Congo : La Banque africaine de développement s’engage à appuyer la relance économique du pays

14/12/2018
Share |

Après deux années de récession due à la crise du secteur pétrolier, l’économie du Congo devrait retrouver des couleurs, avec un taux de croissance de 2 % attendu pour l’année 2018 et de 3,7 % pour 2019. Afin d’accompagner et de consolider le rebond économique du pays, la Banque africaine de développement a approuvé, jeudi 13 décembre 2018, un nouveau Document de stratégie pays (DSP) pour la période 2018-2022 visant à soutenir la diversification et la compétitivité de l’économie congolaise, en faveur d’une croissance inclusive et durable.

La nouvelle stratégie repose sur deux piliers. D’une part, elle met l’accent sur la promotion des chaînes de valeurs agro-industrielles, à travers notamment un développement du processus de transformation des filières porteuses de croissance et d’emplois, facteur de diversification de l’économie. Et vise, d’autre part, à renforcer le capital humain et la gouvernance, afin de créer un effet levier sur l’action gouvernementale en renforçant les capacités des administrations. Des aspects transversaux, tels que le genre et l’emploi des jeunes, sont également au centre de ce cadre de coopération. 

Par son assistance technique, la Banque appuiera le développement des infrastructures liées à l’énergie et au transport, en vue notamment de désenclaver les zones de production et d’améliorer l’accès à l’énergie sur le territoire, permettant n de réduire les coûts de production. En outre, elle soutiendra le pays dans ses réformes économiques et sectorielles, avec l’objectif d’assurer la viabilité du cadre budgétaire et d’attirer les investissements directs étrangers et privés au travers de l’amélioration du climat des affaires.

La Banque africaine de développement reste un partenaire stratégique de premier plan pour le Congo. Depuis le début de ses opérations dans le pays en 1972, la Banque y a consenti 760 millions de dollars américains. Entre 2013 et 2017, les engagements nets de la Banque au Congo ont été multipliés par 1,5, passant de 204 millions de dollars à 306 millions de dollars sur la même période.

Le portefeuille actif actuel dans le pays compte six opérations, dont le financement est principalement dédié dédié aux infrastructures de transport, d’énergie et de télécommunications.

Contacts techniques : Antoine-Marie Sie Tioye, économiste pays principal


You are currently offline. Some pages or content may fail to load.