Vous êtes ici

Acquisition de services de consultants - Consultants individuels

Questions générales

Il existe deux types de recours à des consultants individuels en rapport avec le travail de la Banque : Le recrutement des consultants individuels par l’Emprunteur et le recrutement de consultants individuels par la Banque.

L’Emprunteur, dans le cadre des projets financés par la Banque, est responsable du recrutement des consultants. C’est le cas principalement lors de contributions du fonds d’assistance technique (FAT), ces dernières impliquant une assistance technique  dans certains domaines spécifiques et dans les services d’audit, etc. Dans ces cas, les spécifications seront publiées dans l’Avis général de passation des marchés pour le projet et dans l’Avis spécifique de passation des marchés pour les missions spécifiques – ces deux avis étant publiés dans le bulletin ADB Business Bulletin et dans le Résumé trimestriel des opérations de la Banque (RTO). En s’appuyant sur les manifestations d’intérêt reçues et sur la liste des consultants spécialisés dans certains domaines qu’il a préalablement dressée, l’Emprunteur établira une liste restreinte de consultants, puis la soumettra à la Banque. Si le nombre des consultants inscrits sur la liste soumise à la Banque est insuffisant, la Banque peut demander à l’Emprunteur d’avoir recours à des sources complémentaires issues de la base de données DACON. Dans certains cas, avant le commencement de l’établissement de la Liste restreinte, l’Emprunteur peut demander à la Banque de lui envoyer une longue liste de consultants potentiels pour examen. Dans tous les cas de figure, c’est l’Emprunteur qui établira la Liste restreinte définitive et l’enverra à la Banque pour approbation.

Ensuite, s’il est nécessaire de recruter un consultant expert d’une spécialisation particulière pour rejoindre une mission de la Banque ou un poste au bureau, du fait d’une insuffisance de son propre personnel, la Banque préparera une Liste restreinte tirée de la base de données DACON. Les besoins en consultants de la Banque ne  font pas l’objet d’annonces.

Pour les besoins de l’Emprunteur, les manifestations d’intérêt devront être envoyées directement à l’Organe d’exécution de l’Emprunteur dont l’adresse et les numéros de téléphone sont mentionnés dans l’Avis général et l’Avis spécifique de passation des marchés, de même que dans l’ADB Business Bulletin et dans le Résumé trimestriel des opérations de la Banque (RTO).

Il n’est pas nécessaire d’envoyer les manifestations d’intérêt à la Banque.

La Banque peut engager des consultants pour renforcer son personnel pour des durées limitées qui varient entre 6 et 12 semaines et les recrutements s’effectuent souvent dans des laps de temps très court. Il s’agit habituellement de consultants individuels, à leur compte ou détachés par des cabinets de consultants. Les consultants qui se joignent au personnel de la Banque sont habituellement financés sur le budget administratif de la Banque et à ce titre, ils ne peuvent assumer de fonctions qui pourraient être assimilées à la fourniture d’assistance technique à un pays membre, car cette assistance est normalement financée par les dons du Fonds d’assistance technique (FAT) de la Banque.

Pour avoir la possibilité de juger dans quelle mesure les consultants proposés par les Emprunteurs ainsi que ceux destinés à ses propres missions sont éligibles, la Banque tient à jour des informations sur la compétence et l’expérience d’un grand nombre de consultants dans sa base de données des consultants (DACON). Dans  cette base de données  sont enregistrés les noms des consultants, leur expertise, une description  des missions antérieures et travaux réalisés, ainsi que d’autres informations pertinentes. Les informations contenues dans la base DACON sont également mises à la disposition des représentants des Emprunteurs de la Banque et des agences d’exécution des pays membres qui peuvent en faire la demande.

Toutefois, le fait que la Banque ait reçu des renseignements sur un consultant n’indique pas qu’elle en ait vérifié l’exactitude, qu’elle ait avalisé les qualifications des consultants en général, ni qu’elle approuvera la désignation de ce consultant pour l’exécution d’un projet donné. La Banque ne tient aucune liste de « consultants agréés ».

Oui. Tout consultant individuel peut se faire enregistrer dans la base DACON, à condition qu’il/elle réponde aux critères d’inscription ci-après :

  • Etre ressortissant d’un pays membre de la Banque ;
  • Avoir au minimum une maîtrise dans la spécialisation indiquée ;
  • Avoir au moins dix (10) ans d’expérience professionnelle dans la spécialisation indiquée ; et
  • Justifier de l’expertise adéquate et de l’expérience professionnelle régionale normalement requises pour les projets financés par la Banque.

