Afrique du Sud : 990 000 $ du SEFA pour la construction d’une centrale à biomasse

09/11/2017
Share |

Le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA par acronyme anglais) a approuvé une opération d’un montant de 990 000 dollars américains, au bénéfice d’eThala Management Services, destiné au financement de la construction d’une centrale électrique, alimentée par combustion de biomasse. D’une capacité de 10 MW, elle doit voir le jour à Harding, à 200 kilomètres au sud de Durban, dans la province sud-africaine de KwaZulu Natal.

Le projet permettra de davantage diversifier le mix énergétique en Afrique du Sud en évitant de recourir au charbon, en privilégiant la production d’énergies renouvelables à partir de la biomasse. La viabilité du projet aura un effet d’entraînement important en matière de bioénergie, et mettra en valeur les accords d’achat d’électricité dans la production d’énergies renouvelables. Le projet devrait renforcer l’autonomisation économique et stimuler le développement socio-économique de la collectivité de Harding. La biomasse qu’utilisera le projet sera issue des déchets générés par les activités agricoles, forestières et de transformation du bois, qui, associés à la technologie de gazéification, offrent des avantages indéniables en termes de réduction des émissions de CO2.

Pour Ousseynou Nakoulima, le directeur de la BAD chargé des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, « le projet s’inscrit dans le cadre du Programme de discrimination positive de la Banque en matière de financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA par acronyme anglais, ndlr), vu que son commanditaire est une entreprise dirigée par des femmes ». Et d’ajouter : « il peut avoir un effet d’entraînement potentiel significatif ». Le financement du SEFA aidera à porter le développement du projet jusqu’à sa clôture financière, grâce à des études techniques détaillées, à une évaluation de l’impact environnemental et social complète, ainsi qu’à des prestations de conseil juridique et de conseil en financements et transactions. 

Le projet répond à la Stratégie décennale 2013-2022 de la Banque en matière d’accès à l’électricité, ainsi qu’à sa Stratégie 2013-2017 de développement du secteur privé, à travers la mobilisation d’investissements du secteur privé, à sa Politique du secteur de l’énergie entérinée en 2012 et au New Deal pour l’énergie en Afrique. Il reflète par ailleurs le Document de stratégie pays 2013-2017 de la Banque pour l’Afrique du Sud, qui met l’accent sur l’appui aux « projets pilotes qui font appel aux technologies de pointe pour la production d’électricité propre et l’efficacité énergétique ».