Vous êtes ici

Côte d’Ivoire : la Banque africaine de développement accorde un prêt total de 150 millions d’euros pour renforcer le réseau électrique

07-juin-2019

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a accordé, mercredi 5 juin 2019, deux prêts de premier rang pour le renforcement du réseau électrique, d’une valeur totale de 150 millions d’euros. Un prêt de 100 millions d’euros pour la construction d’une centrale thermique à cycle combiné, fonctionnant au gaz à Taboth, dans le département de Jacqueville (ouest d’Abidjan) ci-après désigné le projet « Atinkou », ainsi qu’un autre de 50 millions d’euros pour l’extension de la centrale thermique à cycle combiné au gaz d’Azito, ci-après désigné le projet « Azito ».

Afin de renforcer le réseau électrique ivoirien, la centrale d’Atinkou, réalisée sur un site de 30 hectares, sera dotée d’une puissance de 390 mégawatts (MW). Le projet, exécuté en deux phases, prévoit sous 18 mois, la construction d’une turbine à gaz de 255 MW, et la réalisation sous 9 mois du cycle combiné, constitué d’une turbine à vapeur de 135 MW et d’une chaudière de récupération de chaleur. A terme, la centrale de Taboth fournira plus de 2 800 gigawatts/heure d’énergie par an au réseau électrique ivoirien.

L’extension de la centrale thermique d’Azito (dont la première phase est entrée en service en janvier 1999), prévoit, dans sa phase 4, l’installation d’une turbine à gaz de 181 MW et d’une turbine à vapeur de 72 MW, totalisant ainsi 253 MW additionnels en termes de capacité installée. Le projet sera réalisé sur le site actuel d’Azito, à Yopougon, dans l’ouest de la capitale économique ivoirienne, Abidjan.

En plus de contribuer à l’accroissement de la capacité énergétique du pays et ainsi atteindre l’accès universel d’ici 2030, ces deux projets permettront d’alimenter en électricité les pays voisins, et à un coût abordable. « Ces projets sont complémentaires avec les efforts de la Banque visant à améliorer la production, le commerce et le transport d'énergie dans la sous-région à travers le projet d'interconnexion électrique Côte d'Ivoire - Libéria - Sierra Leone - Guinée (CSLG) », a déclaré Wale Shonibare, Vice-président par intérim de la Banque en charge de l'Électricité, de l'Énergie, du Changement Climatique et de la Croissance Verte.

« Le projet d’Atinkou revêt une importance capitale pour le pays et génèrera des bénéfices économiques importants pour la Côte d’Ivoire ainsi que pour les pays régionaux importateurs d’électricité produite en Côte d’Ivoire. Ceci de par le tarif hautement compétitif de la nouvelle centrale », a expliqué Mme. Aïda Ngom, Directrice par intérim du département des Solutions financières énergétiques de la Banque africaine de développement.

« Le projet d’Azito quant à lui, comporte une valeur ajoutée en termes d’avantages cumulés (c’est-à-dire d’additionnalité) et de résultats positifs, notamment liés au développement d’infrastructures, à l’intégration régionale par l’exportation d’électricité vers les pays voisins, ainsi que l’implication du secteur privé. A cela s’ajoute un impact économique significatif du fait du tarif très compétitif de la centrale pour le pays et la sous-région », a-t- elle ajouté.

L'appui de la Banque en faveur de ces deux projets est en accord avec les priorités définies dans le Document de Stratégie Pays (DSP) de la Côte d'Ivoire. Ces interventions sont également en adéquation avec la politique du secteur de l'énergie (2012) et le Nouveau pacte pour l'énergie en Afrique - 2016-2020 (New Deal on Energy for Africa) de la Banque Africaine de Développement.

Contact Technique: Charles Abedier, Senior Investment Officer

Contact: 

Sections Connexes