Non. La Banque ne tient aucune liste de consultants « agréés ».

En outre, le fait que la Banque ait reçu des renseignements sur un consultant n’indique pas qu’elle en ait vérifié l’exactitude, qu’elle ait avalisé les qualifications des consultants en général, ni qu’elle approuvera la désignation du consultant pour l’exécution d’un projet donné.

Non. Le fait de figurer dans la base DACON en tant que consultant n’indique en rien que la Banque sélectionnera un consultant de cette base pour une quelconque activité de projet. En effet, l’enregistrement dans la base de données ne constitue pas une présélection des consultants.

Oui. Les anciens employés de la Banque peuvent s’inscrire dans la base de données.

Il existe toutefois une restriction à l’embauche des employés de la Banque en qualité de consultants individuels qui s’applique aux employés ayant pris leur retraite au cours de la période 1995/1996, mais cette restriction ne s’applique pas au même profil de personne que celui auquel un cabinet de consultants a recours. Il est nécessaire de consulter l’Unité de passation des marchés et le Département de gestion des carrières et des ressources humaines de la Banque en cas de doute.

Il est important pour les consultants d’actualiser régulièrement leurs données enregistrées, soit environ une fois tous les deux ans.

Il n’y a aucune limitation de la durée d’engagement des consultants individuels par les emprunteurs. Toutefois, ces consultants ne peuvent être engagés par la Banque qu’une seule fois ou de façon répétitive pour une période maximale de six (6) mois consécutifs durant l’année. L’engagement en tant que membre d’une équipe proposée par un cabinet de consultants n’est pas pris en compte dans le calcul de cette durée maximale.

Il existe deux cas  de figure. Premièrement, lorsque la Banque identifie le besoin d’engager un consultant individuel dans le cadre de son Budget de dépenses administratives ou d’investissement, le Département utilisateur de la Banque en fera la demande auprès du Comité de supervision de recrutement et des prestations des consultants (CSRPC), de la Banque qui aura recours à la base de données DACON pour procéder à l’établissement de laliste restreinte. Le Département utilisateur enverra les lettres d’invitation, évaluera les propositions reçues conformément aux procédures internes de la Banque et attribuera le contrat pour que soient fournis les services concernés.

Dans le second cas, qui concerne le recours des emprunteurs aux consultants, l’emprunteur établira une liste restreinte  après avoir reçu les manifestations d’intérêt. Toutefois, si les manifestations d’intérêts ne sont en adéquation avec les besoins de l’emprunteur, celui-ci pourra demander à la Banque de lui fournir une longue liste extraite de la base DACON. L’emprunteur complétera ensuite sa liste restreinte, obtiendra l’approbation de la Banque et publiera  sa Demande de propositions (DDP).

Non. Les consultants n’ont pas besoin d’être inscrits sur la base DACON pour pouvoir être retenus sur la liste restreinte. Le seul critère est d’être éligible et d’avoir la compétence et l’expérience requises pour la mission.

Non. Le consultant lui-même initie son inscription dans la DACON. La Banque ne pourra conseiller qu’au consultant de se faire inscrire dès que possible, s’il/elle ne l’a pas encore fait.

Oui. L’évaluation des performances d’un consultant engagé par la Banque est complétée par le département utilisateur et saisie dans la base DACON.

Logiquement non. Le modèle de demande de propositions des consultants individuels est différent de celui utilisé pour un cabinet de consultants. Entre autres aspects, les critères d’évaluation diffèrent dans chacun des deux cas.

Pour toutes demandes d’informations sur l’inscription des consultants individuels, veuillez contacter l’Unité de passation des marchés de la Banque à l’Agence temporaire de relocalisation (Temporary Relocation Agency -TRA) à l’adresse suivante :

BUREAUX DE TUNIS
Département de Passation des marchés et des Services fiduciaires (ORPF)
Banque africaine de développement
B.P. 323
1002, Tunis Belvédère
TUNISIE

Assistance téléphonique DACON  à la BAD
Tel: (+216) 71-103-316
Fax: (+216) 71-830-273


Inscription sur la base DACON (Consultants)

DACON (base de données des consultants) est une base de données tenue par la Banque. Les informations qui y sont contenues portent sur les compétences, l’expérience et les aptitudes des consultants, ce qui permet à la Banque et à ses emprunteurs d’identifier les consultants potentiels et de juger dans quelle mesure ces consultants proposés par les emprunteurs sont acceptables. Les informations servent à la préparation des listes restreintes. Les fiches d’enregistrement DACON peuvent être obtenues par les consultants sur le site web de la Banque.

