Vous êtes ici

L’AfCoP veut changer de cap avec le soutien de la Banque africaine de développement

28-Feb-2019

La Communauté africaine de pratiques (AfCoP) en gestion axée sur les résultats de développement (GRD), qui a son secrétariat au sein de la Banque africaine de développement, a ouvert, mercredi 26 février 2019 à Abidjan, les travaux de sa neuvième assemblée générale, sur le thème : « Réussir la transition vers une institution de référence en GRD en Afrique ».

« L’AfCoP est à un tournant de son histoire. Nous pouvons être fiers du travail accompli et des progrès, dont ont bénéficié les pays de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et du COMESA (Marché commun de l'Afrique orientale et australe) dans leurs efforts de planification, de suivi et de mise en œuvre des priorités nationales de développement », s’est félicité Olivier Shingiro, chargé en chef de l’assurance qualité à la Banque africaine de développement.

Selon Shingiro, cette assemblée générale est une étape importante pour l’AfCoP, « qui est en train de se transformer en une institution autonome. La rencontre doit nous permettre de prendre conscience du plan stratégique de l’organisation et d’examiner les propositions visant à relever les défis auxquels elle est confrontée », a-t-il suggéré aux participants, qui comptaient dans leurs rangs de futurs facilitateurs de l’AfCop, formés en amont de l’assemblée générale.

Le président de l’AfCoP, Mamadou Lamine Ndongo s’est, lui aussi, réjoui du nouveau cadre institutionnel de son organisation. « Il permet la redynamisation des structures organiques et l’adoption du plan stratégique de la Communauté. La voie du succès est bien balisée », a-t-il assuré.

Pour les cinq prochaines années (2019-2023), la Communauté devrait ainsi mobiliser l’ensemble de ses composantes ainsi que les communautés nationales et régionales, les groupes thématiques et les réseaux de connaissances pour développer des synergies en faveur d’institutions compétentes et rentables. 

« Nous devons nous engager à poursuivre le développement et la promotion d’une culture du résultat afin de contribuer à la transformation structurelle du continent », a admis, pour sa part, Yéo Nawa, directeur de cabinet du ministre du Plan et du Développement de Côte d’ivoire. « Toutefois, les interventions de l’AfCoP devraient se focaliser davantage sur des actions touchant directement la vie des populations », a-t-il ajouté.

La Communauté africaine de pratiques (AfCoP) a été créée en 2007 pour répondre à l’appel des gouvernements africains et des praticiens visant à partager les leçons apprises et les bonnes pratiques sur la gestion axée sur les résultats de développement (GRD) en Afrique. Elle compte plus de 4 000 décideurs et praticiens issus de 68 pays à travers le monde. L’AfCoP fournit une plateforme pour l’échange des expériences et des connaissances entre les praticiens du développement sur le continent.

Depuis 2012, la Banque africaine de développement et la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique(ACBF) soutiennent au quotidien les échanges de connaissances de l’AfCoP et les partenariats avec 17 pays ainsi qu’avec le COMESA et l’UEMOA.