Les Assemblées annuelles 2017 du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) se tiendront du 22 au 26 mai 2017 à Ahmedabad, en Inde. Ces assemblées - le plus important événement annuel de la Banque - permettent d'accroître la visibilité de l'organisation sur la scène internationale. En savoir plus

3 questions à Bubacarr Sankareh, responsable des investigations au sein du Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (IACD) à la BAD

« Tout le monde peut nous saisir »

09/12/2016
Share |

  • En tant que responsable des investigations, êtes-vous amené à enquêter sur des faits de corruption signalés sur des projets financés par la BAD, ou en interne de l’institution ?

Je suis en effet responsable de la division chargée de mener les enquêtes au sein du Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption (IACD) à la BAD. Notre division mène ses investigations, en toute liberté, sur les cas présumés et potentiels de pratiques passibles de sanctions dans les projets financés par la Banque. Cinq types de pratiques sont passibles de sanctions à la Banque : la fraude, la corruption, la collusion, la coercition et l'obstruction.

Nos investigations peuvent porter sur des faits externes, quand des soupçons de corruption portent sur des projets financés par la Banque qui impliquent d’autres entités, comme des entreprises ou des consultants. Mais nous menons aussi des enquêtes en interne, quand ce sont des membres du personnel de la Banque qui sont mis en cause ; ou quand il s’agit d’allégations relatives à l’usage des fonds de la Banque comme l’utilisation abusive du budget de la Banque ou des manquements aux règles de procédure dans les acquisitions institutionnelles.

Nos enquêtes peuvent aussi porter sur la conduite des membres du personnel, quand ils sont accusés de harcèlement, de faute professionnelle, de violation des clauses de confidentialité, d’abus de pouvoir, de conflit d’intérêt ou toute autre conduite répréhensible

  • Qui peut signaler des faits de corruption et comment ?

Tout le monde : membres du personnel de la Banque ou personnes extérieures, quel que soit votre lieu de résidence ou votre nationalité. Les employés de la BAD ont même l’obligation de le faire, en vertu de la Politique de la BAD en matière de dénonciation et de traitement des plaintes, et dans un délai de 7 jours après avoir pris connaissance des faits.

Les plaintes sont traitées en toute confidentialité. Il suffit, soit de venir les déposer à la BAD directement, à mon attention ; soit de m’envoyer un mail, expressément adressé au chef de division en charge des investigations ; soit de passer par les adresses mail et les lignes téléphoniques sécurisées et confidentielles d’IACD : investigations@iacd-afdb.org, +1 77 07 76 56 58 ou +225 20 32 01 49. Je précise que celles-ci ne font pas partie des systèmes téléphoniques et de courriers électroniques de la Banque, et ne sont accessibles qu'aux enquêteurs d'IACD. Protéger l’identité des lanceurs d’alerte et des plaignants est de notre devoir.

  • À quel moment décide-t-on d’enclencher une investigation ?

Toutes les accusations que nous recevons sont soumises à un premier examen. Il faut d’abord nous assurer que les plaintes qui nous sont adressées relèvent bien de notre mandat. Il faut aussi s’assurer de la crédibilité d’une allégation, en mesurer l’importance ainsi que la vérifiabilité. C’est pour cela que nous menons des recherches préliminaires avant de décider de l’ouverture d’une enquête. 


Contact