Gabon : 900 000 dollars de la Banque africaine de développement pour le projet de fibre optique dorsale

23/02/2018
Share |

La Banque africaine de développement et l’Agence nationale gabonaise pour les infrastructures numériques et les fréquences (ANINF) ont signé un accord pour le financement d’une étude de faisabilité pour la composante gabonaise du projet de Dorsale de l’Afrique centrale (DAC). Le projet DAC-Gabon est un projet d’infrastructure intégré, innovant et transformateur. Il raccordera quatorze axes prioritaires, soit près de 1 901,8 kilomètres en fibre optique, sur le projet de la Dorsale nationale du Gabon.

Le coût total de la préparation du projet est de 900 000 dollars américains, financé par la Banque africaine de développement à travers le Fonds spécial de préparation de projets d’infrastructure du NEPAD (NEPAD-IPPF), qui aide les pays africains à préparer des projets régionaux d’infrastructure. La Banque coordonnera la préparation du projet et jouera également un rôle clé dans la structuration et le découpage des étapes et, en tant qu’acteur principal, assurera son financement et sa réalisation.

Le projet renforcera l’intégration régionale en Afrique centrale par le biais de la couverture en fibre optique. Il permettra des échanges et des interconnexions transfrontalières avec les pays voisins : le Congo, le Cameroun et la Guinée équatoriale. Cet objectif de conduire le Gabon au cœur de l’information et de la communication est associé à d’autres initiatives susceptibles de briser la fracture numérique, en particulier dans les zones rurales, et de renforcer ainsi les capacités des communautés marginalisées.

DAC-Gabon est l’un des projets numériques les plus innovants que la Banque africaine de développement envisage d’entreprendre. Les sponsors et entreprises des pays membres de la Banque seront identifiés et associés au projet pour un partenariat gagnant-gagnant avec les acteurs mondiaux afin d’apporter le meilleur dans le secteur des TIC.

La croissance prévisible de l’Internet à haut débit conduira à une intégration régionale accrue, faisant ainsi du Gabon le plus grand centre de TIC en Afrique centrale capable d’attirer des entreprises internationales dans sa zone de libre-échange, avec des innovations dans différents secteurs. Les innovations numériques qui pourraient émaner de l’initiative comprennent des services comme les transferts d’argent sans frais.

Le financement de la fibre optique et des infrastructures d’administration électronique (datacenters) en Afrique centrale réduira de manière significative les coûts d’Internet, considérés comme les plus élevés à l’échelle mondiale, et stimulera la compétitivité dans les échanges régionaux. Il aura, par ailleurs, un important impact sur les futurs projets d’infrastructure des secteurs public et privé dans la région.

Le protocole d’accord a été signé mardi 20 février 2018 par Alex Bernard Bongo Ondimba, directeur général de l’ANINF, et Ousmane Dore, de la Banque africaine de développement.