Projet d'aménagement et de bitumage de la route Gitega-Nyangungu-Ngozi-Phase 2


Aperçu

  • Référence: P-BI-DB0-016
  • Date d’approbation: 29/06/2011
  • Date de début: 09/10/2012
  • Date d'évaluation: 10/11/2010
  • Statut: En coursOnGo
  • Agence d'implémentation: MINISTERE TRAV PUBLICS ET EQUIPEMT DIRECTION GENERALE DES ROUTES
  • Emplacement: Ngozi - Gitega

Description

les composantes de la phase 2 du projet sont les suivantes: A. Travaux de la route principale: A.1Aménagement et bitumage de 50 km de route entre Gitega et Nyangungu ; A.2Aménagement des aires de stationnement le long de la route; A.3Contrôle et surveillance des travaux. A.4Sensibilisation de la population de la ZIP à la protection de l'environnement, à la sécurité routière et à la lutte contre les IST dont le Sida et les autres pandémies; B. Aménagements connexes: B.1Aménagement de 50 km de pistes rurales connexes; B.2 Aménagement d'un parking pour poids lourds à Gitega dans les enceintes de l'antenne régionale commune à l'ALM et l'OdR B.3 Aménagement d'infrastructures socio-économiques et marchandes dont

(i) deux marchés ruraux;

(ii) Construction de clôtures, de sanitaires/latrines et de bornes fontaines d'eau potable pour deux centres de santé;

(iii) la construction de clôtures, de sanitaires/latrines et de borne fontaine d'eau potable pour deux écoles ; et

(iv) l'appui aux associations féminines, notamment par la fourniture et l'installation de décortiqueuses de riz et matériels agricoles;

(vi) aménagement de deux marchés ruraux;

(vi) construction de ponts piétonniers B.3 Contrôle et surveillance des travaux connexes. C.Etude sur la structure des prix du secteur BTP au Burundi D. Appui à la gestion et suivi du projet: D.1Audit financier et comptable; D.2Suivi-Evaluation de l'impact du projet; D.3Appui à la cellule d'exécution du projet


Objectifs

Le développement des infrastructures est un objectif majeur de la stratégie du Gouvernement pour la lutte contre la pauvreté. Cette stratégie est le document de référence des interventions des partenaires au développement. La Banque est forte de son expérience acquise dans le secteur des transports à la suite des trois premières opérations en cours d'exécution dans le pays, ainsi que des opérations similaires exécutées dans d'autres états fragiles. De même, la Banque a financé le plan d'action pour les infrastructures au Burundi, lancé avec la participation de représentants de haut niveau du gouvernement et des partenaires au développement en septembre 2009 et que le présent projet va contribuer à sa réalisation. Enfin, le projet complète la précédente intervention de la Banque et vise à achever l'aménagement de la route de Gitega à Ngozi afin d'atteindre pleinement les objectifs fixés.

Dans ce cadre et pour la période 2011 -2015, le gouvernement s'est fixé comme objectifs principaux de:

(i) sauvegarder le réseau national revêtu et non revêtu;

(ii) bitumer les routes nationales de désenclavement intérieur et extérieur;

(iii) accroître les ressources intérieures et extérieures pour financer le réseau routier revêtu et non revêtu; et

(iv) renforcer les capacités institutionnelles dans le secteur de l'entretien. L'aménagement et le bitumage de la route nationale Gitega-Nyangungu-Ngozi, qui fait partie du réseau classé, s'inscrit dans le cadre de la réalisation de ces objectifs programme et fait partie des routes prioritaires définies par le Gouvernement pour le désenclavement intérieur du pays. Elle relie la deuxième à la troisième ville du pays et constitue un maillon important pour le développement des échanges entre le Nord et le Sud du Pays. D'un linéaire total de 80 km, la route, objet du projet, présente des niveaux de service variable par section. La Banque et le Gouvernement ont convenu, compte tenu de l'enveloppe financière disponible, sur un phasage des travaux. A cet effet, la Banque a approuvé en septembre 2010 le financement de la phase 1 (section Nyangungu-Ngozi; 30 km). Cette deuxième Phase concerne le tronçon Gitega-Nyangungu long de 50 km et permettra d'achever l'aménagement et le bitumage de l'ensemble de la route de Gitega à Ngozi.


