Côte d’Ivoire : 50 millions d’euros de la Banque africaine de développement pour doper les énergies renouvelables

08/12/2017
Share |

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 6 décembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, un prêt de 50 millions d'euros destiné à financer la centrale hydro-électrique de Singrobo-Ahouaty, d’une capacité de 44 mégawatt (MW).

Située à environ 148 km d’Abidjan, la capitale économique du pays, la future centrale, qui devrait entrer en service en 2021, contribuera à réduire la production thermique pendant les périodes de forte demande et à diversifier le mix énergétique de la Côte d’Ivoire.

Le pays entend en effet porter la part d’énergies renouvelables dans sa production électrique à 42 % à l’horizon 2030, contre 15 % aujourd’hui.

Le prêt, accordé au titre du guichet privé de la Banque africaine de développement, vise aussi à promouvoir et à soutenir l’entreprenariat privé ivoirien, à travers le soutien financier et l’expertise offerts au promoteur local de la centrale hydro-électrique.

La construction de la centrale cadre parfaitement avec la première des cinq grandes priorités de la Banque – dites High 5 –, celle qui consiste « éclairer et électrifier l’Afrique ». Et elle offre aussi la perspective d’aider à améliorer la qualité de vie des populations – un autre des High 5 –, grâce notamment aux infrastructures associées à la future centrale, qui vont être réalisées, à l’instar du bitumage d’un axe routier de près de 4 km.

À terme, cette route devrait faciliter la mobilité des habitants des villages voisins qui verront leur temps de trajet passer ainsi de 1h30 à 10 mn. Autre retombée attendue, la commercialisation accrue des produits agricoles locaux, puisqu’ils seront plus facilement transportés vers les marchés.

Le projet permettra en outre de connecter au réseau électrique les populations des environs, qui n’auront alors plus besoin de recourir aux combustibles fossiles dont on connait les graves conséquences au plan de l’environnement et de la santé.

Une fois entré en service, le barrage hydro-électrique de Singrobo-Ahouaty confortera le statut de pays exportateur net d’électricité de la Côte d’Ivoire dans la sous-région. La Banque n’a de cesse, d’ailleurs, d’offrir son appui au secteur de l’énergie dans le pays et d’y investir. Elle est partie prenante du projet de renforcement des réseaux électriques de transport et de distribution (PRETD) en Côte d’Ivoire, approuvé en 2016, ainsi que du projet régional d’interconnexion Côte d’Ivoire-Sierra Leone-Liberia-Guinée (CLSG), approuvé en 2013. Ce nouveau projet s’inscrit dans la droite ligne du Document de stratégie pays 2013-2017 de la Banque pour la Côte d’Ivoire et de sa Stratégie décennale.

Au-delà de la Côte d’Ivoire, l’approbation de ce prêt s’inscrit pleinement dans la démarche de la Banque africaine de développement qui vise à promouvoir les énergies renouvelables : leur part dans le portefeuille de financement de l’énergie de la Banque est passée de 14 % entre 2007 et 2011 à 70 % entre 2012 et 2017.