Vous êtes ici

TICAD 7 : Investir dans les marchés alimentaires de l’Afrique pour gagner la guerre contre la faim et améliorer la nutrition – Banque africaine de développement

« Pour les gouvernements, il y a une justification économique à l’investissement dans la matière grise » – Jennifer Blanke
30-aoû-2019

Yokohama, Japon, le 30 août 2019 – En investissant dans les marchés alimentaires de l’Afrique, les gouvernements peuvent gagner la guerre contre le rachitisme et améliorer la nutrition à travers tout le continent. En effet, avec le soutien d’institutions telles que la Banque africaine de développement, les résultats seraient avantageux pour tous.

« Quel immense potentiel les marchés alimentaires représentent ! “Nourrir l’Afrique”, qui est l’une des grandes priorités du “High 5” de notre Banque, place la nutrition au cœur de ses ambitions », a déclaré jeudi Jennifer Blanke, vice-présidente chargée de l’agriculture et du développement humain et social à la Banque, à l’occasion d’une discussion de groupe lors de la deuxième journée de la 7e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique.

Cette session, organisée par le Groupe mondial sur les systèmes agricoles et alimentaires pour la nutrition (GPAN) et les Dirigeants africains pour la nutrition (ALN), était intitulée « Mettre fin à la malnutrition en Afrique : vers la nutrition pour la croissance à l’horizon de 2020 et au-delà ».

Des membres de la haute direction de la Banque, avec à leur tête son président Akinwumi Adesina, participent dans la ville japonaise de Yokohama au TICAD de cette année qui a pour thème : « Faire avancer le développement de l’Afrique à travers la technologie, l’innovation et les personnes ». La conférence est axée sur la transformation et la conjoncture économiques de l’Afrique par le biais de partenariats et d’une coopération accrue avec le Japon.

Bien qu’ils détiennent 60% des terres cultivables du monde, les pays africains importent annuellement près de 50 milliards de dollars nets de denrées alimentaires. Et pourtant, l’explosion démographique et l’essor de la classe moyenne représentent une opportunité considérable pour l’agroalimentaire et les marchés de consommation.

« Pour les gouvernements, il y a une justification économique à investir dans la matière grise, les ressources intellectuelles, et ceci nécessite des régimes alimentaires bien plus nutritifs », a précisé Jennifer Blanke.

Étant donné que, dans leur grande majorité, les populations africaines se procurent leur alimentation dans les marchés locaux, le système alimentaire regorge d’opportunités commerciales pour les aliments sains, et les investisseurs potentiels ont été exhortés à les étudier.

Les petites et moyennes entreprises (PME) en particulier jouent un rôle déterminant dans les chaînes d’approvisionnement en aliments en Afrique, mais leur croissance a été lente. « La plus importante contrainte entravant leur développement est un accès insuffisant au financement », a fait remarquer Lawrence Haddad, directeur exécutif de l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition.

Lors d’autres événements parallèles tels qu’une session sur l’investissement dans le développement du capital humain et une autre sur la transformation rurale et l’agriculture durable à l’ère numérique, organisées conjointement par la Banque et le Programme alimentaire mondial, les décideurs se sont penchés sur l’importance du secteur privé et d’un environnement favorable à la lutte contre la malnutrition.

Les femmes et les filles doivent être autour de la table de discussion

Mercredi, une discussion sur l’autonomisation des femmes et des filles a fait ressortir la façon dont celle-ci contribue directement au programme de développement de l’Afrique.

La technologie, l’accès au financement, l’éducation et la technologie numérique peuvent aider les femmes à surmonter de nombreux obstacles.

« Il est essentiel que les femmes aient les moyens d’action leur permettant de devenir un instrument de la transformation de la société », a observé Mme Toshiko Abe, représentante du ministère des Finances du Japon.

Jennifer Blanke a indiqué que les femmes employées dans l’agriculture étaient un groupe de parties prenantes qui n’est pas suffisamment pris en considération. Dans de nombreuses régions de l’Afrique, la plupart des acteurs de l’agriculture sont des femmes.

Le programme de Discrimination positive en matière de financement pour les femmes d’Afrique (AFAWA) de la Banque a pour ambition de soutenir les femmes entrepreneurs en Afrique. À travers l’AFAWA, la Banque africaine de développement vise à lever au moins 300 millions de dollars pour un fonds de garantie qui donnera l’impulsion à des prêts s’élevant à dix fois cette somme (environ 3 milliards de dollars) au profit des femmes entrepreneurs africaines. 

« Nous pouvons mobiliser davantage de fonds pour les femmes », a affirmé Jennifer Blanke.

 

Contact: 

Amba Mpoke-Bigg, Département de la communication et des relations extérieures de la Banque africaine de développement, email: a.mpoke-bigg@afdb

Sections Connexes