La Banque africaine de développement octroie 10,2 millions de dollars EU pour la réforme économique en Centrafrique

09/02/2018
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) apporte un appui budgétaire à la République centrafricaine comme prévu dans son plan de trésorerie.

C’est dans cette dynamique que le ministre centrafricain de l’économie, du plan et de la coopération, Gouverneur de la Banque, Felix Moloua et le Responsable-pays de la BAD pour la RCA, Joel Sibaye Tokindang, ont signé le 5 février 2018 à Bangui, un accord de don d’environ 10,2 millions de dollars américains destiné à financer la seconde phase du Programme d’appui aux réformes économiques et financières (PAREF II).

Signé en présence des représentants des partenaires financiers en RCA et de plusieurs hauts cadres de l’administration centrafricaine, cet appui budgétaire programmatique contribuera à l’amélioration de la gestion des finances publiques et à la relance de la croissance économique qui est une des priorités du Plan National de Relèvement et de Consolidation de la Paix pour la Centrafrique (RCPCA) adopté en octobre 2016.

De manière spécifique, cet appui vise à améliorer le recouvrement des recettes fiscales; la transparence et le taux d’exécution du budget (notamment dans les secteurs sociaux; et à consolider la croissance économique à travers une amélioration du climat des affaires et de la gouvernance dans les secteurs productifs comme l’agriculture, la forêt et les mines.

Cette opération, qui est en parfaite cohérence avec les High 5 de la Banque, a été conçue en collaboration avec les autres partenaires au développement et facilitera également la mise en œuvre harmonieuse du programme financé par la Facilité élargie de crédit du Fonds monétaire international (FMI). 

S’exprimant à cette occasion, Felix Moloua s’est félicité de cet accord de don (appui budgétaire) qui permettra au pays de faire face aux tensions budgétaires du moment, saluant l’excellente coopération entre le Groupe de la Banque africaine de développement et la République centrafricaine.


You are currently offline. Some pages or content may fail to load.