La BAD s’allie à l’université de Purdue pour rendre les technologies accessibles aux agriculteurs africains

La BAD participera à la conférence sur le déploiement des technologies agricoles (« Scale Up ») en septembre 2018

02/11/2017
Share |

La BAD s’allie à l’université de Purdue pour rendre les technologies accessibles aux agriculteurs africains

La Banque africaine de développement (BAD) et l’université américaine de Purdue sont convenues d’unir leurs forces pour rendre les technologies accessibles à des millions d’agriculteurs en Afrique.

Dans le cadre de ce partenariat, une conférence sur le déploiement des technologies agricoles dans les pays en développement se tiendra du 25 au 27 septembre 2018 à l’université de Purdue à West Lafayette, dans l’Indiana, aux Etats-Unis.

« Plusieurs technologies sont déjà disponibles et peuvent être mises à la disposition des agriculteurs en Afrique. Nous avons exprimé notre vif intérêt pour soutenir et participer à la conférence prévue en septembre 2018 », a déclaré le président de la BAD Akinwumi Adesina, lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation.

S’exprimant le 23 octobre 2017 à l’université de Purdue, lors d’une réunion avec les chercheurs et les professeurs, M. Adesina a souligné la nécessité de mettre les technologies au service des agriculteurs. Il a également expliqué pourquoi l’Afrique doit modifier ses méthodes de vulgarisation agricole.

Le programme « Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique » (TAAT) de la BAD, en cours de finalisation, est une approche axée sur la connaissance et l’innovation en vue de vulgariser les technologies expérimentées en Afrique et qui mettra en œuvre des plans ambitieux pour contribuer à la transformation rapide de l’agriculture sur le continent, a précisé le président de la BAD.

 « Nous souhaitons, a-t-il ajouté, sortir les travaux de recherche et les technologies des tiroirs afin de les mettre à la disposition des agriculteurs ».

La conférence aura pour thème : « Innovations dans le domaine de l’agriculture : en faire profiter des millions de personnes » et intégrera des discussions sur les meilleures pratiques et les défis relatifs au déploiement des technologies agricoles dans le monde en développement.

Les participants viendront du monde universitaire, d’organismes d’exécution, du secteur privé, d’entreprises confirmées et de jeunes entreprises, des gouvernements et décideurs politiques des pays utilisateurs, de la communauté des bailleurs et des investisseurs privés ainsi que des utilisateurs finaux, notamment des agriculteurs et des « agripreneurs ».

Suzanne Nielsen, professeure et membre du Bureau des partenariats privés et internationaux à l’université de Purdue, a expliqué comment l’institution universitaire cherche à maximiser les retombées dans le monde, en travaillant avec ses partenaires pour faire évoluer les systèmes et processus en vue d’assurer la sécurité alimentaire.

« Je note avec grand plaisir que Purdue a montré la voie en matière de stockage des céréales pour les petits agriculteurs dans le cadre du projet d’amélioration du stockage des récoltes à travers Purdue Improved Crop Storage - PICS. Dans 23 pays d’Afrique et d’Asie, dans plus de 47 000 villages, nous avons formé plus de 3 millions d’agriculteurs à l’utilisation de “sacs PICS” pour éviter le gaspillage de nourriture », a-t-elle détaillé.

Mme Nielson a souligné dans quelle mesure la conférence permettrait aux différents publics de mieux comprendre le déploiement des technologies et ses facteurs de réussite. 

Le président de la BAD a profité de cette occasion pour encourager les programmes de jumelage entre les universités américaines et africaines afin de renforcer l’entrepreneuriat agricole sur le continent. Selon lui, il est fondamental d’établir un lien entre formation et entrepreneuriat en Afrique.

« Le problème en Afrique n’est pas tant le manque de technologies que la manière dont elles doivent être déployées à grande échelle auprès de millions d’agriculteurs », a-t-il ajouté.

Le directeur du Purdue Center for Global Food Security et lauréat du Prix mondial de l’alimentation en 2009, Gebisa Ejeta, a, pour sa part, souligné la nécessité de créer au moins une université de rang mondial dans chaque pays africain.

« De cette manière, nous pourrons encourager l’adoption et le transfert des technologies en Afrique », a-t-il justifié.