MIC-CAP VERT ECONOMIE BLEUE


Aperçu

  • Référence: P-CV-AAF-009
  • Date d’approbation: 17/10/2016
  • Date de début: 15/01/2018
  • Date d'évaluation: 29/12/2015
  • Statut: En coursOnGo
  • Agence d'implémentation: SECRETARIAT D'ETAT AUX PECHES
  • Emplacement: Tout le pays

Description

Approche méthodologique préconisée: La réalisation de l'Etude sera guidée par un certain nombre de principes, qui, dans leur application, contribueront à la promotion d'une économie bleue, à faible empreinte écologique, créatrice de richesse et d'emplois. Au nombre de ces principes, ceux qui concourent plus directement à cette finalité portent sur: "La capitalisation des acquis et des leçons apprises de la mise en œuvre des opérations au Cabo Verde, mais aussi la recherche de cas de succès et de nouvelles technologies développées et maîtrisées dans le pays ou ailleurs, qui méritent d'être mises à l'échelle pour produire un impact significatif. Dans ce contexte, tous les leviers pouvant faire bénéficier le Cabo Verde des avantages liés à sa trajectoire de développement durable à bas carbone, seront pris en compte, "les investissements doivent être accompagnés de réformes importantes pour faciliter et renforcer les moteurs de la croissance bleue. Il s'agit par exemple d'identifier les mesures incitatives pour promouvoir le secteur du tourisme et réduire la dépendance énergétique en développant les énergies vertes (éolien et solaire). L'investissement doit s'attacher à améliorer la qualité et l'efficience des infrastructures publiques, "la nécessité d'opérer une transformation structurelle de l'industrie nationale pour davantage s'insérer dans les chaînes de valeur mondiales, "Afin de réduire le déficit budgétaire et d'endiguer la tendance à un fort endettement, les pouvoirs publics ne s'attachent plus à accélérer l'accumulation de capital, mais à "la stratégie de sortie et de pérennisation. Les interventions se feront sur la base de la définition préalable des rôles et responsabilités des parties prenantes (entrepreneurs, communautés, usagers et administrations), par rapport à la maintenance et la durabilité des investissements et de l'offre de services.

Composantes et principales activités.

L'Opération est articulée autour de trois composantes: (A) Réalisation des études de faisabilité; (B) Renforcement des capacités; et (C) Coordination de l'étude. Les termes de référence (TdR) des études de faisabilité sont présentés en annexe.

A)Composante 1: Réalisation des études: Cette composante vise:

(i) l'élaboration d'un Cadre stratégique unifié pour l'économie bleue,

(ii) la préparation du Plan National d'Investissement en faveur de l'économie bleue (PNIEB) et l'étude de faisabilité du programme prioritaire (PP) A.1 Sous composante 1: Cadre stratégique pour l'économie bleue (CaSEB). Le Cabo Verde dispose d'institutions publiques et privées impliquées spécifiquement ou indirectement dans l'économie bleue. Il s'agit notamment du DSRP III, du Plan Stratégique 2015-2017. La sous-composante vise l'analyse des documents de stratégie sectorielles et l'élaboration d'un document de synthèse de Stratégie Economie Bleue, fondé sur un processus participatif mettant en valeur les documents déjà produits à l'échelle de tous les secteurs impliqués. Il s'agira de consolider le diagnostic d'identification des niches de croissance/économie bleue et produire un Cadre stratégique unifié pour l'économie bleue qui sera partagé avec les parties prenantes et validé.