Non. Les consultants sont invités à s’enregistrer dans la base DACON, mais n’y sont pas tenus. L’enregistrement d’un cabinet de consultants décrivant l’expérience et les compétences du personnel chargé d’assurer une mission donnée permet à la Banque et à l’emprunteur d’examiner la liste restreinte soumise par les emprunteurs des pays membres à la Banque pour approbation. Dans le cas des consultants individuels, l’enregistrement permettra à la Banque d’identifier les consultants appropriés pour des missions données.

Pour l’exploitation de la base DACON, consulter le guide d’utilisation destiné aux cabinets de consultants et aux consultants individuels. Il existe des possibilités pour les consultants dans de nombreux domaines liés aux études  de faisabilité et à la mise en œuvre de projet. Durant la phase d’élaboration du projet, par exemple, l’emprunteur ou même la Banque peuvent demander aux consultants de préparer des études de préfaisabilité et de faisabilité, des études environnementales, le dossier de conception détaillé  du projet ainsi qu’une estimation des coûts du projet. Durant la phase de mise en œuvre, les services de consultants sont souvent nécessaires pour préparer les dossiers d’appel d’offres, évaluer les offres et superviser l’exécution des contrats  de construction ou d’installation. Les consultants peuvent être également engagés pour réaliser des études dans des domaines tels que l’élaboration de plans directeurs, la photographie aérienne, etc. Il est également possible de préparer des études de faisabilité concernant des projets de suivi et d’offrir les services de conseil  et de formation  susceptibles d’être requis par l’emprunteur.

Oui. Tous les cabinets de consultants éligibles peuvent soumettre leurs manifestations d’intérêt, même s’ils ne sont pas dans la base DACON. Toutefois, la Banque encourage l’enregistrement sur cette base  car elle peut ainsi évaluer la compétence et l’expérience d’un cabinet de consultants dans un domaine donné, tout en  examinant  la liste restreinte soumise par les emprunteurs.

Oui. Les dossiers de performances sont conservés dans la base de données sur les passations des marchés de la Banque, qui sert à la fois à approuver les listes restreintes transmises par les emprunteurs et à établir les listes restreintes à usage interne de la Banque dans le cadre de son budget des dépenses administratives et d’investissement.


Opportunités d’affaires

L’abonnement  au journal  Development Business des Nations Unies (UNDB) permet aux soumissionnaires potentiels de savoir quelles sont les opportunités d’affaires offertes par les projets financés par la Banque dans les Pays Membres Régionaux. C’est la principale source d’informations sur les possibilités d’acquisitions dans le monde entier (travaux, biens et services de consultants) disponibles dans le cadre du financement provenant des banques multilatérales de développement. En outre, la Banque publie mensuellement le Bulletin d’affaires de la BAD et le Résumé trimestriel des opérations de la Banque disponibles sur son site web.

Pour toute passation des marchés par appel d’offres international (AOI), le journal United Nations Development Business (UNDB) reste la source d’informations appropriée. En ce qui concerne la passation des marchés au niveau national, ces informations peuvent être recueillies dans la presse nationale des pays membres régionaux. Les informations sur les opportunités d’affaires de la Banque peuvent être obtenues auprès des sources suivantes :

  • le Résumé trimestriel des opérations de la Banque publié 4 fois par an, présente un rapport sur l’état d’avancement des projets inscrits au programme de financement de la Banque. Les projets sont publiés dans le Résumé trimestriel des opérations, six mois avant à compter de la date à laquelle ils sont programmés pour approbation par le Conseil d’administration de la Banque. une fois approuvés, ils restent dans le Résumé trimestriel des opérations pour une période supplémentaire de six mois avant d’être retirés.
  • le Bulletin d’affaires de la BAD, qui est publié mensuellement, contient les projets prévus à la Banque, les projets approuvés par le Conseil d’administration de la Banque, les Avis généraux de passation des marchés (GPN), les Avis spécifiques de passation des marchés (SPN), ainsi que les contrats attribués pour des biens, des travaux et des services de consultants.

La source d’informations la plus complète et la plus formelle sur les opportunités d’affaires dans le cadre des projets, programmes et études financés par la Banque africaine de développement se trouve être le portail éléctronique de la Banque et le bihebdomadaire UN Development Business des Nations Unies (l’UNDB). Ces publications forment un tout avec le Résumé trimestrielle des opérations, les avis généraux de passation des marchés pour les projets approuvés par les Conseils d’administration, les invitations à soumissionner et expressions d’intérêt (avis spécifiques de passation des marchés). Il est recommandé aux sociétés intéressées à soumissionner de consulter le portail électronique de la Banque ou de souscrire à la publication UNDB. Les informations relatives à cette souscription sont disponibles sur le site www.devbusiness.com.

