Le Forum mondial des Nations Unies sur les données s’achève avec le lancement du Plan d’action mondial du Cap pour les données du développement durable

Les Émirats arabes unis, désignés pour organiser le prochain Forum

20/01/2017
Share |

Le premier Forum mondial des Nations Unies sur les données s’est achevé mercredi avec le lancement d’un plan mondial en faveur de meilleures données, capables d’améliorer la vie des individus et de dégager de nouvelles idées et solutions pour stimuler la collaboration, les ressources et les politiques nécessaires à sa mise en œuvre.

Le Plan d’action mondial du Cap pour les données du développement durable, qui sera adopté par les pays lors de la réunion de la Commission de l’ONU pour les statistiques, en mars, cette année, a été préparé avec des contributions de la communauté statistique internationale et de spécialistes des données issus d’un large éventail de parties prenantes.

« Le Forum mondial des Nations Unies sur les données est la structure idéale pour le lancement de ce Plan d’action, susceptible de rassembler tous les acteurs majeurs », a déclaré le sous-secrétaire général de l’ONU, Wu Hongbo, lors d’une conférence de presse. « Si l’on veut mettre en œuvre le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et bâtir un avenir meilleur pour les individus à travers le monde, il est essentiel de disposer de données précises, fiables, actualisées et désagrégées ».

Ce Plan, qui présente une vision mondiale et une liste de mesures à prendre pour obtenir de meilleures données, invite les gouvernements, les responsables politiques et la communauté internationale à s’engager à prendre des mesures décisives dans six domaines stratégiques, notamment : l’innovation dans les systèmes statistiques nationaux et la modernisation de ces systèmes, la diffusion de données sur le développement durable, la création de partenariats et la mobilisation des ressources.

Actuellement, d’importantes lacunes dans les données empêchent les politiques de prendre des décisions éclairées. Plus d’une centaine de pays n’enregistrent pas de façon précise les naissances et les décès, et seulement 41 % de pays produisent régulièrement des données sur la violence à l’égard des femmes. L’ampleur sans précédent du Programme 2030 de l’ONU, avec ses 17 Objectifs de développement durable, a fait ressortir la difficulté à suivre les progrès accomplis et à éclairer les politiques. « Nous ne pouvons pas réaliser ce que nous ne pouvons pas mesurer », a indiqué Pali Lehohla, statisticien général de l’Afrique du Sud et directeur de Statistics South Africa.

Plus de 1 400 spécialistes des données de plus de 100 pays ont participé à des discussions, des laboratoires de données et des présentations interactives durant le Forum qui s’est déroulé du 15 au 18 janvier 2017. Les participants provenaient de services nationaux de statistiques, du secteur privé et du milieu universitaire, d’organisations internationales et de groupes de la société civile. Le Forum était organisé par le gouvernement sud-africain et Statistics South Africa en partenariat avec le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU (DAES).

Engagements pour renforcer les capacités

Le Plan d’action mondial appelle les responsables politiques à parvenir à un pacte mondial reconnaissant que les données sont indispensables à la mise en œuvre intégrale du Programme 2030, que les systèmes statistiques doivent être renforcés et mieux financés et que les producteurs de données – de la société civile au secteur privé en passant par les milieux universitaires – doivent travailler ensemble pour répondre entièrement aux besoins du programme de développement durable. Le Forum a longuement débattu de la façon de renforcer les systèmes statistiques, et un certain nombre d’engagements ont été pris ou réaffirmés.

La Banque africaine de développement s’est engagée à présenter à son Conseil d’administration une proposition visant à maintenir, voire à accroître, sur les trois prochaines années, son soutien au développement statistique à travers l’Afrique. La Banque mondiale s’est, elle aussi, engagée à aider 78 pays de l’IDA à réaliser, tous les trois ans, une enquête multi-thèmes auprès des ménages, ainsi qu’à soutenir les capacités à établir des statistiques sur le genre, entre autres domaines. La Norvège a réaffirmé son engagement à soutenir la collecte de statistiques et de données en fournissant à ses partenaires des compétences et un savoir-faire techniques de qualité.

Outre l’encouragement au renforcement des mécanismes statistiques existants, le Plan d’action mondial demande l’application des nouvelles technologies et des nouvelles sources de données aux activités statistiques courantes et leur l’intégration dans les données géospatiales. Il demande également que les données concernant tous les groupes de population soient développées afin que soient pris en compte tous les habitants, ce qui constitue un principe clé du Programme 2030.

Les Émirats arabes unis vont organiser le 2e Forum

Il a été annoncé que les Émirats arabes unis allaient organiser le prochain Forum mondial des Nations Unies sur les données à Dubaï, fin 2018 ou début 2019. L’annonce a été faite par Gabriella Vukovich, coprésidente du Groupe de haut niveau pour le partenariat, la coordination et le renforcement des capacités dans le domaine des statistiques relatives au Programme de développement durable à l’horizon 2030.

« Nous nous réjouissons à l’idée de travailler avec nos collègues des Émirats arabes unis pour organiser ensemble un 2e Forum mondial sur les données qui soit ouvert et inclusif », a déclaré Stefan Schweinfest, directeur de la Division de statistique des Nations Unies. « Ce sera là une occasion unique de renforcer les données et les systèmes statistiques au service du développement, non seulement au niveau national, mais aussi aux niveaux régional et mondial ».

À propos du Forum

Le Forum a été approuvé par la Commission de statistique des Nations Unies sur la base d’une recommandation faite par le Groupe consultatif d’experts indépendants du Secrétaire général de l’ONU sur la révolution des données pour le développement durable. L’amélioration de l’utilisation des données et des statistiques va être cruciale si l’on veut concrétiser la vision transformationnelle d’un avenir meilleur pour les personnes et la planète, telle qu’elle est décrite dans le Programme 2030 convenu par les dirigeants du monde entier, en septembre 2015, à l’ONU. La multiplication rapide des nouvelles sources de données est en train de créer des possibilités à grande échelle en faveur de solutions innovantes, qu’il faut intégrer dans des mécanismes et des structures de données officiels renforcés.

Pour de plus amples informations, consulter UNDataForum.org