L’Évaluation indépendante de la BAD partage sa méthodologie et renforce ses capacités à la Conférence Internationale de l'AfrEA

29/03/2017
Share |

Le Département de l’Évaluation indépendante du développement (IDEV) du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est représenté à la 8e conférence internationale de l’Association africaine d’évaluation (AfrEA), du 27 au 31 mars 2017, à Kampala, en Ouganda, qui a pour thème cette année : « Évaluation des Objectifs de développement durable (ODD) : opportunités et défis pour l’Afrique ».

Pour l’occasion, les experts de l’Évaluation indépendante du développement de la BAD animeront trois sessions de partage des connaissances et de développement des capacités d’évaluation.

Jeudi 30 mars, 10 h 30 – 13 h 00

Seront dévoilées les conclusions principales de l’Évaluation globale des résultats de développement (EGRD), une étude du groupe de la BAD conduite par IDEV, présentées par Samer Hachem, chef de division au sein du Département IDEV. Cette étude des résultats de développement est la plus importante que la BAD ait jamais réalisée, tant en termes de portée que d’impact potentiel sur les acteurs du développement. L’évaluation passe au crible les secteurs, les pays et régions d’Afrique, étayant en données probantes la performance de la Banque dans le contexte de son mandat et ses ressources. M. Hachem présentera également les recommandations qui découlent de l’étude en matière de positionnement stratégique, de mise en œuvre de cadres de performance et de responsabilité, et de supervision des opérations du développement des secteurs public et privé.

Vendredi 31 mars, 08 h 30 – 10 h 00

Lors de cette session, IDEV donnera un aperçu de la méthodologie à adopter pour conduire des évaluations à très grande échelle, dans la perspective des évaluations des Objectifs de développement durable, qui auront une portée et complexité similaires. Les évaluateurs d’IDEV feront part de leur expérience en matière de conception et de conduite de l’Évaluation globale des résultats de développement (EGRD) du Groupe de la BAD, en indiquant comment ont été sélectionné les quatorze pays retenus dans ladite étude, car considérés comme étant représentatifs du portefeuille de prêts de la BAD en termes de régions, de langues, d’éligibilité à différentes sources de financement et de statut de fragilité. Seront également présentées les méthodes qualitatives et quantitatives et les méthodes de triangulation, en s’appuyant sur des revues documentaires, des entretiens avec des acteurs clés, des discussions de groupe et l’analyse de données. Des experts invités, autres que ceux de la Banque, discuteront de la méthodologie que prône IDEV.

Vendredi 31 mars, 10 h 30 – 13 h 00

Cette session met en lumière la façon dont les parlementaires peuvent être agents du changement dans la mise en œuvre des ODD. Actuellement, IDEV héberge le secrétariat du Réseau des parlementaires africains pour l'évaluation du développement (APNODE), pour lequel il joue un rôle crucial dans le développement des capacités d’évaluation. Comment le fossé entre utilisateurs et fournisseurs de l’évaluation peut-il être comblé, l’opportunité qu’ont les parlementaires de jouer un rôle plus important dans le développement et la mise en œuvre de politiques nationales d’évaluation, comment ils peuvent se servir efficacement de leur mandat pour influencer la mise en œuvre des ODD, sont quelques-unes des problématiques au programme.