Muhammadu Buhari : « La Banque africaine de développement a été une planche de salut pour sortir le Nigeria de la récession »

Le président nigérian a salué l’action de la Banque, qui a su se démarquer des autres banques de développement multilatérales et institutions financières internationales.

19/01/2018
Share |

Muhammadu Buhari : « La Banque africaine de développement a été une planche de salut pour sortir le Nigeria de la récession »

La Banque africaine de développement a été une vraie planche de salut à un moment où il était très difficile d’obtenir des appuis budgétaires de la part d’une quelconque institution, alors que le pays était aux prises avec la récession économique de 2015-2016, a affirmé le gouvernement nigérian.

Le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, a déclaré que la Banque avait pleinement rempli son rôle de conseiller de confiance et de médiateur impartial dans la région et qu’elle mérite celui de porte-parole de l'Afrique sur les questions de développement, face à un large public composé de hauts fonctionnaires, de représentants du secteur privé et des agences de développement venu assister à l’inauguration officielle du vaste Bureau de la Banque à Abuja.

Il a qualifié l’édifice de symbole majeur du lien particulier qui unit la Banque et le Nigeria, l’un des membres fondateurs de la Banque et son actionnaire le plus important.

Yemi Osinbajo, qui représentait le président Muhammadu Buhari, a fait remarquer que les High 5, les priorités de développement de la Banque dévoilées par le président de la Banque africaine de développement Akinwumi Adesina lorsqu’il a pris ses fonctions en 2015, sont sur la bonne voie grâce aux investissements réalisés dans les infrastructures, l’agriculture, l’éducation, le système de santé et pour améliorer l’accès à l’énergie et à l’eau à un prix plus abordable.

« Tout à la fois actionnaire principal, donateur et emprunteur, le Nigeria a joué un rôle important dans le développement de l’institution, a-t-il déclaré. De plus, au fil des ans, nous avons partagé la vision de la Banque et ses objectifs. Pour souligner simplement le lien affectif qui existe entre la Banque africaine de développement et le Nigeria, nous avons confié notre propre Akinwumi Adesina à la Banque et, nous en sommes très fiers, il est le premier président nigérian de la Banque. »

Et d’observer que la Banque était devenue l’un des moteurs les plus efficaces du développement économique de l’Afrique et de son intégration.

« Plus remarquable encore, la Banque doit être félicitée pour les efforts constants qu’elle mène pour réduire les disparités entre les hommes et les femmes, autonomiser les femmes et les jeunes, pour finalement renforcer et étendre la protection sociale de nos populations les plus vulnérables. »

Yemi Osinbajo a assuré que le Nigeria, avec son vaste marché de plus de 185 millions de personnes, continuerait d’être un acteur essentiel de l’action de la Banque, en faisant progresser les efforts conduits pour stimuler l’intégration régionale au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en particulier, et de l’Afrique dans son ensemble.

« Au Nigeria, la Banque dispose d’un portefeuille actif de près de 6 milliards de dollars répartis en 73 projets dans les secteurs public et privé de l’économie nigériane. Ces projets continuent de créer des milliers d’emplois directs et indirects dans de nombreux secteurs de notre économie. »

Il s’est réjoui que la Banque travaille en collaboration étroite avec le gouvernement en faisant face aux difficultés auxquelles sont confrontées les communautés et les populations sortant de la rébellion dans le Nord-Est et de troubles civils dans la région du delta du Niger.

« La Banque a approuvé, en novembre 2016, un appui budgétaire d’un milliard de dollars. La première tranche de 600 millions de dollars a été entièrement décaissée et utilisée et, à la lumière des entretiens que j’ai eus avec le président de la Banque, nous obtiendrons le reste sous forme de prêts sectoriels. Aussi, nous attendons avec impatience les 400 millions de dollars restants », a-t-il précisé.

« Cette autorisation de la Banque a envoyé un signal positif dont les marchés avaient bien besoin en pleine période critique pour le Nigeria, et pour cela nous lui serons reconnaissants à tout jamais », a déclaré Yemi Osinbajo.

Kemi Adeosun, la ministre des Finances du Nigeria, a souligné à quel point la bouée de sauvetage lancée par la Banque avait empêché l’économie du pays de reculer : « Le signal qu’a envoyé cette action unique a redonné le coup de pouce nécessaire aux réserves du pays en devises étrangères, ce qui a permis de stabiliser la devise nigériane, le naira ».

