Vous êtes ici

Libérer le potentiel de la jeunesse tunisienne au service de l’innovation

06-sep-2019

Quelques coups de peigne dans les cheveux après le maquillage. Et voilà Maroua Khemiri préparée pour une journée qui s’annonce pleine. Jeune ingénieure, elle a décroché un contrat chez Eleone-Tech en Tunisie. Après avoir gravi les échelons, elle occupe désormais le poste de responsable du système d’exécution.

« Lorsqu’une société est stable, elle vous donne un environnement favorable pour travailler. C’est rassurant parce qu’on trouve les moyens et l’opportunité de s’épanouir, de grandir petit à petit. Cela donne envie d’avancer et de mettre la barre un peu plus haut », résume fièrement Maroua. Elle réside à Bizerte au Nord-Ouest de la Tunisie avec ses parents.

Dans ce pays nord-africain, Maroua assure qu’être femme ingénieure « n’est pas chose commune, surtout dans le domaine industriel ». « A la fin de mes études, je ne trouvais pas d’emploi. Cela m’a frustrée au point de penser à m’expatrier. Aujourd’hui, je suis cheffe de projet. C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste dans le groupe. Je me sens très fière et épanouie et très heureuse d’être responsabilisée. Cela m’a redonné confiance », affirme-t-elle, à haute voix.

Soutien d’un secteur privé moteur de croissance et de développement en Tunisie, la Banque africaine de développement a accompagné le développement et l’émergence d’entreprises technologiques dans le pays. Ces dernières procurent des opportunités d’emplois à une nouvelle génération de jeunes tunisiens, à l’image de Maroua. Environ 2 500 emplois ont été créés depuis 2011.

« Nous croyons énormément au talent de ces jeunes, souligne Slim Sellani, directeur général d’Eleone Tech. C’est grâce à leurs qualités que nous avons pu nous développer et assurer une belle croissance ces dernières années. Nous avons un groupe jeune et grâce à leurs talents, nous avons pu développer et fabriquer des produits de haute technologie et de bonne qualité ».

Avec un investissement conséquent au cours de la dernière décennie, Eleone Tech ambitionne de porter l’innovation à un niveau supérieur en recrutant les jeunes talents tunisiens. Permettant à l’entreprise de passer de la production de câbles à celle de composants électroniques. Une spécialisation qui occupe la majorité de ses 4 200 employés.

Ce virage vers l’innovation, associé à la volonté de créer des emplois, a été soutenu, à travers une participation dans le fonds Africinvest, par la Banque africaine de développement et ce, afin de promouvoir le développement du secteur privé et de l’innovation, de stimuler l’emploi et de créer des opportunités.

« Notre entreprise travaille avec EleoneTech. C’est notre fournisseur historique de cartes électroniques pour les compteurs d’énergie. Appartenir à un écosystème aussi puissant, aussi efficace, nous permet de croître, d’innover et d’offrir de nouvelles opportunités d’embauche afin de résorber le chômage des jeunes diplômés des universités tunisiennes », explique Mongi Jelassi, directeur de Siama, une société industrielle d’appareillage et de matériels électriques.

Modèle de réussite en Tunisie, Eleone Tech, comme de nombreuses autres entreprises tunisiennes, envisagent désormais d’exporter son expertise sur tout le continent africain.

« J’ai vu des clients qui ont décidé de venir investir en Tunisie, après des visites sur sites. Cela a permis de donner une nouvelle image au pays qui ne se limite plus au secteur touristique ou textile. Nous sommes confiants et nous sommes en train de progresser. Nous avons des atouts et des compétences qui vont nous permettre d’assurer la transition vers le futur et vers des horizons prometteurs en Afrique », assure Slim Sellami.

Sections Connexes