La journée internationale de la femme, portrait : Christiane Moulo

08/03/2018
Share |

À l'occasion du 8 mars, la Journée internationale de la femme, nous donnons la parole à huit femmes, plus une - la Directrice du genre, des femmes et de la société civile. Toutes, des femmes, formidables de la Banque africaine de développement. Voici, le dernier entretien de la série.

Entretien avec Christiane Moulo, assistante web au département de la Communication et des relations extérieures (PCER)

Pourriez-vous vous présenter en partageant, si possible, un élément qui a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui, sur le plan de la formation ou sur le plan professionnel ?

Ivoirienne de 37 ans, évoluant dans l’univers de la communication web depuis près de 10 ans, je suis actuellement en charge de la gestion de contenus web à la banque africaine de développement. Rien dans ma formation initiale ne me prédestinait à une carrière dans le web ; car depuis le lycée je me suis spécialisée en chimie. J’ai étudié cette discipline jusqu’à obtenir un diplôme BAC+3 en Chimie. Et j’envisageais alors d’entrer dans la vie professionnelle en exerçant dans ce domaine. Malheureusement, cette période a été marquée par des troubles en Côte d’Ivoire et il était difficile pour nous, jeunes diplômés, de nous insérer dans la vie active avec ce diplôme en poche. Et pour éviter de passer du temps à ne rien faire, j’ai décidé de m’inscrire dans un cycle d’ingénieur en marketing-communication avec pour horizon de créer ma boite dans le domaine de l’évènementiel. En effet, l’une de mes passions était l’organisation d’évènements. A la fin de la formation, l’école avait décidé d’incuber une start-up et je fus sélectionnée à la suite d’entretien pour faire partir de l’équipe. Notre projet étant la création, la mise en ligne et la gestion d’un portail web d’informations générales. Ce projet n’a malheureusement pas atteint la phase de mise en œuvre. Pour autant, ma passion pour les projets dans le domaine du web n’a pas été affectée. J’ai donc rejoint un groupe d’amis informaticiens développeurs et nous avons créé une start-up que nous avons transformé plus tard en une agence de développement web (une SARL). Nous étions 5 et j’étais la seule femme. J’ai donc allié ma passion du web à ma formation en marketing pour arriver à ce que je fais aujourd’hui et qui me passionne, le webmarketing.

Être femme a-t-il été un obstacle ou un avantage dans l’évolution de votre parcours professionnel ?

Être femme a plutôt été un avantage dans mon parcours professionnel, non pas en termes de favoritisme mais en termes d’atouts intrinsèques, de valeurs que je pourrais qualifier de « féminines », à savoir la patience, l’empathie, l’écoute attentive, la finesse dans les détails. Et tous, ces atouts m’ont permis de mieux exercer et développer mes capacités professionnelles.

Qu’est-ce que la Journée du 8 mars représente pour vous ? Tous les jours de l’année doivent-ils être le 8 mars ?

La journée du 8 mars représente pour moi la célébration d’un être à multiple facettes, capable de s’adapter à toutes les situations et qui supporte beaucoup de choses. Hélas, sa voix n’est pas toujours entendue. Je note malheureusement que quelques fois les femmes manquent d’opportunités pour véritablement s’affirmer dans ce qu’elles sont capables de faire. Célébrer pour moi le 8 mars, c’est pouvoir donner une chance à toutes ces femmes qui ont assez de potentialités en elle pour pouvoir s’affirmer.

Doit-on célébrer le 8 mars, tous les jours de l’année ? Je pense que non. Même si, je trouve justifié que l’on marque une pause ce jour-là afin de faire les bilans et réfléchir sur les perspectives d’épanouissement de la femme. Par contre, je pense que tous les autres jours de l’année il faut s’inspirer du 8 mars pour réfléchir et agir en faveur des droits des femmes. En tout cas, une action menée vaut mieux que milles mots de discours

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui souhaiteraient s’inspirer de votre parcours professionnel ?

Aux femmes qui souhaiteraient s’inspirer de mon parcours professionnel, je leur dirais d’être à l’écoute et de pouvoir saisir toutes les opportunités qu’elles rencontreront, même si sur le coup les opportunités ne semblent pas alléchantes. Ce n’est pas forcément du premier coup que l’on peut atteindre ses rêves, le boulot de son rêve, la maison de son rêve etc…

C’est petit à petit que l’on peut se construire et atteindre ses objectifs. J’ajoute que pour se donner les moyens d’arriver à ses fins, il faut viser l’excellence dans ce que l’on entreprend. Ainsi seulement, on développe la confiance en soi et l’on témoigne que nous sommes une personne ayant la capacité à pouvoir assumer des fonctions un peu plus grandes. J’ai commencé dans une Start-up où mon salaire pouvait ne pas être assuré pendant plusieurs mois. J’ai bravé cette difficulté parce que j’avais la forte envie d’apprendre. C’est cela qui m’a permis d’être aujourd’hui au niveau auquel je suis parce que même sans salaire, je me suis donné à fond. J’étais et je le suis toujours dans un perpétuel processus d’apprentissage avec les formations en ligne, les tutos, des séminaires ou camps de formation…car je suis dans un secteur en mouvement permanent et je dois toujours être à jour. Ayez donc foi en ce que vous faites, transformez vos passions en métiers, vous en serez plus qu’épanouies.