Le Nigeria est le plus important actionnaire de la Banque africaine de développement, et y affiche portefeuille d’environ 6 milliards de dollars ; les activités de la Banque dans le pays représentant 13 % de la totalité de son portefeuille.

La ministre des Finances a dit à la Banque son extrême gratitude pour « opérer quelque peu différemment des autres banques de développement multilatérales et institutions financières internationales ».

« La Banque africaine de développement est intervenue en faveur de l’Afrique et du Nigeria quand cela importait le plus. Le vice-président Yemi Osinbajo est allé à l’essentiel quand il a évoqué l’appui budgétaire d’un milliard de dollars pour lequel nous n’avons encaissé que 600 millions de dollars », a-t-elle expliqué.

Le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a remercié le gouvernement nigérian de son précieux soutien.

D’importants investissements

« La Banque appuie fermement le Nigeria et le fera toujours. Vous pouvez vous en rendre compte par le niveau de nos investissements au Nigeria qui se situent à hauteur de 6 milliards de dollars. De notre point de vue, nos investissements ne peuvent que progresser et nous nous attendons à atteindre 8 milliards de dollars d’ici à 2019 », a affirmé Akinwumi Adesina.

« Notre soutien est allé au-delà de l’argent : il a montré notre forte détermination à aider la plus importante économie d’Afrique à se stabiliser », a-t-il ajouté.

« La Banque continuera à offrir son soutien dans les domaines essentiels afin de stimuler la croissance, de diversifier l’économie et créer de nouveaux emplois au Nigeria. Nous prévoyons notamment un appui pour les jeunes travaillant dans le domaine agricole, les petites et moyennes entreprises et le secteur financier. »

« Nous accélérerons le soutien aux infrastructures et au secteur de l’énergie. Nos investissements sont structurés autour des priorités des High 5 : éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie de la population africaine », a rappelé Akinwumi Adesina.

« Nous avons investi 500 millions de dollars dans la Banque de développement du Nigeria. Nous avons développé l’investissement direct dans l’agriculture. Nous avons placé 18 millions de dollars dans le Fonds de financement de l’agriculture au Nigeria (FAFIN). Cette année, nous investirons 200 millions de dollars dans la Transmission Company of Nigeria pour appuyer la remise en état des lignes de transmission existantes, en partenariat avec la Banque mondiale. Nous avons investi 100 millions de dollars dans les barrages de Jebba et de Kanji afin d’ajouter 700 MW au réseau électrique national.

« Notre investissement dans le secteur privé comprend notamment 300 millions de dollars dans Dangote Industries pour encourager le raffinage des produits pétroliers, et 100 millions de dollars pour soutenir Indorama Eleme Fertilizer Company dans le cadre d’un paquet financier syndiqué de 1,2 milliard de dollars qui produira 1,4 million de tonnes d’engrais et devrait générer 2,1 milliards de dollars en recettes d’exportations pendant la durée de vie du projet. Dans l’agriculture, nous avons investi plus de 134 millions de dollars dans Olam Nigeria Limited. »

« À l’heure où je parle, a-t-il ajouté, la Banque apporte 263 millions de dollars pour le rétablissement des moyens de subsistance de base dans le Nord-Est avec l’espoir d’offrir des services d’eau, d’assainissement, d’hygiène et de santé à 14 millions de personnes, dont 1,9 million de déplacés. »

« Les nouveaux bureaux, a-t-il expliqué, sont un puissant moyen d’affirmer que la Banque africaine de développement est désormais implantée au Nigeria et compte bien y rester. Ils font clairement comprendre que la Banque africaine de développement est consciente de la valeur que représente le Nigeria. Ils font comprendre également que la place du Nigeria dans l’intégration de l’Afrique, notamment en Afrique de l’Ouest, ne peut être ignorée. Nous ne pouvons ignorer le fait que la plus importante économie d’Afrique est aujourd’hui sortie de la récession et qu’elle devrait croître cette année au rythme de 2,3 %. »

« Je félicite vivement le gouvernement pour le dur labeur accompli et les efforts menés pour changer pour de bon la trajectoire de l’économie. L’économie du Nigeria doit croître à des taux à deux chiffres pour faire reculer la pauvreté et créer des emplois en masse. C’est pourquoi la Banque africaine de développement soutient fermement le Plan de croissance économique et de redressement du Nigeria. Nous avons été ici pendant les heures les plus sombres, nous serons aussi ici pour le Nigeria dans ses heures les plus lumineuses ! », a conclu Akinwumi Adesina.