A.2 Sous composante 2: Préparation du Plan National d'Investissement en faveur de l'Economie Bleue (PNIEB). La sous-composante vise à définir un document unique de programme d'investissement pour la coordination, l'harmonisation et l'alignement de l'ensemble des interventions dans l'Economie bleue pour la période 2017-2022. Le projet mobilisera les expertises nécessaires à chacun des domaines clés liés à l'économie bleue, et tels que répertoriés dans le CaSEB, afin de définir les champs, la nature et les investissements susceptibles de permettre la transition de l'économie nationale et libérer les pleines potentialités de l'économie bleue. Le PNIEB comprendra un cadre de résultats, et un ensemble des projets qui constituera le portefeuille d'investissement en faveur de l'économie bleue. Les principales activités sont: -Analyser les contraintes et opportunités, et identifier les sources de croissance bleue, -Faire l'inventaire et l'analyse de la performance des programmes existants, -Identifier les besoins en investissements et reformes à réaliser à l'échelle nationale qui produiront des impacts et des effets économiques substantiels, -Estimer le coût global du PNIEB, les principales sources de financement et définir la stratégie de mobilisation des ressources, -Identifier les ajustements institutionnels et les partenariats publics et privés de nature à permettre la mise en œuvre, de la façon la plus efficiente, transparente et participative, des éléments de la stratégie nationale en faveur de la transition vers l'Economie Bleue, -Définir un dispositif institutionnel de mise en œuvre du PNIEB et de suivi évaluation -Faciliter l'organisation d'une table ronde des bailleurs de fonds réunissant les parties prenantes à l'économie bleue A.3 Sous composante 3: Etude de faisabilité du Programme de Promotion de l'Economie bleue (PROMEB). Afin d'opérationnaliser le PNIEB, un programme prioritaire sera préparé. Il pourra être articulé autour des quatre champs suivants:

(i) le développement des innovations technologiques en rapport avec l'exploitation, la protection, le commerce ou la valorisation marchande ou non marchande des écosystèmes et ressources marines et des retenues d'eaux continentales;

(ii) la promotion de l'entreprenariat et des chaines de valeur, notamment le soutien à l'entreprenariat privé et le renforcement des métiers d'interface public/privé,

(iii) le développement des énergies renouvelables, la réduction de l'empreinte environnementale et de l'empreinte carbone, la prévention des risques dus au changement climatique pour les populations résidentes des zones côtières et littorales. Les principales les actions ci-dessous résumées seront entreprises (les détails en annexe II): -élaborer le cadre logique axé sur les résultats du programme, -décrire en détail les composantes et activités prévues, -faire les analyses économiques et financières détaillées d'accompagnement du programme, -faire une proposition d'appui financier aux entreprises et partenariats publics/privés en faveur de l'entreprenariat des jeunes, -définir les dispositions institutionnelles de mise en œuvre et de pilotage du PP, -réaliser les études de l'APD et l'APS des principales infrastructures visées, -réaliser l'étude environnementale et sociale (EES) et proposer un Plan de gestion environnementale et sociale (PGES).

B)Composante

(ii): Renforcement des capacités institutionnelles: Cette composante vise à

(i) opérationnaliser l'Intelligence Strategic Unit (ISU),

(ii) Renforcement des capacités institutionnelles publiques et privées. B.1 Sous-composante 1: Appui à l'Intelligence Strategic Unit (ISU). La mise en œuvre de la Charte de promotion de la croissance bleue repose sur un Comité de Pilotage qui lui est associé, une Commission consultative qui le renforce et élargit la concertation aux partenaires techniques et financiers et l'ISU. L'ISU est destinée à apporter les éléments d'analyse stratégique pour mieux déterminer les enjeux, mieux évaluer les éléments contextuels (barrières, freins, risques et opportunités et avantages) et proposer les voies et moyens de réalisation des objectifs de l'économie bleue dans une approche multisectorielle. A cet effet, le projet mobilisera trois consultants nationaux pour assister l'ISU à mettre en place ses outils de planification et de gestion, à développer un cadre de communication en direction des parties prenantes publiques et privées et assurer la préparation des éléments de plaidoyer en faveur de l'Economie bleue à l'échelle nationale et internationale. L'ISU devra promouvoir et animer des plateformes inter institutionnelles mixtes (public/privé), et sera à cet effet doté en équipements et outils informatiques. Ces plateformes devront prendre part aux évènements nationaux en rapport avec le champ d'investissement océanographique et notamment EXPOMAR qui se tient chaque année et constitue une vitrine de promotion des activités et chantiers nationaux dans le cadre de la Croissance/économie bleue.

