Vous êtes ici

Assemblée générale des Nations unies : le Groupe de direction de l’initiative « Renforcer la nutrition » se réunit pour tracer la feuille de route.

25-sep-2019

« De l’énergie, de la passion et de nombreux jeunes prêts à agir en faveur de la nutrition » : tels sont les mots prononcés, mardi 24 septembre, à l’attention des membres du Groupe de direction, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies qui se tient jusqu’au 30 septembre à New-York.

Ces mots sont destinés à soutenir la nouvelle phase de l’initiative « Renforcer la nutrition » (SUN), appuyée par une participation accrue du secteur privé.

Lancée en 2010 par le secrétaire général de l’ONU, l’initiative SUN regroupe 61 pays et quatre États indiens. Elle est soutenue par plus de 3 000 organisations de la société civile, quelque 500 entreprises, cinq organismes des Nations unies et un groupe important de donateurs et de fondations actifs au niveau international.

La réunion des dirigeants du Groupe s’est déroulée au siège de l’UNICEF, à New York. Les participants étaient réunis pour décider de la poursuite de l’initiative SUN dans sa troisième phase (2021-2025), et pour prendre des engagements en vue d’atteindre son objectif : éliminer la malnutrition sous toutes ses formes d’ici à 2030.

« Vous êtes ici parce que vous souhaitez agir », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF et présidente du Groupe de direction de l’initiative SUN. « Nous avons fait des progrès, mais ce n’est pas suffisant, […] nous devons accélérer le mouvement », a-t-elle lancé à son auditoire.

Prenant la parole au nom de leurs organisations et gouvernements respectifs, les membres du Groupe ont tour à tour présenté des idées et des engagements concrets à l’appui de l’initiative.

Soulignant le rôle fondamental d’une nutrition adéquate, le président de la Banque africaine de développement et membre du Groupe de direction, Akinwumi Adesina, a déclaré que la Banque allait exhorter les ministres des Finances du continent à placer la nutrition en tête de leurs priorités budgétaires nationales. « Nous avons créé un groupe moteur qui implique les ministres des Finances africains. La mise en place de cadres nationaux en faveur de la nutrition ne peut se faire sans leur participation », a-t-il affirmé.

Le président Adesina a indiqué que le tableau de bord de la responsabilité nutritionnelle, instauré sur le continent lors du Sommet de l’Union africaine en février 2019, donnait aux chefs d’État un aperçu régulier des progrès réalisés et des domaines où des mesures devaient être prises afin d’atteindre les objectifs nutritionnels fixés.

Il a également annoncé qu’il dévoilerait, avant la fin de l’année, sa nouvelle fondation, la World Hunger Fighters Foundation, qui sera financée grâce aux gains de ses récompenses internationales, notamment le Prix mondial de l’alimentation et le prix Sunhak pour la paix : « Les premiers lauréats, membres de la “Promotion Borlaug-Adesina” ainsi baptisée en hommage au docteur Norman Borlaug, Prix Nobel qui fut aussi mon mentor, seront annoncés à l’occasion du Prix mondial de l’alimentation qui se tiendra en octobre dans l’Iowa ».

Pour Gerda Verburg, Secrétaire générale adjointe des Nations unies et coordonnatrice de l’initiative SUN, il est essentiel de mobiliser des financements afin de combler le déficit créé par la baisse des ressources nationales et des fonds provenant du secteur privé : « Il faut que les ministres des Finances se saisissent de la question […] que nous devons associer au capital humain ».

Des initiatives innovantes ont été présentées, parmi lesquelles un guide sur la nutrition adressé aux parlementaires camerounais, des programmes de nutrition destinés à la main-d’œuvre en Zambie, ou encore des écoles agricoles et des cours de jardinage qui ont permis au gouvernement philippin de nourrir 40 000 enfants.

Grâce à son initiative intitulée « Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique » (TAAT), la Banque africaine de développement et ses partenaires ont contribué à développer la bio-fortification à grande échelle en introduisant des haricots à forte teneur en fer en République démocratique du Congo et en République centrafricaine, et en généralisant la culture de la patate douce à chair orange au Ghana et en Ouganda.

Dans sa synthèse des contributions, la directrice de l’UNICEF a déclaré que les membres de l’initiative SUN avaient démontré leur volonté de faire entrer l’initiative dans sa troisième phase afin d’atteindre ses objectifs, soutenus par « l’énergie, la passion et de nombreux jeunes prêts à agir en faveur de la nutrition ».

L’initiative SUN organisera une réunion de premier plan lors du Sommet de la nutrition pour la croissance prévu l’an prochain à Tokyo, au cours duquel elle fêtera ses dix ans d’existence.

 

Pour plus d’informations sur la participation de la Banque africaine de développement à la 74e Assemblée générale des Nations unies (UNGA2019), cliquez ici

 

UNGA 74 :Scaling up Nutrition

Contact: 

Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures de la Banque africaine de développement

Sections Connexes