Vous êtes ici

Allocution de M. Akinwumi A. Adesina, Président du Groupe de la Banque africaine de développement, à l’occasion de l’inauguration du bureau pays du Groupe de la Banque africaine de développement en Guinée, Conakry, le 23 juillet 2019

24-juil-2019
  • Excellence, Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée,
  • Monsieur le Premier ministre Kassory FOFANA
  • Madame la ministre du Plan et du Développement économique, ma chère sœur Madame Kanny Diallo,
  • Mesdames et Messieurs les ministres,
  • Monsieur l’administrateur Moussa Dosso, représentant la Guinée, la Côte d’Ivoire et la Guinée équatoriale à la Banque africaine de développement,
  • Excellences, Mesdames et Messieurs les ambassadeurs et chefs d’organisation internationale,
  • Monsieur le vice-président Célestin Monga, Madame la directrice générale Marie Laure Akin-Olugbade, Madame Atsuko Toda, directrice du Département de la finance agricole et du développement rural, Monsieur le conseiller spécial du Président de la Banque pour l’industrialisation, Professeur Oyeyinka, Monsieur le chef de bureau pays Léandre Bassolé,
  • Mesdames et Messieurs le membres du personnel du Bureau pays en Guinée,
  • Mesdames et Messieurs de la presse,
  • Distingués invités,
  • Mesdames, Messieurs,

Bonjour à tous. Monsieur le Président Alpha Condé, mon cher aîné, je voudrais vous dire à quel point je suis heureux d’être ici en Guinée ! Vous comprendrez tous pourquoi j’ai de l’admiration pour le Président Condé : c’est un homme sage. C’est un leader très déterminé et dynamique. C’est un des défenseurs du développement de l’Afrique et un des grands défenseurs de la Banque africaine de développement.

Permettez-moi, Excellence Monsieur le Président Alpha Condé, de vous exprimer mes sincères remerciements, pour avoir accepté de venir inaugurer le Bureau pays de la Banque africaine de développement en Guinée.

La cérémonie d’aujourd’hui, Monsieur le Président, représente une étape cruciale dans la coopération entre la République de Guinée et la Banque africaine de développement – votre Banque.

La Banque a commencé ses opérations en Guinée en 1974. Ces 45 dernières années, nous avons travaillé ensemble au développement de la Guinée. Et notre partenariat a donné des résultats remarquables au fil des ans.

Aujourd’hui, nous ouvrons une nouvelle page de ce partenariat. L’inauguration de cet édifice magnifique transmet un message clair : la Banque africaine de développement est ici pour rester définitivement en Guinée !

Ce bureau pays, Monsieur le Président, est l’un des plus beaux bureaux de la Banque sur le continent. À cet égard, je voudrais vous exprimer ma gratitude, ainsi qu’à ma sœur, Madame Kanny Diallo, ministre du Plan et du Développement économique et gouverneur de la Banque pour la Guinée, et aux autres membres du Gouvernement. Vous n’avez ménagé aucun effort pour faciliter la réhabilitation de ces magnifiques villas destinées à l’usage de la Banque. Merci du fond du cœur !

Il y a presque quatre ans, la Banque s’est employée à décentraliser davantage ses opérations, et rapprocher ses activités et services de ses clients. C’est l’une des réformes majeures que j’ai menées, depuis que j’ai pris mes fonctions de président du Groupe de la Banque africaine de développement.

Lorsque nous sommes sur le terrain, nous collaborons mieux avec les pouvoirs publics ; nous déployons de meilleurs instruments pour appuyer le secteur privé ; nous participons, de manière plus active, au dialogue sur les politiques ; nous entendons les points de vue de la société civile et des populations. Bref, notre présence sur le terrain nous rend plus efficaces.

La Coupe d’Afrique des nations vient de se terminer. Je voudrais féliciter l’équipe nationale de la Guinée pour sa belle prestation. Elle a marqué des buts.