B.2 Sous composante 2: Renforcement des capacités institutionnelles publiques et privées. Si la transition vers la Croissance/Economie Bleues, dispose d'un cadre institutionnel révisé via la Charte de Promotion de la Croissance Bleue, elle nécessite néanmoins le renforcement des capacités de certains organes publics ou privés, habilités à jouer un rôle dans la mise en œuvre des incitations et actions d'appui et d'accompagnement dans des domaines sectoriels divers. A cet effet, le projet assistera au renforcement des capacités des institutions publiques directement liée à l'économie bleue, notamment le Cluster de la Mer et les Incubateurs d'entreprises de Mindelo, l'Agence pour la Promotion des Affaires et de l'Innovation (ADEI), la Direction Générale des Pêches, l'Institut national de développement des Pêches (INDP) la Direction de l'Environnement et ACOPESCA. Au titre du secteur privé, le projet apportera une assistance aux associations professionnelles de pêcheurs (industriels et artisans), aux groupements et associations de femmes transformatrices et impliquées dans les chaînes de valeurs, les acteurs des secteurs des transports et de l'écotourisme, les ONG agissant dans le domaine de la protection, conservation des milieux et ressources menacées; les porteurs de projets d'écotourisme et de développement des pratiques sportives et récréatives en rapport avec l'océan et engagés dans des chartes de responsabilité environnementales ou placés dans le cadre d'activités normalisées et labélisées venant en appui à la promotion du pays sur la scène internationale (destination touristique mais aussi acteur du développement durable).

C)Composante

(iii): Gestion du projet: Les activités de cette composante permettent d'assurer la gestion de l'étude. Elle consiste à mettre en place une unité de gestion légère, renforcer le mécanisme de suivi et de coordination en adoptant une démarche concertée avec l'ensemble des partenaires. Les principales activités sont: -la Gestion administrative, comptable et financière, -l'acquisition des biens et services; -la mise en place d'un plan de communication, de suivi-évaluation -la réaliser l'audit de cette opération


Objectifs

L'objectif spécifique est de

(i) consolider les éléments de la stratégie nationale en faveur de l'économie bleue et de mettre en œuvre les ajustements institutionnels nécessaires, et

(ii) de préparer le plan national d'investissement et un programme prioritaire de promotion et pérennisation de l'économie bleue.


Justificatif

Le Cabo Verde est un petit archipel constitué de dix îles et de huit îlots volcaniques situés dans l'Océan Atlantique, à environ 450 km à l'ouest du Sénégal. Les îles sont dispersées sur une vaste étendue, donnant au pays une zone économique exclusive (ZEE) de 796 840 km², alors que leur superficie totale est seulement de 4 030 km². Les dix Iles sont réparties en Barlaventos (groupe des îles du nord) comprenant Santo Antao, Sao Vicente, Santa Luzia, Sao Nicolau, Sal et Boa Vista, et en Sotaventos (groupe des îles du sud) comprenant Maio, Santiago, Fogo, Brava. Neuf îles seulement sont habitées, avec une population estimée à 531 046 habitants. Du fait du manque de débouchés économiques, une forte émigration est observée avec deux fois plus de Cabo-Verdiens habitant à l'étranger.

A l'instar des autres Petits États insulaires en développement (PEID) d'Afrique, le Cabo Verde est un Etat vulnérable sur le plan climatique, économique et social. Si les conditions varient d'une île à l'autre, la pluviosité est, dans l'ensemble, très faible et irrégulière. Les contraintes physiques donc sont fortes, les pentes sont raides et les sols sont peu fertiles. A la sécheresse et l'aridité qui frappent l'archipel, il faut associer la rugosité du relief et l'érosion éolienne et seulement 10 % environ de la terre est arable. Le pays est en outre particulièrement fragile et vulnérable au changement climatique au regard de l'élévation du niveau de la mer, de sa forte exposition aux catastrophes naturelles et phénomènes climatiques extrêmes. Sur le plan économique, on note une capacité d'adaptation réduite liée à sa forte vulnérabilité économique consécutive à la forte dépendance aux ressources naturelles limitées, la dette publique assez élevée, la forte dépendance des importations et des marchés mondiaux. Sur le plan social, le Cabo Verde fait face à des défis importants avec le chômage touchant les groupes vulnérables, notamment les jeunes, les femmes et les populations rurales. Aussi, il existe de fortes disparités entre les îles, reflétant le décalage entre les compétences, les perspectives d'emploi et les contraintes des migrations à l'intérieur du pays, même si on note d'importants mouvements en direction des zones urbaines dont l'effet se fait sentir sur la fourniture des services de base.

