Akinwumi Adesina, président de la BAD, remporte le Prix mondial 2017 de l’alimentation

27/06/2017
Share |

« À travers ses fonctions au cours des deux dernières décennies auprès de la Fondation Rockefeller, au sein de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) ainsi que comme ministre de l’Agriculture du Nigeria, Monsieur Adesina a joué un rôle de premier plan pour dynamiser la volonté politique de transformer l’agriculture africaine avec des initiatives qui visent à accroître la production agricole, déjouer la corruption dans l’industrie nigériane des engrais et à augmenter de façon exponentielle la disponibilité de crédits pour les petits exploitants agricoles sur tout le continent africain ».

Le Prix mondial de l’alimentation 2017 a été décerné, lundi 26 juin, à Akinwumi Ayodeji Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement, « pour avoir aidé l’Afrique à prendre les bonnes décisions dans le secteur agricole et pour en avoir fait un acteur majeur de la sécurité alimentaire mondiale ». Le conseil d’administration du la Fondation du Prix mondial de l’alimentation, qui fait le choix du lauréat, , a souligné le rôle capital qu’a joué Akinwumi Adesina en faveur d’une meilleure disponibilité des semences, des engrais et des financements pour les agriculteurs africains, ainsi que pour avoir aidé les jeunes Africains à davantage s’engager dans l’agriculture, en la percevant comme une activité lucrative.

L’annonce officielle de la remise du prix a été faite lundi lors d’une cérémonie présidée par le secrétaire de la fondation, Sonny Perdue, au Département américain de l’agriculture à Washington D.C. « Akinwumi Adesina recevra le prix de 250 000 dollars EU, administré par la Fondation du Prix mondial de l’alimentation basée à Des Moines (Iowa, ndlr), en octobre, lors d’une cérémonie au Capitole », a-t-il précisé.

Le Prix mondial de l’alimentation a été créé par Norman E. Borlaug, originaire du nord-est de l’Iowa, prix Nobel de la paix en 1970 pour ses travaux menés sur l’alimentation de la planète grâce aux progrès scientifiques de la Révolution verte.

Sonny Perdue a félicité Akinwumi Adesina pour ses efforts inlassables en faveur de la sécurité alimentaire en Afrique et dans le monde. Il a toutefois souligné que d’énormes obstacles subsistent, la croissance démographique mondiale posant le défi de devoir nourrir 9 milliards de personnes. « Akinwumi Adesina sait que notre travail n’est pas achevé », a-t-il ajouté.


A l’adresse de l’auditoire réunissant les acteurs majeurs du développement bilatéral et multilatéral dans le monde, Akinwumi Adesina a dit que la passion qui l’anime est de transformer l’agriculture africaine en un moyen d’extraire des millions de personnes de la pauvreté, exprimant sa fierté que son action soit ainsi reconnue. « Il est crucial de montrer aux jeunes des régions rurales de l’Afrique que l’agriculture peut être rentable et améliorer leur vie […] ».

En décernant cette année son prix à Akinwumi Adesina, l’organisation consacre les efforts que celui-ci déploie au sein du Groupe de la Banque africaine de développement en faveur de ses « Cinq grandes priorités » – éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; nourrir l’Afrique ; industrialiser l’Afrique ; intégrer l’Afrique ; et améliorer la qualité de vie des Africains. L’un des points forts d’Akinwumi Adesina est sa grande capacité à bâtir des partenariats entre banques commerciales et organismes de développement, de sorte de procurer des prêts à des dizaines de milliers d’agriculteurs et d’entreprises agroalimentaires au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda, au Ghana et au Mozambique – entre autres. Au Nigeria, où il fut ministre de l’Agriculture de 2011 à 2015, il s’est imposé en lançant des programmes destinés à rendre le pays autonome en matière de production de riz, et a contribué à faire du manioc une culture commerciale majeure et une matière première d’importance pour les boulangeries. Surtout, le succès remporté par Akinwumi Adesina auprès des agriculteurs du Nigeria, qu’il a aidés à accroître leurs rendements agricoles grâce à un dispositif de portefeuille électronique qui leur permet d’obtenir des engrais, a débouché sur une amélioration spectaculaire de la production agricole, renforçant la sécurité alimentaire de 40 millions de personnes dans les foyers agricoles ruraux du pays.

Le directeur régional des programmes de la Banque africaine de développement pour l’Afrique de l’Est, Laté Dodji Lawson Zankli, a déclaré : « Je suis fier que notre président soit reconnu à l’échelle mondiale comme un homme de valeur. Il a beaucoup de sagesse à partager. Étant un homme de valeur, il est devenu un homme de réussite. Il est une source d’inspiration pour de nombreux jeunes Africains ».

Le Prix mondial de l’alimentation vient s’ajouter à une longue liste de récompenses décernées au président de la BAD au long de sa carrière. Il y a deux semaines, il a reçu le Prix 2017 Gene White pour l’ensemble de ses travaux menés dans le domaine de la nutrition des enfants. En 2010, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon l’avait désigné comme l’un des dix-sept leaders internationaux chargés de définir les Objectifs du millénaire pour le développement aux côtés de Bill Gates, du Premier ministre espagnol et du président du Rwanda. Il a été élu personnalité de l’année par le magazine Forbes Africa en 2013, et il figurait au début du mois parmi les 100 personnalités de référence au monde dans une liste publiée par Reputation Poll, une société-conseil basée en Afrique du Sud.