Justificatif

Au Burundi la principale contribution au PIB (environ 43%) vient du secteur agricole. La production dans ce secteur est essentiellement réalisée dans les zones rurales. Les études ont démontré qu'un développement harmonieux de ce secteur ne pourra être réalisé avec succès que s'il existe une infrastructure de transport permettant la circulation en toute saison des biens et des personnes. En effet, le maintien d'un système d'approvisionnement permanent des zones de production agricole en intrants divers, un bon accès aux services sociaux de base pour les populations rurales et l'évacuation à temps de la production vers les centres de commercialisation dépendent en grande partie de la qualité de l'offre du service de transport. Environ 90% des services de transport intérieurs de passagers et de marchandises sont assurés par voie routière, ce qui en fait largement le mode de transport prépondérant dans le pays. Cependant, la détérioration de ses infrastructures de transport pour cause du manque d'entretien pendant la période d'instabilité politique constitue un handicap majeur aux désenclavements extérieur et intérieur du Burundi dont la densité de population (310 habitants/km2) est l'une des plus élevées du monde.

L'intervention de la Banque repose, après analyse de la situation économique et sociale actuelle du pays (situation de post conflit), sur la nécessité d'appuyer le Gouvernement dans sa stratégie de désenclavement du pays et spécifiquement des régions à potentialités économiques avérées. A cet effet, depuis la reprise de la coopération avec le Burundi la Banque intervient activement dans le secteur des transports, notamment par le financement de trois projets d'infrastructures routières et une étude en vue de la construction d'une ligne de chemin de fer. Pour ce qui est du projet d'aménagement de la route Gitega-Ngozi, les acquisitions relatives à la première phase sont actuellement en cours de finalisation, les travaux devraient démarrer au cours du mois de juillet 2011. Il est tout à fait opportun que la Banque contribue à la réalisation des 50 derniers kilomètres de cette route, les objectifs fixés ne pouvant pleinement être atteints si l'on s'arrêtait à la seule première intervention.


Bénéfices

La zone d'influence directe du présent projet s'étend du centre au nord du pays, elle comprend les provinces de Gitega et de Ngozi. Au vu des connexions de la route du projet au réseau routier national, les provinces, Ngozi, Kirundo et Kayanza limitrophes du Rwanda font partie de la zone d'influence directe du projet. Cette zone dispose d'un fort potentiel agropastoral et touristique qui n'a pas encore été suffisamment exploité pour cause d'enclavement. Sa population est estimée à 775.000 habitants et la densité de peuplement, soit 444 habitants/km2, est l'une des plus élevées du pays, dépassant largement la moyenne nationale (310 habitants/km2). Gitega et Ngozi, chefs-lieux des provinces traversées par la route du projet sont respectivement, du fait de la concentration des activités socioéconomiques, de la présence de nombreux services administratifs et d'un niveau d'équipement conséquent en infrastructures de services, la deuxième et troisième villes du pays. Au nombre des bénéficiaires de ce projet figurent:

(i) les populations rurales des communes des provinces de la zone d'influence caractérisées par un taux de pauvreté encore très élevé suite à la persistance des effets négatifs des conflits sociopolitiques qu'elles ont vécus;

(ii) le personnel des services d'encadrement des organisations paysannes;

(iii) les commerçants et les professionnels du secteur de transport. Les résultats attendus par l'ensemble des communautés sont:

(i) l'amélioration du niveau de service le long de la route Gitega - Ngozi;

(ii) la procuration des revenus à des groupes vulnérables pendant la période des travaux; et

(iii) l'accroissement des recettes communales prélevées sur les opérateurs économiques locaux travaillant dans le cadre de ce projet. Le bitumage de cet axe induira une meilleure circulation des véhicules, l'augmentation du trafic et la réduction des coûts de transport. Il aura un impact sur la commercialisation des productions agricoles et pastorales, principales sources de revenus dans la ZIP. L'autre résultat attendu est l'amélioration de l'accès du plus grand nombres aux services sociaux de base, contribuant aussi à l'atteinte des OMD.


Contacts clés

NDIKUMWAMI John - RDGE3


Coûts

Source Montant
FADUAC 10.000.000
GovernementUAC 260.000
Co-financierUAC 32.000.000
TotalUAC 42.260.000
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.