Le nouvel Institut africain du Prix mondial de l’alimentation va créer des bourses Borlaug-Adesina

Le fonds créé par le président Adesina pour les jeunes agripreneurs africains doté de 600 000 dollars EU

22/10/2017
Share |

Le nouvel Institut africain du Prix mondial de l’alimentation va créer des bourses Borlaug-Adesina

La Fondation pour le Prix mondial de l’alimentation s’associe  au président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, pour créer l’Institut africain du Prix mondial de l’alimentation, a-t-il été annoncé vendredi 20 octobre 2017, à Des Moines, dans l’État américain de l’Iowa.

Cela fait suite à l’attribution du Prix mondial de l’alimentation 2017 à Akinwumi Adesina. Le président de la BAD avait annoncé, lors de la remise officielle de son prix, la semaine dernière, sa décision de consacrer la récompense numéraire de 250 000 dollars EU à la création d’un fonds entièrement voué à financer les jeunes agriculteurs et agripreneurs qui s’emploient à nourrir l’Afrique.

Aussitôt dévoilée cette décision du lauréat du Prix mondial de l’alimentation 2017, des donateurs ont annoncé vouloir y contribuer à leur tour.

« L’Institut africain du Prix mondial de l’alimentation soutiendra de jeunes agripreneurs, qui seront des boursiers Borlaug-Adesina. Ce qui va nous permettre de perpétuer l’héritage de Norman Borlaug qui est d’apporter aux agriculteurs les technologies agricoles, et la philosophie qui est la mienne de promouvoir à consacrer l’agriculture en tant qu’activité entrepreneuriale », a déclaré Akinwumi Adesina dans un discours qu’il a prononcé, vendredi 20 octobre, dans le cadre du Symposium du Dialogue de Borlaug qui ponctue le Prix mondial de l’alimentation.

« Les jeunes d’Afrique sont l’avenir du continent et je leur garantis mon plein soutien », a ajouté le président de la BAD.

Pour mieux soutenir ce vœu  du lauréat 2017, John M. Harrington III de la Sheffield Corporation a promis d’allouer 250 000 dollars EU de plus au fonds, tandis que .John Ruan III, président de la Fondation pour le Prix mondial de l’alimentation, s’est engagé, quant à lui, à verser 100 000 dollars EU. Ce qui porte à 600 000 dollars EU le montant désormais affecté au nouveau fonds que veut créer Adesina pour développer le potentiel des jeunes Africains dans l’agriculture et les entreprises agricoles.

Monsieur Adesina a  salué le geste de John M. Harrington III et John Ruan III et les a remerciés de leur soutien pour concrétiser son vœu de changer la donne pour les jeunes agriculteurs d’Afrique.

Dans son discours, intitulé « La voie de l’Afrique pour se sortir de la pauvreté », Akinwumi Adesina a expliqué les raisons pour lesquelles l’Afrique a besoin que davantage de gens, plus jeunes et mieux éduqués, s’engagent dans le secteur agricole, pour prospérer.

« Ils vont se lancer dans l’agriculture comme dans une entreprise. Ils vont rendre l’agriculture “tendance“. Je suis convaincu que les futurs millionnaires et milliardaires en Afrique viendront du secteur agricole », a-t-il assuré.

La Banque africaine de développement (BAD) multiplie les investissements pour attirer plus de jeunes agriculteurs commerciaux et d’agripreneurs dans l’agriculture à travers une initiative ad hoc, ENABLE Youth (acronyme pour l’anglais Empowering Novel Agri-Business-Led Employment for Youth, soit “Stimuler la création d’emplois agro-industriels pour les jeunes”).

La BAD va également donner plus de moyens aux femmes et étendre leur accès aux financements.

Le président Adesina a la ferme conviction que ces initiatives aideront à sortir des millions de personnes de la pauvreté en Afrique et, ce faisant, à  leur permettront de prospérer.

« C’est mon histoire. Mon père et mon grand-père étaient agriculteurs. Et ils étaient devenus si pauvres qu’ils devaient travailler comme ouvriers agricoles à temps partiel dans les fermes des autres. Mon père me disait que l’agriculture ne paye pas. Et c’est grâce à un bienfaiteur qu’il est parvenu à quitter son village pour bénéficier d’une éducation », a indiqué monsieur Adesina.

« C’est cette opportunité en or, a-t-il poursuivi, qui, au prix de nombreux sacrifices, m’a permis de suivre des études. Et aujourd’hui, grâce à Dieu, j’ai la chance inouïe de me tenir sur la scène internationale pour recevoir le Prix mondial de l’alimentation ».

Le lauréat 2017 du prix mondial de l’alimentation a insisté sur le fait que, pour  véritablement éradiquer au plus vite la pauvreté intergénérationnelle, l’Afrique doit investir dans l’éducation à travers tout le continent, en particulier en milieu rural.

Qualifiant son aspiration à nourrir l’Afrique de « mission », Akinwumi Adesina a fait une référence biblique à Saint Paul, déclarant : « J’entends également les voix de l’Afrique rurale qui me disent : “Venez et aidez-nous à sortir de la pauvreté” ».

« Norman Borlaug, lauréat du prix Nobel de la paix 1970 et créateur du Prix mondial de l’alimentation, a été le premier à prêcher cet  ‘évangile de l’agriculture’ car il entendait les voix d’un milliard de personnes et, grâce à son travail acharné, il a conduit à une révolution verte à travers l’Asie, qui a permis de nourrir un milliard de personnes ».

Pour plus d’informations sur les événements du Prix mondial de l’alimentation et sr le Dialogue Borlaug :

https://www.afdb.org/fr/2017-world-food-prize-week/ 

https://www.worldfoodprize.org/en/about_the_prize/about_the_world_food_prize__french/

Texte intégral du discours (en anglais) : http://bit.ly/2yFqZHZ

#FoodPrize17