Journée mondiale de l’eau : entretien avec Osward Mulenga Chanda, chef de division, département du Développement de l’eau et de l’assainissement

22/03/2018
Share |

Osward Mulenga Chanda évoque la question du financement de l’accès à l’eau. Pour le chef de division du département du Développement de l’eau et de l’assainissement au sein de la Banque africaine de développement, cette question ne serait pas le seul paramètre à prendre en compte pour le développement du secteur.

A-t-on investi suffisamment d’argent pour atteindre les objectifs de la Vision africaine de l’eau et des Objectifs de développement durable (ODD)? Quelles sont les prévisions financières?

Les financements officiels du développement pour l’eau ont quasiment triplé entre 2003 et 2014, passant d’une affectation annuelle de 6 milliards de dollars américains en 2003 à près de 18 milliards de dollars en 2014. Cette augmentation a coïncidé avec la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et de la Décennie internationale d’action de l’eau adoptés par les Nations Unies. De telles tendances révèlent que des efforts réels ont été entrepris par la communauté mondiale du financement du développement, ce qui a considérablement aidé les pays à atteindre les OMD pour l’eau. Les besoins en financements associés à la réalisation du sixième objectif de développement durable, l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement, sont bien plus importants que ceux liés aux OMD, car ils englobent tous les aspects du secteur de l’eau.

Afin de réunir les investissements requis pour atteindre les objectifs établis par la Vision africaine de l’eau, il est nécessaire que les pays membres régionaux de la Banque investissent chaque année au moins 0,5 % de leur produit intérieur brut dans l’accès à l’eau et à l’assainissement, en plus des investissements des institutions financières internationales et du secteur privé. Or seuls quelques gouvernements ont satisfait à ce critère de référence. Les projets financiers actuels pour l’Afrique indiquent qu’un investissement annuel de 13 milliards de dollars est nécessaire pour atteindre le sixième objectif de développement durable en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, sans même prendre en compte le fonctionnement et l’entretien des infrastructures existantes.

S’agit-il simplement d’un problème de financement ou plutôt d’un manque d’initiatives?

Le financement n’est qu’une partie du problème, ce n’est pas le seul problème. La gouvernance et les connaissances jouent également un rôle déterminant pour attirer les financements, en donnant aux financiers l’assurance d’obtenir des rendements garantis sur leurs investissements. Par conséquent, les initiatives conçues pour mettre en place un environnement favorable en comblant les insuffisances en matière de gouvernance et de capacités, et pour promouvoir les connaissances permettant de susciter des innovations et des solutions intelligentes contribuent à l’accroissement des financements. Généralement, ce sont les initiatives qui font en sorte que la fourniture de services soit techniquement et financièrement durable qui attirent et s’appuient sur les investissements du secteur privé.

Le thème de cette année intitulé « L’eau : la réponse est dans la nature » est innovant. De quelle manière la nature peut-elle fournir des solutions pertinentes ou innovantes aux problèmes liés à l’eau?

Les solutions basées sur la nature sont des actions, ou des interventions, qui utilisent ou imitent la nature afin de traiter les problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement. Ces solutions peuvent aller du développement de zones humides artificielles à l’aménagement actif de bassins versants pour améliorer la qualité et la quantité d’eau douce. Ce genre d’approche, qui peut aider à protéger l’environnement, a également de nombreuses retombées économiques et sociales bénéfiques. L’Afrique dispose de ressources naturelles abondantes, dont la biodiversité et les services écosystémiques, auxquelles nous pouvons recourir pour résoudre les problèmes de gestion de l’eau, en plus de l’application de technologies ou de renforcement des connaissances. Cette Journée mondiale de l’eau met en évidence ce potentiel immense.


Pour plus d’informations sur le travail de la Banque dans le secteur du Développement de l’eau et de l’assainissement :

Développement de l’eau et de l’assainissement

Facilité africaine de l’eau

Initiative pour l’alimentation en eau et l’assainissement en milieu rural