Vous êtes ici

Sénégal : les administrateurs de la Banque africaine de développement veulent évaluer les impacts des projets financés par la Banque

17-Feb-2020

Les administrateurs du Groupe de la Banque africaine de développement conduisent une mission de consultation du 17 au 21 février au Sénégal, ponctuée, ce lundi, par des réunions dans cinq ministères et des visites dans des structures de projets.  

La mission a d’abord été reçue par le ministre de l’Économie du plan et de la coopération, Amadou Hott, également gouverneur de la Banque pour le Sénégal, qui a remercié les administrateurs pour le choix de la Banque africaine de développement porté sur le Sénégal. Il estime que les projets financés par la Banque, notamment l’aéroport international AIBD et le pont entre la Gambie et le Sénégal, ont contribué à renforcer l’attractivité du pays. « Le soutien déterminant de la Banque nous a permis de dépasser les objectifs de la première phase du Plan Sénégal émergent » a-t-il expliqué. Il a mis en lumière les nouvelles perspectives offertes par le pétrole et le gaz et la place grandissante accordée aux partenariats publics privé (PPP) et au secteur privé.

Le porte-parole des administrateurs, Saïd Maherzi, a plaidé en faveur du renforcement de la coopération entre la Banque et le Sénégal, dont les débuts remontent à 1972. Il est revenu sur l’importance de la maîtrise du cadre macroéconomique par le gouvernement sénégalais. Certains administrateurs ont insisté sur l’importance des questions de sauvegarde sociale et environnementale ainsi sur la maîtrise de la dette et la bonne gestion des ressources pétrolières et gazières. Amadou Hott a confirmé l’attention particulière accordée parle Sénégal à la maîtrise de sa dette publique, qui ne devrait pas dépasser 3% du PIB entre 2020 et 2021. Le ministre a réitéré le soutien du Sénégal à la candidature du président Akinwumi Adesina pour un second mandat à la tête de l’institution.

Les administrateurs se sont rendus ensuite dans la ville nouvelle de Diamniadio, qui abrite plusieurs ministères, à 25 km de Dakar. Le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé, a souligné l’importance de l’autosuffisance en riz, la diversification des productions et la maîtrise des chaînes de valeur. « Mon département travaille beaucoup avec la Banque », s’est-il réjoui. Les administrateurs ont appelé au renforcement des mesures favorisant l’emploi et l’entreprenariat rural, la petite irrigation et l’innovation technologique au service de l’agriculture.

Le ministre des Infrastructures terrestres et du désenclavement, Oumar Youm, a évoqué le rôle des corridors de connectivité régionale, le pont Gambie-Sénégal, le projet Dakar-Bamako-Kano, le pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal et le corridor Dakar-Conakry. « Avec 401 milliards de francs CFA injectés dans les routes en quatre ans, ce que la Banque fait pour accompagner le Plan Sénégal émergent est tout simplement remarquable », a-t-il affirmé.

Au ministère du Tourisme et des transports aériens, le directeur des Transports aériens, Mathiaco Bessane, a présenté, de son côté, le Plan stratégique de développement du tourisme et du transport aérien sur la période 2020-2025, après avoir souligné le leadership de la Banque dans la mise en place de l’aéroport AIBD.

Pour sa part, la secrétaire générale du ministère du développement communautaire de l’équité sociale et territoriale a détaillé aux administrateurs tous les programmes de solidarité et d’équité sociale, notamment les bourses de sécurité familiale.

Les administrateurs de la Banque ont également eu des échanges avec des représentants de  structures de projets. L’administrateur du Fonds souverain d’investissement stratégiques (FONSIS), partenaire du secteur privé a témoigné avoir « créé ou maintenu près de 4 000 emplois ». Le directeur général de l’Agence de promotion des investissements (APIX), a expliqué le travail réalisé pour l’amélioration de l’environnement des affaires et la mise en place de zones économiques spéciales. Selon Amadou Sarr, qui dirige la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER), « plus de 70 000 personnes ont bénéficié d’un appui à l’autonomisation, en particulier les femmes et les jeunes. »

Contact: 

Amadou Mansour Diouf, Département de la communication et des relations extérieures, Banque africaine de développement

Sections Connexes