Projets et opérations

Les opérations du Groupe de la Banque par domaine du Top 5

%
Top 5Pourcentage (%)
Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie19
Nourrir l’Afrique11
Industrialiser l’Afrique12
Intégrer l’Afrique6
Améliorer la qualité de vie52

La mise en œuvre des cinq grandes priorités (Top 5) s’appuie sur la Stratégie décennale du Groupe de la Banque et offre une occasion exceptionnelle de transformer la vie des populations africaines. L’année 2016 a été la première année complète de mise en œuvre de ses priorités. 

Ainsi, le Groupe de la Banque a terminé l’année 2016 avec un record d’approbations atteignant 8,04  milliards d’UC (10,8 milliards d’USD). Les décaissements réels se sont élevés à 4,68 milliards d’UC (6,3 milliards d’USD), soit 55 % de plus que l’année précédente. Grâce aux cinq grandes priorités, les opérations approuvées par le Groupe de la Banque en 2016 devraient créer quelque 630  000  emplois, dont un grand nombre pour les jeunes et une part équitable pour les femmes. Ces approbations permettront d’acheminer l’électricité dans des zones jusque-là non desservies, de libérer un potentiel de croissance pour les petites entreprises, de nourrir des milliers d’enfants (et de freiner l’incidence des retards de croissance), de former de jeunes entrepreneurs et de renforcer la connectivité entre les régions et les villes africaines.

La réalisation de ces impacts passera par un renforcement du dialogue avec les PMR, à mesure que la Banque se rapprochera de ses clients grâce à son nouveau modèle opérationnel.

Les points saillants : 

  • Le gros des approbations (4,20 milliards d’UC, soit 52,3 %) se rapportait à la priorité « Améliorer la qualité de vie des populations africaines », en augmentation de 14,5 % par rapport à 2015.
  • Le total des approbations pour la priorité « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie » a fortement augmenté de 72,8 % pour atteindre 1,51 milliard d’UC, ce qui représente 18,7 % des approbations du Groupe de la Banque. 
  • Les opérations relatives à la priorité « Nourrir l’Afrique » ont augmenté de 66 % pour passer à 868,3  millions d’UC, portant sa part au-dessus de la barre de 10 %.
  • Les approbations pour la priorité « Industrialiser l’Afrique » ont augmenté de 43,5 % pour atteindre 968,9 millions d’UC, portant sa part des approbations à 12,1 %.
  • Les approbations pour la priorité « Intégrer l’Afrique » se sont établies à 492,4 millions d’UC, soit une baisse de 17,7 % par rapport à 2015, et sa part du total des approbations est la plus faible (6,1 %). 

Approbations du Groupe de la Banque par domaine du Top 5

%
SecteursNombreMontant
Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie501 505,66
Nourrir l’Afrique47868,33
Industrialiser l’Afrique30968,86
Intégrer l’Afrique29492,36
Améliorer la qualité de vie des populations africaines1494 200,13
Total des approbations3058 035,34

Il n’existe pas de correspondance parfaite entre le Top 5 et les secteurs opérationnels pour lesquels les données d’approbation sont enregistrées. La plupart des secteurs opérationnels affectent plus d’une priorité du Top 5. Nous avons donc adopté la convention suivante pour relier des secteurs aux priorités du Top 5 :

  • Les finances sont traitées comme un secteur transversal et sont reliées à tous les domaines du Top 5, en fonction de l’opération spécifique et de l’impact recherché. Par exemple, le financement du logement, un domaine d’intervention émergent de la Banque, est relié à la priorité « Améliorer la qualité de vie des populations africaines », les lignes de crédit aux institutions financières sont reliées à la priorité « Industrialiser l’Afrique », lorsque les fonds servent de prêts à des entreprises des secteurs productifs.
  • La fourniture d’énergie est reliée à « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ».
  • L’agriculture et le développement rural sont reliés à « Nourrir l’Afrique ».
  • L’industrie, les mines et les carrières sont reliées à « Industrialiser l’Afrique ».
  • Les composantes multinationales de la communication et des transports sont reliées à « Intégrer l’Afrique ».
  • Les services sociaux, l’eau et l’assainissement, les composantes nationales de la communication et des transports, le développement urbain, l’environnement et les opérations multisectorielles sont reliés à « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ».

Approbations des prêts du Groupe de la Banque par région

%
RégionPourcentage (%)
Centrale7.6
Est17.3
Nord25.5
Australe6.3
Ouest25.8

Afrique centrale

En 2016, les ressources accordées par le Groupe de la Banque dans la région ont atteint 609,7 millions d’UC avec un montant supplémentaire de 192,71 millions d’UC de cofinancement mobilisé. Le plus grand projet financé en 2016 a été la phase II du programme national de soutien au secteur des transports au Cameroun, pour un total de 228,1 millions d’UC, soit 36,4 % du financement mobilisé au cours de l’année.

