Tchad : la Banque africaine de développement parmi les plus gros donateurs de la table ronde de Paris, avec 540 millions de dollars

13/09/2017
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) contribuera au nouveau Plan national de développement (PND) du Tchad à hauteur de 540 millions de dollars américains. En outre, la BAD offre au pays la possibilité de mobiliser des financements additionnels à travers son guichet réservé au secteur privé, et ce, en faveur des projets à haute viabilité commerciale purement privés ou en partenariat public-privé. La BAD aidera au renforcement des capacités institutionnelles du Tchad et au développement des projets bancables.  L’engagement en a été pris lors de la table ronde internationale organisée par le Tchad à Paris, du 6 au 8 septembre 2017, dans le but de réunir les financements nécessaires à la mise en œuvre de son PND adopté en juillet dernier et qui couvre la période 2017 à 2021.

Partenaire de choix du Tchad, l’un de ses 54 pays membres, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) y était fortement représenté par une importante délégation composée du vice-président chargé du développement régional et de l’intégration régionale, Khaled Sherif,  du vice-président chargé de l’électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, Amadou Hott et du directeur général pour la région de l’Afrique centrale, Ousmane Doré, le président, Akinwumi Adesina, n’ayant pu faire le déplacement.

Organisée sous le patronage, et en présence, du chef de l’État Idriss Déby Itno, cette table ronde a réuni, outre les membres du gouvernement tchadien, près de 600 personnes – chefs d’État, décideurs et personnalités de premier plan : le Premier ministre de la République française Édouard Philippe, le président de la République islamique de Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz, ainsi que le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat. Plusieurs partenaires au développement et de nombreux investisseurs privés ont également pris part à cette rencontre.

Le Tchad est parvenu, avec succès, à mobiliser 12,9 milliards de dollars américains (7 120 milliards de FCFA environ) de promesses de financements après des bailleurs internationaux, publics et privés, un montant bien au-delà des objectifs – le triple – que le pays s’était fixés pour cette table ronde dans la capitale française.

La BAD s’impose parmi les plus gros donateurs de cette réunion de bailleurs pour les années 2017 à 2021 que couvre le Plan national de développement (PND) du pays.

« Les objectifs du PND du Tchad rejoignent pleinement la vision du groupe de la Banque africaine de développement », a déclaré Amadou Hott, s’exprimant au nom du président de la Banque africaine de développement. Lancé sous la houlette de la "Vision 2030 - Le Tchad que nous voulons”, ce plan ambitieux fait écho aux priorités que la Banque s’est assignées pour accélérer le développement de ses  pays membres : écho direct à ses Cinq grandes priorités (dites “Top 5”), avec une place de choix accordée notamment à l’agriculture – “Nourrir l’Afrique” – et à l’énergie – “Éclairer l’Afrique –, mais aussi à la diversification de l’économie, au renforcement du secteur privé et à la création d’emplois.

« C’est pour cette raison que la Banque africaine de développement entend continuer de soutenir les efforts du Tchad, avec des projets et des programmes qui relèvent de cette vision commune du développement, notamment dans les domaines énergétique et agroindustriel, et en mettant l’accent sur l’emploi des jeunes. », a conclu le président Adesina.

Active au Tchad depuis plus de trente ans, la Banque y déploie un portefeuille actif de 13 opérations, qui représentent près de 250 millions de dollars américains d’engagements nets. Trois secteurs concentrent près de 90 % de ses investissements : les transports, l’agriculture et les ressources naturelles, ainsi que la gouvernance. En juillet 2017, la Banque a confirmé qu’elle financera la future centrale solaire de Djermaya, d’une capacité de 32 MW et située à une trentaine de kilomètres de N’Djamena, ainsi qu’à l’interconnexion électrique entre le Tchad et le Cameroun.