un volet du projet est d’ailleurs dédié au renforcement des capacités d’action des femmes entrepreneures. Concernant le volet social, le projet prévoit de transformer les trois camps construits pour les besoins du chantier en écoles et en centres de santé, rapprochant ainsi ces services sociaux de la population ».

« L’investissement met en lumière l’approche intégrée que la BAD a adoptée, en conformité avec sa Stratégie sur dix ans (2013-2022) et le deuxième Plan pour la croissance et la transformation (GTP II) du gouvernement éthiopien, a souligné quant à lui Amadou Oumarou, directeur du Département transport et TIC au sein de la Banque. Les deux feuilles de route soulignent l’importance des infrastructures de transport comme levier de transformation du secteur agricole. Le programme lancé aujourd’hui s’aligne sur les Cinq grandes priorités de la BAD, qui incluent notamment le développement de l’agriculture, l’intégration régionale et l’inclusion sociale ».

Outre la construction de la route, ce projet aura d’autres actions positives, comme l’équipement du service des urgences de l’hôpital de Sawla, un programme d’appui aux femmes entrepreneurs, et le renforcement des capacités des équipes du ministère éthiopien des Transports et de l’Autorités éthiopienne des routes. Ces deux administrations seront accompagnées et formées sur un large panel de sujets, tels que les politiques de transport, l’adaptation au changement climatique et les réponses aux catastrophes naturelles.

D’un coût total de 264,3 millions de dollars EU, le projet est co-financé, outre la BAD, par le gouvernement éthiopien, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et le Fonds nordique de développement (NDF).

Pour la Banque comme pour les autorités éthiopiennes, cet investissement constitue un jalon important vers la pleine intégration des populations du sud du pays – aux plans spatial, social et économique. Dans le sud de l’Ethiopie, les prêts accordés la Banque à des projets de transport atteignent désormais près d’un milliard de dollars EU au total.