Les Assemblées annuelles 2019 du Groupe de la Banque africaine de développement se tiendront du 11 au 14 juin 2019 à Malabo, en République de Guinée équatoriale. En savoir plus

PROJET D'AMELIORATION DU SERVICE DE L'ELECTRICITE DANS LA VILLE DE BISSAU (PASEB)


Aperçu

  • Référence: P-GW-FA0-004
  • Date d’approbation: 08/07/2015
  • Date de début: 11/02/2016
  • Date d'évaluation: 15/04/2015
  • Statut: En coursOnGo
  • Agence d'implémentation: DIRECTION GENERALE DE L'ENERGIE
  • Emplacement: Bissau

Description

Le projet a pour objet

(i) la construction d'un réseau en 30kV d'une longueur d'environ 25 km sous forme d'une boucle autour de la ville de Bissau (ceinturage) afin de sécuriser et fiabiliser l'alimentation de l'ensemble du réseau de distribution d'électricité dans la capitale;

(ii) la réhabilitation et l'extension du réseau de distribution et

(iii) l'appui à la gestion commerciale de la société nationale d'électricité.

Il vise de façon générale à améliorer la fourniture d'électricité dans la ville de Bissau. Ses objectifs spécifiques sont, la baisse du taux global des pertes qui passera de 47% en 2014 à 20% en 2018 et la réduction de plus de 90% des interruptions du service d'électricité liées à l'état du réseau.

Le projet comprend trois principales composantes que sont: Infrastructures électriques, Appui Institutionnel et Gestion du projet.

-Infrastructures électriques: cette composante comprend la construction de la boucle 30 kV autour de la ville de Bissau; la construction de trois (3) postes de transformation 30/10 kV; la réhabilitation et l'extension de réseau de distribution (aérien et souterrain). Il sera également construit des postes de transformation en cabine maçonnée de 630 kVA et équipés de comptages d'énergie livrée. Il est prévu l'acquisition de matériels d'exploitation (petit outillage, caisses à outils, appareils de mesures et détection des défauts des câbles souterrains, fusibles, etc.) et de sécurité (gans, casques, chaussures, échelles, etc.) ainsi que des compteurs d'énergie qui seront installés dans une cinquantaine de postes cabines existants.

-Appui institutionnel: il est prévu la formation du personnel de la Direction Technique de EAGB en matière de conduite et de maintenance des réseaux de distribution au sein de sociétés d'électricité de la sous-région et du personnel de la DGE en gestion de projets, l'acquisition et la mise en place d'un logiciel intégré de gestion au sein de EAGB y compris son paramétrage et la formation appropriée du personnel pour son utilisation et la réalisation d'une étude sur le potentiel hydroélectrique et solaire du pays pouvant servir à la préparation d'interventions futures de la Banque et des autres partenaires dans le secteur.

- Gestion du projet: la composante comprend le recrutement d'un bureau d'études pour le contrôle et la supervision des travaux et d'un auditeur des comptes du projet, l'acquisition du matériel et mobilier de bureau et d'un véhicule pick up pour la Cellule d'exécution du projet (CEP) et les frais de fonctionnement du véhicule et de la CEP.


Justificatif

Avec une population nationale de l'ordre de 1,6 millions d'habitants dont 600 000 habitants à la capitale Bissau, la Guinée Bissau ne dispose que d'une capacité de production d'électricité de 11 MW dont 3 MW constitués de deux groupes de 1,5 MW chacun en panne depuis bientôt deux ans. Sur les 8 MW tous installés à Bissau, il n'y a qu'environ 5 MW de disponible pour un besoin estimé à 30 MW. Dans les localités intérieures, il n'y a que de rares privés qui partagent le surplus de leur propre production avec une partie de la population; la société nationale ne dispose d'aucune infrastructure électrique dans d'autres localités du pays que Bissau.

Le taux de perte sur le réseau de distribution à Bissau avoisine les 47% du fait de l'état de vétusté des infrastructures et de la fraude. La quantité d'énergie livrée est très loin de couvrir les besoins et il en résulte qu'à peine 25% de la population de Bissau a accès à l'électricité (le taux d'accès national à l'électricité est inférieur à 10%) dont la fourniture est irrégulière (le délestage est presque permanent). Les recettes de l'EAGB couvrent à peine 30% du coût du combustible nécessaire pour tourner les groupes encore fonctionnels; aucun budget n'est disponible dans ces conditions pour l'entretien et la maintenance des ouvrages. Par ailleurs, le prix moyen de vente de l'électricité bien que le plus élevé dans la sous-région ouest africaine (187 FCFA/kWh) ne couvre pas le coût de production du kWh.

La société EAGB qui a le monopole du transport et de la distribution d'électricité sur le territoire national, a une situation financière déficitaire et de faibles performances managériales. Les fréquentes difficultés de trésorerie entrainent l'indisponibilité récurrente de combustible pour le fonctionnement des groupes; le système de facturation de la clientèle est défaillant et ne permet plus d'émettre des factures pour les 20% de la clientèle qui est hors prépaiement depuis janvier 2014; des retards de plus trois mois sont enregistrés dans le paiement des salaires du personnel. Par ailleurs, le Conseil d'Administration de la société ne fonctionne plus normalement depuis 2005 car tous les membres ne sont pas nommés; les états financiers de l'EAGB ne sont pas régulièrement élaborés et audités; ceux de 2012 et 2013 ne sont pas encore disponibles.

Le Gouvernement issu des dernières élections générales de mai 2014 a décidé de mettre en place un plan de redressement de la situation du sous-secteur de l'électricité articulé autour de sept (7) priorités, à savoir:

(i) améliorer la gouvernance du secteur et l'organisation interne de l'EAGB;

(ii) augmenter la capacité de production d'électricité;

(iii) améliorer l'état et la gestion du réseau électrique et du réseau d'eau;

(iv) régler les dettes croisées de l'EAGB et de l'Etat;

(v) résoudre les problèmes de facturation de l'EAGB;

(vi) équilibrer économiquement les secteurs de l'électricité et de l'eau et (vii) apurer les dettes sociales de l'EAGB et mettre en place un plan de réduction des effectifs.

Les ressources internes étant insuffisantes ou inexistantes (le Gouvernement ne dispose pas encore de budget car celui de 2014 n'est pas encore voté), le Gouvernement ne compte que sur les soutiens des partenaires techniques et financiers dont la Banque.


Bénéfices

Le projet permettra de sécuriser (construction de la boucle de 30 kV), réhabiliter le réseau de distribution existant à Bissau et de construire un nouveau réseau avec des postes de transformation appropriés. Il permettra de faire passer le taux de perte qui est actuellement de l'ordre de 47% à environ 20% dès la mise en exploitation du projet et de réduire de près de 90% les interruption de service.

Aussi, la gestion commerciale de EAGB sera renforcée par la mise en place d'un logiciel intégré de facturation, de gestion des ressources humaines, matérielles et financières.

Une étude du potentiel en hydroélectricité et en énergie solaire du pays sera réalisée en vue de préparer des futures opérations pour le développement du secteur de l'énergie.


Contacts clés

DJAIGBE Pierre - RDGW1


Coûts

Source Montant
FADUAC 13.300.000
GovernementUAC 420.000
Co-financierUAC 11.700.000
TotalUAC 25.420.000
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.