La BAD sera l’un des partenaires clés pour l’organisation de la Semaine mondiale de l’eau, édition 2018

22/09/2017
Share |

La Semaine mondiale de l’eau (World Water Week), organisée chaque année en Suède, par le Stockholm International Water Institute (SIWI), a eu lieu du 27 août au 1er septembre 2017. Dans le cadre de cette édition, plus de 3 250 participants venant de 133 pays, ont assisté à des centaines de sessions, partagé leurs expériences et examiné les solutions liés aux défis globaux de l'eau les plus préoccupants.

Au cours de la cérémonie de clôture de la 27ième Semaine mondiale de l'eau de 2017, le Dr. Torgny Holmgren, directeur exécutif de l'Institut international de l'eau de Stockholm (SIWI) a annoncé que la Banque africaine de développement (BAD), the Nature Conservancy et le Programme Mondial pour l’Évaluation des Ressources en Eau (WAAP) seraient les trois partenaires clés pour l’organisation de l’Édition 2018.

La BAD et ses deux initiatives phares dans le domaine de l’eau : la Facilité africaine de l'eau (FAE) et l’Initiative pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement en milieu rural (RWSSI), ont activement participé à l’Edition 2017 qui avait pour thème: « Eau et déchets : réduction et réutilisation ».

La BAD, la FAE et le Conseil des ministres africains chargés de l'eau (AMCOW) ont coorganisé le 27 août, une session intitulée : « Une réponse africaine à l'Agenda 2030 ».  Au cours de cet événement, les trois organisateurs ont présenté leurs approches clés respectives et la manière dont ils coopèrent afin de développer une approche évolutive et plus efficace.

L’AMCOW a également organisé des sessions africaines, dont un groupe ministériel de haut niveau. "Lors des sessions Africa Focus de cette année, nous explorerons la mise en œuvre de nouvelles technologies, de cadres institutionnels innovants et de modèles économiques bien conçus pour permettre une gestion plus efficace des eaux usées et une amélioration de la qualité de l’eau", a expliqué le Dr Canisius Kanangire, Secrétaire exécutif de l'AMCOW.

S’exprimant au nom du président de l'AMCOW, le ministre égyptien de l'eau et de l'irrigation, Dr Mohamed Abdel, a estimé qu'en l'an 2030, « La demande mondiale en eau augmentera de 50 % et concernera principalement les villes. Le besoin d'approches et de technologies plus novatrices pour la collecte des eaux usées, leur gestion et leur réutilisation devient donc essentiel. Les expériences des états membres de l'AMCOW montrent que les eaux usées peuvent devenir une ressource pour l'irrigation après avoir reçu un traitement de base et sous réserve de pratiques d'hygiène appropriées. Les boues peuvent être utilisées comme source d'énergie et d'engrais. L'utilisation productive des eaux usées peut générer des revenus, permettre de développer des microentreprises et des emplois et contribuer également à la sécurité alimentaire et énergétique en zone urbaine. Le défi des eaux usées peut alors être transformé en opportunités pour réduire la pauvreté." a déclaré le Dr Atty.

Un séminaire organisé par la FAE et le Partenariat mondial pour l'eau (Global Water Partnership-GWP) a mis en évidence les bénéfices de la Gestion intégrée de l'eau en milieu urbain (Integrated Urban Water Management). Ce programme est actuellement en cours d'exécution dans six pays africains pour un montant total de 9,5 millions d'euros. Ce programme sera étendu à six autres pays. L’AWF et le GWP ont l'intention de lancer une campagne de mobilisation de ressources pour combler l'écart de financement de 15 millions d'euros nécessaire pour élargir la portée du programme. Le ministre des Mines, de l'Énergie et de l'Eau de la République centrafricaine a exprimé son intérêt à développer un projet d'assainissement en milieu urbain dans son pays, sur la base d'un modèle économique innovant impliquant le secteur privé.

Sur le stand d'exposition, organisé par la Banque africaine de développement, l'AMCOW, la Facilité africaine de l'eau (FAE) et l’Initiative pour l'approvisionnement en eau et l’assainissement en milieu rural (RWSSI), des entrepreneurs, des décideurs politiques, des investisseurs et des jeunes futurs décideurs se sont rencontrés, ont discuté et identifié de nouvelles manières d'augmenter l'attention portée à l'eau et l'assainissement, et la façon d’atteindre l'objectif de développement durable  6 (Gestion durable de l'eau et l'assainissement pour tous en 2030).

A la suite de l’Edition 2017 de Semaine mondiale de l'eau, il convient maintenant de réfléchir aux opportunités comme aux défis liés à la récupération des eaux usées et leur réutilisation, thème développé cette année.  L'Afrique a commencé à apprécier pleinement la véritable opportunité qui se profile dans le secteur de l'assainissement. Il s'agit notamment d'identifier de nouvelles sources de revenus dans le processus de recyclage des eaux usées et dans les nouvelles approches du traitement des boues fécales qui, à leur tour, fourniront des ressources nécessaires pour encourager une meilleure gestion et développer l'accès aux services dans les zones urbaines, périurbaines et rurales.

Comprendre la valeur de l'eau sera un facteur essentiel à sa meilleure utilisation et à la mise en œuvre du Programme de développement mondial.

En 2018, le thème de la Journée mondiale de l'eau est axé sur les "Solutions pour l'eau basées sur la nature ". Les solutions basées sur la nature sont des actions ou des interventions qui utilisent ou imitent la nature pour résoudre les problèmes d'eau et d'assainissement. Celles-ci peuvent aller du développement de zones humides structurées à la gestion active des bassins hydrographiques pour améliorer la qualité et la quantité d'eau douce. Ces types d'approches peuvent aider à protéger l'environnement mais offrent également de nombreux avantages économiques et sociaux. L'Afrique dispose d'une richesse en ressources naturelles, y compris la biodiversité et les services écosystémiques, qui peuvent être amenés à répondre aux problèmes de gestion de l'eau, au-delà de l'application de la technologie ou à la construction d'infrastructures dites "grises". La Journée mondiale de l'eau 2018 vise à démontrer leur énorme potentiel.

Le champ thématique de l’Edition 2018 de la Semaine mondiale de l'eau explorera un programme plus large concernant l'eau, des écosystèmes et du développement humain ; et la nécessité de préserver la durabilité des écosystèmes vitaux comme habitat pour la faune et la flore, et comme ressources pour les services de développement humain et de bien-être.

En tant que partenaire clé de l’Edition 2018 de la Semaine mondiale de l'eau, la Banque interviendra comme conseil et facilitateur sur son contenu et son organisation générale et sera représentée au Comité du programme scientifique (CPS) de septembre 2017 à septembre 2018. Le mandat de la CPS est de travailler avec le SIWI pour assurer la qualité scientifique et la pertinence de l’événement, y compris le développement de ses composants scientifiques. La Banque, en étroite collaboration avec le SIWI et le CPS, développera le programme des séminaires, identifiera les principaux contributeurs et interviendra aussi sur les travaux du rapport et de suivi après la conférence.                                                                                                

À propos de la Semaine mondiale de l'eau (World Water Week) :

Hébergée et organisée par le Stockholm International Water Institute (SIWI), la Semaine mondiale de l'eau constitue la principale manifestation internationale consacrée aux problèmes globaux de l’eau et aux enjeux de développement qui y sont relatifs. Chaque année, des représentants de gouvernements, des experts de l'eau et des dirigeants du secteur privé s’y retrouvent pour discuter et faire avancer la problématique de l'eau. L’édition 2018 aura pour thème : "L'eau, les écosystèmes et le développement humain".