La BAD accorde un prêt de 150 millions d’euros au Cameroun pour libérer son potentiel énergétique

29/11/2017
Share |

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) a approuvé le 28 novembre 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire, à travers son guichet du secteur privé, un prêt senior de 150 millions d'Euros qui, avec l’appui d’autres partenaires financiers, servira au financement du projet hydroélectrique Nachtigal de 420 MW au Cameroun.

Nachtigal devrait entrer en service en 2022, majorant ainsi de 30% la capacité du pays, tout en contribuant à réduire les coûts de production à long terme. Cette approbation s’inscrit résolument dans la démarche de la Banque Africaine de Développement qui vise à promouvoir les énergies renouvelables, dont la part du portefeuille de génération d’électricité est passée de 14% entre 2007 et 2011 à 70% entre 2012 et 2017.

Le Conseil d’Administration de la Banque Africaine de Développement a rappelé les défis actuels qui affectent le secteur électrique et a prôné une approche intégrée permettant de les relever adéquatement et efficacement avec l’assistance d’autres partenaires au développement compte tenu de la nature structurante du projet.

La  centrale hydroélectrique au fil de l’eau de 420 MW, conjointement conçue et développée par la République du Cameroun, EDF International-Electricité de France et la SFI – Société Financière Internationale, est une composante essentielle du Plan national de développement du secteur de l’électricité (PDSE) et a été retenu comme une priorité majeure pour le pays.

La Banque Africaine de Développement a fourni des services de conseil au Gouvernement camerounais à travers la Facilité africaine de soutien juridique, ALSF, dans le cadre du développement du projet.

Nachtigal fournira une énergie propre et fiable à un prix compétitif, permettant, par la même, de stimuler la croissance économique et d’accroître la création d’emplois, tout en comblant les déficits énergétiques du Cameroun et de la sous-région. Le recours à l’hydroélectricité contribuera à réduire l’utilisation des combustibles fossiles, avec des impacts positifs sur l’environnement et des retombées socioéconomiques sur les communautés environnantes.

Le projet cadre parfaitement avec la première des priorités opérationnelles de l’institution, les High5,  « Eclairer et électrifier l’Afrique ». Il s’accorde également avec la Stratégie décennale (2013 – 2022) de la Banque ainsi qu’avec sa stratégie d’intervention au Cameroun. Il contribuera à la Vision 2035 du pays qui ambitionne de transformer le pays en une économie industrialisée émergente, en augmentant, notamment, la capacité, l’efficience et la durabilité en matière de production d’énergie. Cette intervention de la Banque répond au besoin impérieux de mettre en place une capacité de production supplémentaire au Cameroun, induisant ainsi un impact majeur sur le développement. En outre, elle vient en complément des investissements déjà consentis en direction du secteur électrique Camerounais (ENEO,  Kribi, Dibamba, Lom Pangar, PRERETD - Projet de Renforcement et d’Extension des Réseaux de Transport et d’Electricité) et témoigne du solide engagement de la Banque africaine de développement envers le secteur de l’énergie au Cameroun.


Sections Connexes