Forum sur la révolution verte en Afrique : la BAD veut mettre davantage l’accent sur la concrétisation, alors que l’AGRF s’ouvre à Abidjan

« La terre est déjà labourée. Ensemble, semons maintenant les graines de l’espoir et nous en récolterons une abondante moisson dans les années à venir. » – Akinwumi Adesina, président de la BAD

29/08/2017
Share |

Seed growing

Alors que s’ouvre, lundi 4 septembre, l’édition 2017 du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF), le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, souhaite que l’accent soit mis sur la mise en œuvre de plans concrets pour accomplir la révolution verte en Afrique.

Cette septième édition du Forum sur la révolution verte en Afrique, qui se tient du 4 au 8 septembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, a pour thème « Accélérer la marche de l’Afrique vers la prospérité : contribuer à la croissance d’économies inclusives et à la création d’emplois grâce à l’agriculture ».

Le Forum est organisé par l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), une organisation africaine qui a pour but de mettre les agriculteurs au cœur des économies en croissance du continent. L’AGRA s’appuie sur une alliance de partenaires qui, désireux d’enclencher la transformation agricole de l’Afrique, se mobilisent et investissent en ce sens.

La Banque africaine de développement est l’un des partenaires de l’AGRF, avec l’Union africaine, l’African Fertilizer and Agribusiness Partnership (AFAP), l’AGRA, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (IFAD), la Fondation Mastercard, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), le Groupe OCP Afrique, la Fondation Rockefeller, la Confédération des syndicats agricoles de l’Afrique australe (SACAU), Syngenta, et YARA International.

La Banque africaine de développement est fière de s’associer au Forum sur la révolution verte à Abidjan.

« Tandis que nous convergeons tous vers Abidjan pour l’édition annuelle du Forum sur la révolution verte en Afrique, nous devons nous focaliser sur la mise en œuvre », déclare ainsi Akinwumi Adesina, président de la BAD, dans un message vidéo. Et de souligner que, cette année, le Forum survient alors que certaines nations africaines connaissent des épisodes de sécheresse et une insécurité alimentaire accrue.

Pour le président de la BAD, l’évènement est l’occasion de multiplier les efforts pour que l’Afrique devienne autosuffisante sur le plan de la production alimentaire et faire de l’agriculture un secteur créateur de richesses :

L’agriculture, en plein boom en Afrique, représente la meilleure des opportunités pour stimuler les économies africaines, bâtir les économies rurales, sortir des millions de gens de la pauvreté et créer des emplois ».

Pour ce faire et accélérer le mouvement, la BAD s’est dotée d’une stratégie pour “Nourrir l’Afrique” et entend investir 24 milliards de dollars EU au cours des dix prochaines années.

La Banque invite les partenaires, les gouvernements, le secteur privé et les institutions de développement à travailler de concert pour réaliser cet objectif.

Cette année, le Forum sur la révolution verte en Afrique, la plus importante des rencontres dédiées à l’agriculture africaine, se tient sous les auspices du président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara.

Le Forum rassemble de nombreux experts et acteurs du secteur, afin que ne soit pas mésestimée l’importance de l’agriculture dans les économies africaines. L’agriculture représente plus de 60 % des emplois – d’où l’importance cruciale du secteur pour concrétiser les ambitions de développement économique du continent et les Objectifs de développement durable.

La précédente édition du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF) s’était tenue en septembre 2016 à Nairobi, au Kenya, réunissant plus de 1 500 délégués en provenance d’une quarantaine de pays.

Lors de l’AGRF 2016, nombre d’ardents défenseurs de l’agriculture africaine se sont engagés à investir 30 milliards de dollars EU pour accroître la production, les revenus et le nombre d’emplois des petits agriculteurs et des entreprises agricoles locales au cours des dix prochaines années.

La BAD œuvre activement à libérer le potentiel du marché agro-alimentaire africain, qui pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars EU d’ici à 2030, selon les estimations.

« Nous devons faire vite, presse le président de la Banque africaine de développement. Le temps est venu pour l’Afrique de devenir le moteur économique mondial de l’agriculture et de la production alimentaire. Nous sommes déjà en retard. »

Pour plus d’information sur l’AGRF 2017 ou pour vous y inscrire, consultez le site : https://www.agrf.org/fr/

Hashtag officiel : #AGRF2017