Les autres approbations concernent des projets contribuant à la priorité « Nourrir l’Afrique » comme le développement des chaînes de valeur agricoles au Cameroun et au Gabon, ou l’appui à l’entrepreneuriat des jeunes dans l’agriculture et l’agro-industrie en République démocratique du Congo. Une opération de TIC financée par la Banque en République du Congo aidera à briser l’isolement numérique du pays, en particulier dans les zones rurales, en le reliant au Cameroun et à la République centrafricaine. Le projet devrait réduire les coûts du haut débit international de plus de 60 % ; il améliorera significativement la communication interne et externe, stimulera l’intégration régionale et contribuera à diversifier l’économie de la République du Congo.

Afrique de l’Est

Les approbations en 2016 ont atteint 1 392 millions d’UC pour 37 projets, dépassant ainsi l’objectif de 1 244 millions d’UC. Les approbations du guichet de la Banque se sont élevées à 1 202 millions d’UC (environ 68 % du total), dont 788 millions d’UC (45 %) pour des opérations à garantie souveraine. Les approbations de fonds (y compris de la FAT) s’élèvent à 511 millions d’UC (29 %).

Les approbations de la BAD ont augmenté de 120 % par rapport aux 545 millions d’UC de 2015 ; elles traduisent la volonté de la Banque de développer ses activités en Afrique de l’Est, qui accueille aujourd’hui des projets de grande envergure (encadré 11). À la fin de 2016, le portefeuille de la Banque pour la région était constitué de 217 projets correspondant à un engagement total de 7,12 milliards d’UC. L’infrastructure domine le portefeuille, avec 69 % des approbations.

Afrique du Nord

Les approbations en 2016 se sont élevées à 2,05 milliards d’UC, soit une hausse de 82,9 % par rapport à 2015, du fait d’opérations d’appui budgétaire importantes dans la région. Parmi les autres opérations, il convient de citer deux grands projets de réforme énergétique, l’un en Algérie dans le cadre du programme d’appui à la compétitivité industrielle et énergétique (700 millions d’UC), l’autre en Égypte au titre d’un programme plus vaste d’appui à la gouvernance (375 millions d’UC). Ces projets, classés comme multisectoriels, ont représenté 53,3 % des approbations de la région en 2016.

Parmi les autres opérations multisectorielles, figurent la réforme économique et la diversification en Mauritanie ainsi que le développement des exportations au Maroc. La principale approbation pour le secteur financier, d’un montant total de 341,4  millions d’UC, a été un prêt de 208,3 millions d’UC à la Tunisie pour la modernisation de son secteur financier. La Tunisie figure également en bonne place dans le secteur social, avec un projet de développement régional inclusif évalué à 140 millions d’UC. Une autre approbation dans le secteur social concerne un projet visant à promouvoir le développement des PME en Mauritanie. L’agriculture a représenté 8,5 % des approbations en 2016 ; l’eau et l’assainissement, 5,2 %.

Afrique australe

Les approbations totales en 2016 se sont élevées à 507,3 millions d’UC, principalement dans le secteur des finances (27,3 %), l’agriculture (21,6 %) et l’eau et l’assainissement (20 %). Parmi les plus importantes opérations approuvées en 2016, figurent les lignes de crédit à la Banque de développement de la Namibie (240 millions d’UC) et à la Botswana Development Corporation (55,6 millions d’UC), des prêts du FAD pour le Programme intégré d’alimentation en eau et d’assainissement des petites villes en Zambie (98,5 millions d’UC) ), la phase I du projet routier Mueda-Negomano au Mozambique (53,5 millions d’UC) et la deuxième phase du Projet d’irrigation des petites exploitations dans le bassin inférieur de l’Usuthu au Swaziland (42,6  millions d’UC).

Afrique de l’Ouest

Les approbations pour le Nigeria en 2016 se sont élevées à 1 310,4 millions d’UC, dont la moitié pour des opérations du secteur financier et des opérations multisectorielles (y compris celles liées à la gouvernance). Parmi les autres approbations, on compte un prêt du secteur public de 436,7 millions d’UC pour la gouvernance économique, la diversification et l’appui à la compétitivité, ainsi qu’un prêt de la Banque à l’Université Babalola du Nigeria (première intervention privée de la Banque dans le secteur de l’éducation). Un projet d’infrastructure visant à réhabiliter les routes dans l’État de Cross River, achevé en 2016, a donné de nombreux résultats.


Explorez nos activités

Selectionner un pays

Explorez nos activités