Vous êtes ici

La Banque africaine de développement appuie la région du Sahel pour la mobilisation des ressources en faveur de la résilience face aux changements climatiques

13-mar-2019

Au lendemain de la première conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de la Commission Climat pour la Région du Sahel, tenue le 25 février 2019 à Niamey, au Niger, la Banque africaine de développement a co-présidé une table ronde des bailleurs de fonds portant sur le financement du Plan d’investissement climat pour la région (PIC-RS 2018-2030), et le Programme prioritaire pour catalyser les investissements climatiques au Sahel (PPCI 2020-2025).

La Commission climat pour la région du Sahel, présidée par la République du Niger,  est une des trois commissions Climat, créées suite au sommet africain de l’Action en faveur d’une co-émergence continentale, organisé le 16 novembre 2016 à l’initiative de Sa Majesté le Roi du Maroc en marge de la COP22. Les deux autres commissions climat chargées de la gestion des enjeux climatiques des régions sont i) La région du Bassin du Congo, présidée par la République du Congo et ii) Les États insulaires, dont la commission est présidée par les Seychelles. La création de ces trois commissions a été entérinée par la 28ième Assemblée générale de l’Union africaine tenue les 30 et 31 janvier 2017.

Selon le ministre nigérien de l’environnement, « 17 Etats de la bande sahélienne, allant de l’océan Atlantique à la Corne de l’Afrique sont concernés par ce Plan d’investissement climat très ambitieux de près de 400 milliards de $» et le PIC-RS est « la traduction des engagements de nos Etats à travers l’Accord de Paris sur le réchauffement climatique », et son objectif global est de contribuer à l’effort planétaire d’atténuation des émissions de gaz à effet de Serre et d’accroitre les capacités d’adaptation et de résilience de la Région du Sahel aux changements climatiques.

Mais pour le représentant de la Banque africaine de développement, Chef de file partenaires techniques et financiers, « la création d’un environnement favorable aux investissements tant publics que privés conséquents pour la résilience au Sahel, l’alignement avec les Contributions déterminées au niveau national (CDN), ainsi que la mise en place d‘un dispositif institutionnel souple et consolidant les efforts des initiatives existantes, pour coordonner la mobilisation du financement et le suivi – évaluation, sont autant des points importants et essentiels pour une mise en œuvre réussie du Plan d’investissement climat de la région du Sahel ».

Et c’est pourquoi a poursuivi Serge N’Guessan : « la Banque africaine de développement et les partenaires techniques et financiers associés à cette Initiative resteront mobilisés pour la mise en œuvre de ce Programme prioritaire, porteur d’actions transformatrices à grande échelle et d’espoir pour plus 500 millions d’habitants de la région du Sahel ».

Et ces partenaires techniques et financiers qui ont pris part à cette table ronde, sont la Banque africaine de développement, la Banque mondiale, la Coordination du Système des Nations Unies au Niger, l’Union européenne, l’Agence française de développement, le Fonds international pour le développent agricole (FIDA), le Centre de compétence en changement climatique (4C) du Royaume du Maroc, l’Institut de la francophonie pour le développement durable (IFDD), et les Fonds d’Investissements Climatiques (FIC).

Ceux-ci ont promis un montant de 3,41 milliards de $ US pour un besoin exprimé de 1,32 milliard de $ US, assurant ainsi très largement le financement du Programme Prioritaire pour Catalyser les Investissements Climatiques au Sahel (PPCI-RS).

Les contributions financières enregistrées sont déclinées dans l’ordre des annonces comme suit :

  • Banque mondiale : 1,5 milliards de dollars US ;
  • Union européenne : 750 millions d’euros ;
  • France : 250 millions d’euros ;
  • BAD : 1,3 milliards USD dont 500 millions de dollars US pour le PPCI
  • FIDA : 200 millions de dollars US ;
  • Coopération Suisse : 75 millions de dollars US.

 

Contact technique : Laouali Garba, Spécialiste du changement climatique en chef au sein de la Banque africaine de développement, T. +225 77 30 59 99 / l.garba@afdb.org  

Contact media : Sonia Borrini, Chargée de communication, Département du changement climatique et de la croissance verte, BAD - T. +225 20 26 55 62 / s.borrini@afdb.org

Sections Connexes