Obligation sociale de référence de 500 millions d’euros 0,25% - échéance novembre 2024

13/12/2017
Share |

Termes finaux de la transaction

Emetteur

Banque africaine de développement

Notation

Aaa / AAA / AAA (Moody’s / S&P / Fitch)

Taille d’émission

500 000 000 d’euros

Date d’exécution

14 novembre 2017

Date de règlement

21 novembre 2017

Date de maturité

21 novembre 2024

Prix d’émission / rendement

99,282% / 0,354% (annuel)

Coupon

0,25% annuel, Act/Act (ICMA)

Spread vs. Midswap (MS)

-14 points de base

Spread vs. DBR 1% août 2024

+41,4 points de base

Dénominations

1 000 euros

Documentation

Facilité d’émission d’emprunts multi marchés de l’émetteur

Cotation

Bourse du Luxembourg (marché régulé)

ISIN

XS1720947081

Co-arrangeurs

Crédit Agricole CIB, Goldman Sachs International, HSBC

Contexte de la transaction

Le mardi 14 novembre 2017, la Banque africaine de développement, notée Aaa (Moody’s) / AAA (S&P) / AAA (Fitch) a lancé avec succès sa première obligation sociale d’un montant de 500 millions d’euros et d’une maturité de 7 ans, faisant suite à une série de rencontres avec les investisseurs en Europe pour présenter le cadre de ses obligations sociales, nouvellement établi. La transaction, sursouscrite plus de 3 fois en 3 heures seulement après l’ouverture officielle du carnet d’ordres, a été exécutée à un prix de Midswap (MS) - 14 points de base, soit 2 points de base en-dessous du prix d’émission indicatif initial, équivalent à un spread de 41,4 points de base au-dessus de l’obligation de référence du gouvernement allemand d’une maturité de 7 ans DBR 1,000% août 2024.  

L’émission d’obligations sociales pour financer le développement socio-économique de ses pays membres régionaux permet à la Banque de remplir sa mission et de poursuivre sa stratégie dont l’objectif est de stimuler le développement économique durable et le progrès social en Afrique, en capitalisant sur sa grande expertise en matière d’investissements dans le domaine social sur le continent. Les projets sélectionnés qui seront financés par les obligations sociales, devraient conduire à une réduction de la pauvreté, à la création d’emplois et à une croissance plus inclusive en termes de genre, d’âge et de géographie. Les projets sont sélectionnés selon leur impact social et leur adéquation avec la stratégie de la Banque africaine de développement pour la période 2013-2022 et ses priorités opérationnelles, intitulées le Top 5, qui incluent notamment «l’Amélioration de la qualité de vie des populations en Afrique».

Lancement et processus d’exécution

  • La transaction a été annoncée le lundi 13 novembre à 12:00, heure de Londres, pour une obligation sociale avec une maturité de 7 ans. Rapidement, l’engouement des investisseurs finaux et des banques centrales s’est fait ressentir dans les livres, avec des manifestations d’intérêts dépassant 300 millions d’euros (excluant les intérêts des co-chefs de file) à la clôture du marché sur la place de Londres.

  • Les livres ont ouvert officiellement à 8:00, heure de Londres, le mardi 14 novembre 2017 pour une transaction globale de référence d’un montant de 500 millions d’euros d’une maturité de 7 ans, avec une indication de prix autour de MS – 12 points de base. La dynamique continua durant la matinée avec un carnet d’ordres dépassant 900 millions d’euros (excluant les intérêts des co-chefs de file) à 9:00, heure de Londres, moment où l’indication de prix a été révisée à la baisse autour de MS – 13 points de base.

  • Le carnet d’ordres a clôturé à 10:30, heure de Londres, avec 1,55 milliard d’euros d’ordres enregistrés (excluant les intérêts des co-chefs de file), et aussitôt après la taille de la transaction fut fixée à 500 millions d’euros avec un prix resserré de 1 point de base, fixé à MS – 14 points de base.

  • L’obligation sociale inaugurale d’un montant de 500 millions d’euros d’une maturité de 7 ans de la Banque africaine de développement, fut exécutée juste avant 16:00, heure de Londres, avec un prix d’émission de MS – 14 points de base, soit 2 points de base en-dessous de l’indication initiale de prix, équivalent à une marge de 41,4 points de base au-dessus de l’obligation de référence allemande DBR 1,000% août 2024 au moment de la détermination du prix, sans prime d’émission.

  • Les investisseurs ont soutenu fortement cette transaction, en particulier les investisseurs qui intègrent des considérations sociales et environnementales dans leur stratégie d’investissement. Ceci reflète la pertinence du mandat social de la Banque africaine de développement et la solidité de son nouveau programme d’obligations sociales. Parmi les 69 investisseurs composant le carnet d’ordres final, 19 étaient des nouveaux investisseurs pour la Banque africaine de développement. 

  • En ce qui concerne la répartition des investisseurs, les banques centrales et institutions officielles représentent la majorité des souscripteurs (50,9%), suivies des trésoreries de banques (22,2%), des gestionnaires d’actifs (15,8%), des fonds de pension et assurances (10,8%) et les autres types d’investisseurs (0,3%). Géographiquement, les comptes asiatiques sont en tête avec 19,1%, suivis de l’Allemagne (15,3%), du Benelux (15,2%), des Nordiques (14,8%), de la France (12%) et du Royaume-Uni (8,3%). Les « Autres » (15,3%) représentent le reste de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique.