Pour marquer des buts dans le domaine du développement, les équipes d’attaquants de la Banque sont désormais déployées sur le terrain, dans des bureaux pays et régionaux disséminés sur le continent.

Aujourd’hui, la Banque compte 41 bureaux pays et régionaux – une réalisation de taille.

La principale tâche du bureau pays de la Banque en Guinée est, par conséquent, de renforcer la qualité de notre coopération au développement par le biais d’un dialogue renforcé sur les politiques, et de promouvoir une coordination plus solide avec d’autres partenaires de développement présents en Guinée.

 

Monsieur le Président,

Distingués invités,

À ce jour, le montant total des approbations de la Banque pour la Guinée s’élève à quelque 1,7 milliard de dollars, dont près de 40 % (680 millions de dollars) au cours des cinq dernières années, c’est-à-dire sous votre direction, Monsieur le Président.

Elles couvrent, par exemple, la route Coyah - Farmoreah de 75 km cofinancée avec l’Union européenne, pour un coût total de 89 millions de dollars. Cette route réduira considérablement le temps de trajet entre Coyah et Pamelab à la frontière avec la Sierra Leone. Une fois achevée, la route transformera la vie des gens. Elle permettra notamment de réduire le temps de déplacement, de faciliter et d’accélérer la circulation des biens et des services, d’améliorer le commerce et l’intégration régionale et de créer des emplois.

Pensez au projet d’interconnexion électrique de 225 KV entre la Guinée-Mali cofinancé avec l’Union européenne, la Banque mondiale et la Banque islamique de développement, pour un coût total de 418 millions de dollars. Avec la construction d’une ligne de transport d’électricité de 714 km entre N’Zérékoré en Guinée et Sanankoroba (Bamako) au Mali, ce projet permettra d’augmenter considérablement l’accès à l’électricité en Guinée et au Mali.

Dans le secteur minier, la Banque africaine de développement a financé l’une de ses plus importantes opérations non souveraines, d’un montant de 100 millions de dollars, à l’appui de la première phase du projet intégré de la Guinea Alumina Corporation (GAC), visant l’exploitation de la bauxite et le développement des infrastructures connexes, notamment ferroviaire et portuaire.

Le projet aura un impact significatif sur la transformation de l’économie guinéenne, en injectant 400 millions de dollars supplémentaires dans le PIB pendant la phase d’exploitation tout en créant des emplois.

La deuxième phase de ce projet comprendra la construction d’une raffinerie d’aluminium d’une capacité de 2 millions de tonnes par an. À la faveur de la transformation sur site de la bauxite en alumine, ainsi que du développement de la chaîne de valeur de la bauxite, le programme d’industrialisation de la Guinée aura été enclenché !

 

Monsieur le Président,

Telle a toujours été votre vision : faire de la Guinée une nation plus prospère. Une nation qui tirera pleinement parti de ses abondantes ressources naturelles et les transformera en richesse pour les travailleurs acharnés que sont les Guinéens.

Chaque fois que je viens en Guinée, je constate que les choses changent positivement.

L’économie s’améliore et les perspectives de croissance sont bonnes et encourageantes. La Guinée a réalisé une croissance impressionnante de son PIB, de 10,8 % en 2016 et de près de 10 % en 2017. Malgré un ralentissement de la croissance due à la baisse des prix des matières premières, la Guinée a tout même atteint un taux de croissance du PIB proche de 6 % en 2018 –  un taux qui reste très appréciable comparé aux autres pays africains.

Entre 2012 et 2018, la Guinée a gagné 27 places dans le classement du rapport « Doing Business » de la Banque mondiale, résultat de la mise en œuvre de réformes majeures, notamment la révision des codes de l’investissement et des mines. Le volume des investissements directs étrangers reste également élevé, passant de 3 % à 13,2 % du PIB entre 2015 et 2018. Quel parcours !

Aujourd’hui, la Guinée est plus favorable aux investissements du secteur privé. Bravo, Monsieur le Président !