Sur le plan de la gouvernance, le pays enregistre de bonnes performances. En dépit de sa vulnérabilité liée à l'isolement et à la fragmentation de son territoire, ainsi qu'à la taille restreinte de sa population, à son climat sahélien sec et à la rareté des ressources naturelles, ce pays a enregistré l'une des performances socioéconomiques les plus impressionnantes en Afrique, ce qui lui a permis d'être reclassé dans la catégorie des Pays à Revenu Intermédiaire (PRI) en janvier 2008, et d'atteindre en 2015 la presque totalité des OMD. Aussi, en 2014, le pays a été classé second pour ses performances en matière de gouvernance sur 52 Etats, à l'index Ibrahim MO pour la Gouvernance en Afrique. De plus, l'index de perception de la corruption (IPC) de Transparency International le classe également deuxième pays africain le moins corrompu après le Botswana, avec le 39è rang en 2014 sur 174 pays évalués dans le monde. Toutefois, certaines préoccupations subsistent. En effet, le chômage chez les jeunes qui représentent pourtant 50 % de la population active. La croissance reposant sur les recettes du tourisme, l'aide européenne et les fonds envoyés par les émigrés, s'est tassée en 2014 à 1,3% et le secteur du tourisme (25% du PIB) a pâti de la crise mondiale.

L'économie du Cabo Verde est dominée par le secteur des services (80 % du PIB), notamment le tourisme, secteur le plus engagé dans les chaînes de valeur mondiales. Les exportations de produits de la mer, essentiellement en conserve ou surgelés, permettent également au pays d'être présent dans des chaînes de valeur à l'étranger. A cela s'ajoute la vaste diaspora qui relie le pays aux chaînes de valeur mondiales par l'intermédiaire de la main d'œuvre qualifiée. Pour l'avenir, le pays recherche des stratégies à même de le positionner à des échelons plus élevés des chaînes de valeur mondiales en favorisant de nouvelles exportations de biens et services et en étoffant les exportations existantes. Cependant, le pays fait face à des défis de durabilité de par les caractéristiques spécifiques telles que la petite taille, la prédisposition aux catastrophes naturelles et la vulnérabilité aux chocs extérieurs.

L'émergence d'une Economie bleue diversifiée, génératrice de revenus et créatrice d'emplois, pour soutenir le processus de transformation socioéconomique. Le concept de l'économie bleue a été adopté par le gouvernement comme mécanisme pour réaliser un développement économique durable axé sur les ressources de l'océan. C'est dans ce cadre, et pour concrétiser cet engagement, que le Gouvernement a adopté, par une résolution du Conseil des Ministres n°112/2015 de novembre 2015, une charte visant à identifier tous les moteurs de l'économie bleue afin d'insérer le pays dans les chaines de valeur mondiales, élargir son accès aux marchés, et réduire les facteurs de vulnérabilité. Si la pêche constitue l'un des secteurs phare de l'économie bleue, l'optimisation des potentiels halieutiques reste étroitement liée à d'autres secteurs de l'économie bleue. La protection et conservation des écosystèmes et espèces marines vivantes, les transports, les infrastructures de c ommercialisation, de valorisation, et les institutions de promotion de l'entreprenariat, les secteurs du tourisme et de l'écotourisme, les secteurs de l'énergie et de l'aménagement et développement urbain, de la recherche et de l'enseignement, de la sécurité alimentaire constituent des secteurs étroitement impliqués dans l'économie bleue.


Bénéfices

Le projet d'étude durera 12 mois, et couvrira l'ensemble du territoire national. Elle se déroulera en deux phases principales: La première phase durera au total cinq mois (5) et permettra de faire une revue approfondie des stratégies sectorielles, d'identifier les moteurs et secteurs de croissance bleue, d'élaborer le CaSEB et le PNIEB. La deuxième phase durera sept mois (7) et consistera à évaluer la faisabilité technique, financière, socio-économique du programme pour la promotion de l'économie bleue (PROMEB).

Les principaux résultats attendus sont:

(i) une meilleure connaissance des opportunités de diversification de l'économie caboverdienne et les conditions optimales de transition vers l'économie bleue;

(ii) le développement d'un cadre de financement approprié permettant de mobiliser des ressources nécessaires, pour créer davantage de valeur ajoutée, et soutenir l'employabilité des jeunes diplômés. L'étude sera sanctionnée par la production d'un rapport succinct relatif au cadre stratégique pour l'économie bleue, un rapport et annexes du PNIEB et un rapport et annexes de préparation du PROMEB.


Contacts clés

KITANE Souleye - RDGW2


Coûts

Source Montant
MICFUAC 1.000.000
TotalUAC 1.000.000
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.