« C’est un résultat exceptionnel, trois fois plus de souscription en 150 minutes. Nous sommes ravis de la réponse des investisseurs socialement responsables et de l’enthousiasme généré par le mandat de la Banque africaine de développement et son programme d’obligations sociales. Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique représente l’une de nos priorités opérationnelles, le Top 5. Et nous savons que le Top 5 est intrinsèquement lié à l’Agenda 2063 de l’Union africaine et aidera l’Afrique à réaliser 90% des objectifs de développement durable des Nations-Unies.» Hassatou N’Sele, Trésorière, Banque africaine de développement  

« Crédit Agricole CIB est très fier d’avoir accompagné la Banque africaine de développement dans l’émission de son obligation sociale inaugurale. Le programme des obligations sociales de la Banque africaine de développement est en ligne avec les 5 priorités opérationnelles, le Top 5, définies par la Banque dans le contexte de sa stratégie à 10 ans, qui est de promouvoir une croissance inclusive, d’accompagner les pays africains dans leur transition graduelle vers une croissance verte et de contribuer aux efforts du continent dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations-Unies. La Banque africaine de développement appartient désormais au cercle restreint des émetteurs qui ont à la fois un programme d’obligations vertes et un programme d’obligations sociales. C’est une excellente nouvelle pour le développement de ces marchés. » Tanguy Claquin, Responsable Sustainable Banking, Crédit Agricole CIB

« Un début spectaculaire sur le marché des obligations sociales pour la Banque africaine de développement. Une transaction qui peut être considérée comme un véritable succès quel que soit le critère. D’abord et avant tout par la forte participation des investisseurs socialement responsables, mais également par la taille conséquente du carnet d’ordres et la qualité des investisseurs ayant participé à la transaction. Un résultat exceptionnel prometteur pour les futures émissions sociales de cet émetteur. » Lars Humble, Responsable Syndication SSA, Goldman Sachs

« C’est formidable de voir la Banque africaine de développement étendre sa présence sur le marché des obligations durables, passant des obligations vertes aux obligations sociales avec cette transaction inaugurale. La réponse sans précédent des investisseurs illustre bien la disponibilité de capitaux pour des investissements socialement responsables, une tendance qui s’est accélérée au cours de cette année. Dans ce contexte d’expansion rapide du marché, l’opportunité de contribuer au développement en Afrique a été un élément clé dans la sursouscription de la transaction et l’établissement du prix final à un niveau impressionnant. » PJ Bye, Responsable Syndication SSA, HSBC  

“Mirova se félicite de l’obligation sociale de la Banque africaine de développement. Cette transaction a été très bien préparée, grâce à une série de rencontres et un dialogue ouvert avec les investisseurs, permettant la bonne exécution de cette transaction. Nous invitons d’autres émetteurs à développer des programmes d’obligations sociales similaires. Ce marché peut contribuer à orienter davantage de fonds vers le développement d’une économie plus soutenable et Mirova soutiendra ce marché. » Marc Briand, Responsable gestion Fixed Income, Mirova  

“Nous soutenons l’obligation sociale de la Banque africaine de développement, car elle  génère non seulement un bon rendement mais elle offre également la garantie d’un bon usage des fonds levés. Les obligations sociales permettent de s’attaquer à un nombre varié de problèmes sociaux par le financement de projets ayant un impact social. » Lars Lindblom, Gérant de portefeuille Fixed Income, AP2

Statistiques de distribution 

Investisseurs par type

 

Investisseurs par région

Banques centrales et Institutions officielles

50,9%

 

Asie

19,1%

Trésoreries de banques

22,2%

 

Allemagne

15,3%

Gestionnaires d’actifs

15,8%

 

Benelux

15,2%

Fonds de pension et Assurances

10,8%

 

Nordiques

14,8%

Autres

0,3%

 

France

12%

 

 

 

Reste Europe, Moyen-Orient et Afrique

15,3%

 

 

 

Royaume-Uni

8,3%

A propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement est la première institution de financement du développement en Afrique avec un mandat pour promouvoir un développement économique durable et le progrès social sur le continent, contribuant ainsi à réduire la pauvreté. Le Groupe de la Banque atteint cet objectif en mobilisant et en allouant des ressources pour les investissements dans le continent. La capital autorisé de la BAD est d’environ 100 milliards de dollars et a été souscrit par 80 pays membres composés de 54 pays africains et 26 pays non africains.

La Stratégie de la Banque africaine de développement pour la période 2013 à 2022 traduit les aspirations de l’ensemble du continent africain. Elle est fermement ancrée dans une connaissance et une expérience approfondie du chemin parcouru par l’Afrique au cours de la dernière décennie et de la destination à laquelle elle souhaite parvenir au cours de la prochaine décennie. En 2015, un nouvel agenda opérationnel stratégique a été énoncé et défini comme les “Top 5”, avec pour objectif d’accélérer la mise en œuvre de la stratégie décennale du Groupe de la Banque. Les “Top 5” sont : Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie, Nourrir l’Afrique, Industrialiser l’Afrique, Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique. Ces priorités opérationnelles sont conformes aux objectifs de développement durable et par conséquent essentielles pour la transformation de la vie des populations en Afrique à travers une croissance inclusive rapide et soutenue.

Pour plus d’information veuillez contacter : fundingdesk@afdb.org


Sections Connexes