 

Monsieur le Président, vous êtes le défenseur des initiatives liées à l’énergie au sein de l’Union africaine. Et votre direction éclairée donne des résultats à l’échelle du continent et dans votre propre pays. Grâce à votre leadership, l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique se porte très bien.

Ici même en Guinée, vos efforts constants ont permis aux populations d’accéder plus facilement à l’électricité. La Guinée a connu une augmentation spectaculaire de sa puissance installée, qui est passée de 400 MW en 2007 à 1 100 MW en 2018, soit une augmentation de 175 % !

Monsieur le Président, vos réalisations dans le domaine de l’agriculture sont tout aussi impressionnantes. La part de la valeur mondiale de certains produits agricoles transformés en Guinée a presque triplé, au cours de la dernière décennie. C’est le résultat de l’Initiative présidentielle d’appui au développement rural que vous avez lancée.

Dans mon message au Groupe consultatif de Paris sur le Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020, j’ai déclaré que « la Guinée est en marche ».

La Banque africaine de développement, votre Banque, sera toujours à vos côtés pour aider la Guinée à faire plus pour sa population.

Monsieur le Président, vous pouvez compter sur mon soutien sans faille. Depuis que j’ai accédé à la fonction de Président de la Banque africaine de développement, les investissements de la Banque en Guinée ont augmenté de 300 %, passant de 180 millions de dollars en 2015 à 562 millions de dollars en 2018.

La Banque africaine de développement en fera encore plus pour la Guinée. Pas plus tard qu’hier, nos équipes ont bouclé, avec le Gouvernement, le processus de réflexion sur l’aménagement et l’ouverture de 10 zones de transformation agro-industrielles. La Banque fournira également son appui en vue de la libération de l’immense potentiel du projet FOMI, pour l’irrigation et l’hydroélectricité. Imaginez un instant le potentiel que recèle le barrage FOMI : 100 mégawatts d’électricité et 100 000 hectares de terres irriguées pour répondre aux besoins de la Guinée et du Mali.

Le projet FOMI doit se concrétiser !

Pour en faire davantage, la Banque africaine de développement doit passer par une augmentation générale du capital. Au cours des quatre dernières années, nous avons beaucoup réalisé en Afrique grâce aux High 5 :

  •  de personnes ont eu l’accès à l’électricité ;
  •  de personnes ont bénéficié de l’accès à des technologies agricoles améliorées afin d’assurer leur sécurité alimentaire ;
  •  de personnes ont profité des retombées des investissements de la Banque dans les entreprises du secteur privé ;
  •  de personnes ont bénéficié de services de transport améliorés ; et
  • de personnes ont bénéficié de services améliorés d’alimentation en eau et d’assainissement.

Je tiens à vous remercier, Monsieur le Président, pour votre soutien sans faille en faveur de l’augmentation générale du capital de la Banque africaine de développement et de la quinzième reconstitution des ressources du Fonds africain de développement. Vous n’avez manqué aucune occasion, en tout lieu, pour parler en notre nom. Je vous en remercie !

Ensemble, nous construisons une Afrique qui connaîtra un développement accéléré dans les années à venir.

Je sais pouvoir compter comme toujours sur votre ferme appui, aussi bien comme Président qu’en tant que frère aîné.

Ensemble, nous élargirons les possibilités dans l’agriculture pour créer des emplois et de l’espoir en faveur des populations rurales !

Ensemble, nous allons libérer le potentiel de la Guinée en tant que principal pourvoyeur d’énergie dans la sous-région !

Ensemble, nous nous appuierons sur nos réussites, pour creuser les sillons qui conduiront la Guinée vers un avenir plus radieux !

Nous ne serons pas loin de vous ;

Le bureau pays de la Banque est en permanence à votre disposition.

Et son rôle est de vous aider, vous et votre gouvernement, à réaliser vos rêves.

Vos rêves pour une Guinée plus prospère. Une Guinée où le « Travail », la « Justice » et la « Solidarité » brillent de mille feux et font naitre l’espoir !

 

Je vous remercie du fond du cœur, Monsieur le Président !

Sections Connexes