NB : L’emprunteur est responsable  du bon déroulement de la procédure de passation des marchés au titre des projets, programmes et études financés par la Banque. Il est notamment chargé de la publication d’annonces dans les journaux, de l’administration des processus de présélection, de la préparation des dossiers d’appels d’offres, des demandes de propositions (DP), de la publication des offres et des demandes de propositions, de l’évaluation des offres, et enfin de l’attribution des marchés. L’emprunteur (et non la Banque) passe directement contrat avec les entreprises/fournisseurs et les consultants. Les consultants, les entrepreneurs, les fabricants et fournisseurs de biens, travaux et services sont par conséquent invités à proposer leurs produits au pays emprunteur plutôt qu’à la Banque. En d’autres termes, l’emprunteur est « l’acteur » et la Banque le « moniteur ».

La Banque apporte son aide dans le cadre de différents types de projets qu'il serait trop long d’énumérer. Par exemple, dans le seul secteur agricole, les projets financés par la Banque portent sur le développement de la sylviculture, l’agriculture, l’irrigation, l’élevage, la foresterie, la pêche, la transformation alimentaire, le stockage de grains, la vulgarisation agricole et l’assistance technique. Autant de projets qui nécessitent l’acquisition de fournitures, d’équipements et la construction d’ouvrages de génie civil pour les barrages et les canaux d’irrigation ainsi que des centrales hydroélectriques. La grande variété de ces projets offre un large éventail de possibilités représentant quelques dollars ou des millions de dollars :

  • L’acquisition des biens porte sur les véhicules, les machines, les tracteurs, le matériel agricole, les engrais, les équipements de transport, les machines et équipements électriques, les installations industrielles, le matériel informatique, les réseaux de télécommunications, les machines agricoles, les livres scolaires, les meubles, les pièces de rechange, les matériaux de tous types ainsi que les services connexes de transport et d’assurance de ces biens.
  • L’acquisition des travaux porte sur la construction de routes et d‘autoroutes, notamment de ponts, de ports, de chemins de fer, d’aéroports, de voies fluviales  intérieures, travaux d’irrigation et hydroélectriques, construction de structures d’approvisionnement en eau et d’assainissement, de centrales électriques et leur réhabilitation.
  • L’acquisition des services de consultants porte sur les études de pré-investissement telles que les études de préfaisabilité et de faisabilité et les études techniques, ainsi que sur la supervision des travaux d’installation et de construction, les études environnementales, le suivi des activités de gestion, la photographie aérienne et la cartographie, les services financiers et les services d’audit.

Non. Il n’existe aucun format/modèle standard qui soit utilisé en réponse aux demandes de manifestions d’intérêts. Les informations à fournir sont normalement indiquées dans l’Avis spécifique de passation des marchés, c’est-à-dire l’avis de passation des marchés (Avis à manifestation d’intérêt) qui est publié sur le portail électronqiue de la Banque et au journal UN Development Business (UNDB). Les candidats potentiels sont priés de répondre aux spécifications de l’Avis spécifique de passation des marchés et de s’assurer que les détails appropriés, à savoir, le type d’organisation, l’expérience dans des projets similaires, les qualifications et expériences du personnel clé, les coordonnées, etc., sont inclus dans la manifestation d’intérêt.

De nombreux contrats de biens, travaux et services sont adjugés aux petites et moyennes entreprises. En revanche, certains projets de très grande ampleur tels que les barrages à objectifs multiples, les usines et les centrales électriques conviennent uniquement aux grandes firmes expérimentées dans le domaine concerné. Les possibilités offertes dans le cadre de l’acquisition des biens et de travaux de génie civil permettent aux entreprises de toutes tailles de concourir. En outre, les entreprises qui remportent les contrats importants  sous-traitent souvent aux petites entreprises la fourniture des biens ou la prestation des services.

L’approche de la Banque africaine de développement consiste à organiser, sur demande, des séminaires à l’intention des délégations commerciales en visite à la Banque et à organiser, également sur demande, des « séminaires sur les opportunités d’affaires » dans ses pays membres. Elle propose en moyenne une douzaine de séminaires de ce type par an dans les pays membres et dans ses locaux. Les informations sur ces séminaires sont publiées par les agences organisatrices dans les pays membres de la Banque.