Éducation en Afrique : réunion au Caire pour la Triennale 2017 de l’ADEA en ligne de mire

06/12/2016
Share |

Photo de groupe lors de la réunion continentale de validation de la Triennale 2017 de l'ADEA au Caire (Égypte), 23 novembre 2016 | Crédit photo : ADEA.

L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) a organisé au Caire, en collaboration avec la République d’Égypte, la réunion de validation de la Triennale 2017 à l’échelle du continent, les 22 et 23 novembre 2016. Dès la cérémonie d’ouverture, le ministre égyptien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ashraf El Shihy, a souligné le rôle fondamental que joue l’ADEA dans le développement du continent en se faisant le héraut de l’éducation et de la formation en Afrique.

Cette réunion continentale de validation de la Triennale 2017 de l’ADEA a été l’occasion de passer en revue les différents rapports de synthèse et d’activité, outre les consultations en ligne, qui ont ponctué les cinq réunions de consultation régionales (une dans chacune des cinq grandes régions d’Afrique), qui se sont tenues respectivement à Libreville (Gabon), Dakar (Sénégal), Rabat (Maroc), Luanda (Angola) et Nairobi (Kenya). Cette réunion du Caire était donc la dernière étape des préparatifs de l’événement phare de l’ADEA, sa Triennale 2017, prévue à Marrakech, au Maroc, du 15 au 17 mars 2017.

Plusieurs ministres et hauts fonctionnaires africains chargés de l’éducation et de la formation ont répondu présents au Caire, venus d’Angola, du Botswana, du Burkina Faso, du Burundi, de la République démocratique du Congo, d’Egypte, du Kenya, de l’ile Maurice, du Sénégal, du Rwanda, du Libéria (outre la Corée du Sud), ainsi que des représentants des partenaires stratégiques – la Banque africaine de développement (BAD), Africa 2.0, la Commission de l’Union africaine, le Centre international d'études pédagogiques (CIEP), la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de la francophonie (CONFEJES), le Global e-Schools and Communities Initiative (GESCI), le Global Partnership for Education (GPE), l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’UNESCO et l’UNICEF –, et des chercheurs et universitaires.

Tous les pays qui ont investi dans l’éducation et la formation de leurs citoyens ont obtenu des résultats remarquables, réalisant ainsi leurs objectifs de développement, a tenu à souligner le ministre El Shihy. Il a également dit combien il est important que les jeunes Africains reçoivent une éducation de meilleure qualité, ce qui ne pourra qu’aider à lutter contre certains fléaux comme le terrorisme.

Au cours de cette réunion, les participants se sont aussi penchés sur les thématiques choisies pour la Triennale 2017, les orientations ainsi que le calendrier d’exécution des programmes de l’ADEA. La secrétaire exécutive de l’association, Oley Dibba-Wadda, a dit combien c’était un honneur pour l’ADEA d’organiser cette réunion en Egypte, berceau de civilisation ancestral. S’exprimant au nom des représentants des pays africains présents, madame Dibba Wadda a adressé ses remerciements au gouvernement égyptien d’en avoir été l’hôte, avant de souligner combien cet événement s’avère important, dernière étape avant la grande conférence que sera la Triennale 2017 de l’ADEA à Marrakech, l’un des plus importants événements internatio­naux dédiés à l’éducation et la formation en Afrique. Les résultats de cette Triennale contribueront à la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine auquel a participé la BAD et qu’elle soutient, ainsi que du programme universel en matière d’éducation à l’horizon 2030 lié à l’objectif n°4 des Nations Unies.

La Triennale 2017 de l’ADEA, aura pour thème « « Revitaliser l’éducation dans la perspective du Programme Universel 2030 et l’Agenda 2063 pour l’Afrique », lui-même décliné en quatre sous-thèmes. Au Caire, chacun des quatre coordinateurs thématiques a donc présenté la synthèse des différentes contributions qu’ils ont reçues d’acteurs de l’Education – mise en œuvre de l’éducation et de l’apprentissage tout au long de la vie pour le développement durable ; promotion des sciences, des mathématiques et des technologies de l’information et de la communication ; mise en œuvre de l’éducation pour la renaissance culturelle africaine et les idéaux panafricains ; et enfin promotion de la paix et de la citoyenneté mondiale à travers l’éducation.

Pour finir, le coordonnateur général de la Triennale 2017 de l’ADEA, Mamadou Ndoye, ex-ministre sénégalais de l’Education et ancien secrétaire exécutif de l’ADEA, a présenté un état des lieux de l’Education en Afrique en s’inspirant du rapport général produit sur la thématique centrale de la Triennale 2017: « Revitaliser l’éducation dans la perspective du Programme Universel 2030 et l’Agenda 2063 pour l’Afrique ».

La Triennale 2017 de l’ADEA se tiendra du 15 au 17 mars 2017 à Marrakech, au Maroc.