Le SEFA finance la préparation du tout premier projet de gazéification de la biomasse en Ouganda

15/12/2016
Share |

Le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (connu sous le sigle en anglais : SEFA) a approuvé un don d’une valeur de 993 000 USD en faveur de l’entreprise ougandaise, Earth Energy Company Limited, au titre de la préparation du tout premier projet de gazéification de la biomasse dans le pays. Ce projet devrait aboutir à une production complémentaire de 20 mégawatts d’électricité de base au réseau national. Le don facilitera en particulier la réalisation d’études préliminaires nécessaires au démarrage du projet, notamment une étude de faisabilité technique complète, une évaluation de l’impact environnemental et social, une étude d’ingénierie et de conception préliminaire et détaillée, ainsi que des activités de gestion du projet. Cet appui participe des efforts de la Banque africaine de développement (BAD) visant à augmenter le nombre d’investissements privés dans les énergies renouvelables.

« Ce don jouera un rôle clé tant dans le déploiement d’une technologie innovante dans un contexte africain, que dans la fourniture d’une autre source d’énergie propre à un pays tel que l’Ouganda, largement tributaire de l’hydroélectricité. Ce rôle de catalyseur et ce type d’impact sont ceux attendus du SEFA » a déclaré Amadou Hott, Vice-président pour l’énergie, le climat et la croissance verte de la BAD.

En plus de la vente d’électricité au réseau national, ce projet devrait également fournir à 15 000 agriculteurs un revenu annuel supplémentaire de 720 USD par personne sur la vente de résidus agricoles au projet et contribuer à la création de 6 000 nouveaux emplois dans la périphérie de la ville de Gulu, dans les plantations et dans le cadre de l’exploitation de la centrale électrique. La prévention de la déforestation par la mise à la disposition des communautés rurales de briquettes de charbon à usage agricole à un prix abordable comme alternative au bois de chauffage, la réduction de la pollution atmosphérique et l’autonomisation des femmes en milieu rural figurent au nombre des autres avantages environnementaux et sociaux du projet.

Le projet cadre avec la politique de l’Ouganda en matière d’énergie renouvelable dans laquelle le gouvernement ougandais a exposé sa « vision » qui consiste à accroître l’utilisation de ces énergies modernes de 4 % actuellement à 61 % d’ici fin 2017. La proposition s’aligne également parfaitement sur les stratégies de la Banque visant à promouvoir la transition vers des sources d’énergie propre et l’accès universel à l’énergie, ainsi que le développement rural et la création d’emplois, en particulier la Stratégie de la banque (2013-2022) et le « New Deal » pour l’énergie en Afrique (2016-2025).

James Orima, président de Earth Energy Company a, pour sa part, affirmé que « le financement du SEFA constitue non seulement une marque de confiance vis-à-vis du secteur de l’énergie ougandais, mais aussi une preuve de l’engagement de la BAD à faire de l’accès universel à l’énergie en Afrique une réalité d’ici 2025. Le projet Earth Energy répond également directement à l’objectif stratégique du gouvernement ougandais de diversifier les sources de production d’énergie ». « La centrale électrique alimentée à la biomasse de Earth Energy sera la première centrale et la plus grande de ce genre en Afrique de l’Est, et injectera dans le réseau ougandais l’électricité supplémentaire nécessaire, menant ainsi le pays à l’industrialisation et l’aidant par la même occasion à se rapprocher du statut de pays à revenu intermédiaire », a-t-il ajouté.

Le biocarburant est une importante source d’énergie en Afrique subsaharienne, qui représente environ 80 pour cent de la consommation mondiale d’énergie. Cependant, les investissements dans l’énergie issue de la biomasse s’élèvent à moins de quatre pour cent. « Soutenir ce projet privé peut, à terme, entraîner une augmentation significative des technologies de la biomasse en vue de répondre à la demande croissante sur le continent » a déclaré M. Hott.