PROJET D'INTERCONNEXION DES RESEAUX ELECTRIQUES CAMEROUN-TCHAD(CAMEROUN)


Aperçu

  • Référence: P-Z1-FA0-072
  • Date d’approbation: 15/12/2017
  • Date de début: 15/12/2018
  • Date d'évaluation: 30/10/2017
  • Statut: ApprouvéAPVD
  • Agence d'implémentation: Société Nationale de Transport de l’Electricité (SONATREL)
  • Emplacement: Territoires du Cameroun et du Tchad

Description

Le projet consistera en la construction

(i) d'une ligne HT 2250 kV de 700 km de long entre Ngaoundéré, Maroua (Cameroun) et Ndjamena (Tchad),

(ii) d'une bretelle de ligne HT 225 km de 250 km de long entre Maroua (Cameroun), Mogrom et Ndjamena (Tchad),

(iii) des Postes de transformation HT/MT associés,

(iv) ainsi que des réseaux de distribution (électrification rurale) le long de chaque couloir de ligne.


Objectifs

Le projet a pour objectif spécifique de contribuer à l'équilibre entre l'offre et la demande en électricité du Cameroun et du Tchad, et de permettre l'accès à l'électricité des populations de la zone du projet dans un cadre sous-régional.


Justificatif

Le projet d'interconnexion Cameroun-Tchad répond à la volonté des deux pays d'optimiser l'utilisation de leurs ressources énergétiques par l'intégration des infrastructures de production, de transport et de distribution de l'énergie électrique. En effet, le Cameroun et le Tchad font face à des difficultés majeures de développement économique et social qui résultent de contraintes diverses, dont:

(i) l'étroitesse des marchés intérieurs;

(ii) la faible diversification des économies; et

(iii) le déficit structurel et les coûts très élevés de l'énergie. Les taux d'accès à l'électricité des deux pays sont très faibles en raison d'une disponibilité insuffisante et se situent à 18% au Cameroun et 3% au Tchad en 2013.

Le projet d'interconnexion Cameroun-Tchad s'inscrit également dans le cadre global d'interconnexion des réseaux électriques des pays membres de la CEEAC. C'est dans ce cadre qu'en 2010, à l'issu d'une étude conduite par la CEEAC, un certain nombre de projets d'interconnexion prioritaires dans la région ont été identifiés, dont le projet d'interconnexion Cameroun-Tchad. Ce dernier n'a cependant fait l'objet que d'études partielles. La présente étude consistera donc à actualiser les études réalisées d'une part et à réaliser un complément d'études d'autre part, afin de fournir le support matériel requis en vue de la mobilisation des financements pour le projet en question.

Le projet contribuera à trouver une réponse appropriée aux contraintes et difficultés d'approvisionnement en électricité des deux pays directement concernés par le projet. En effet, la mise en œuvre du projet qui sera issu de l'étude permettra l'accroissement des échanges électriques et une fourniture plus accrue d'une énergie fiable à des prix abordables à long terme; ce qui devrait favoriser le développement économique durable et la réduction de la pauvreté dans les deux pays. En outre, l'étude contribuera globalement au renforcement de la coopération et de l'intégration régionales.

Il sied de noter par ailleurs que pendant que le Gouvernement camerounais s'attèle à développer ses sites hydroélectriques, dont l'aménagement hydroélectrique de Bini à Warak d'où proviendra en premier temps l'essentiel de l'énergie pour l'interconnexion, le Gouvernement tchadien de son côté s'active dans la poursuite du développement de la production pétrolière, qui offrirait à moyen terme des opportunités d'utilisation du gaz naturel pour la production d'électricité. Ceci permettrait d'envisager à terme une exportation d'énergie vers le Cameroun, notamment pendant les périodes d'étiage des cours d'eau. De ce fait la ligne d'interconnexion doit être perçue et conçue comme une infrastructure d'échange d'énergie et non une interconnexion pour la fourniture d'électricité du Cameroun vers le Tchad uniquement.


Bénéfices

L'intégration des infrastructures de production, de transport et de distribution de l'énergie électrique du Cameroun et du Tchad, permettra d'optimiser l'utilisation des ressources énergétiques nationales respectives. Le projet contribuera à l'équilibre offre-demande des deux pays, mais permettra aussi des gains annuels importants en coûts de production. Ces gains résulteraient surtout pour le Tchad de la substitution d'une énergie thermique chère par une énergie hydroélectrique moins chère. Le projet offrira également des avantages sociaux économiques considérables aux deux pays où il contribuera à l'amélioration des conditions de vie des populations.Le projet permettra aux populations urbaines et rurales de la zone concernée, d'avoir accès à l'électricité à moindre coût. Il dynamisera l'activité artisanale et encouragera la création de petites entreprises. Il soutiendra l'activité des femmes, créera des meilleures conditions pour la promotion de l'éducation et de la santé et ralentira le phénomène d'exode vers les villes. Ainsi le projet contribuera à la lutte contre la pauvreté.

Le projet a un caractère régional. Il contribuera à la promotion du développement de la coopération et constituera un levier de l'intégration sous-régionale, démontrant par là-même le caractère complémentaire des sociétés et des économies de l'Afrique centrale.


Contacts clés

MUTSINZI Jean-Pierre - RDGC1


Coûts

Source Montant
BADUAC 182.030.000
FADUAC 6.000.000
Co-financierUAC 58.600.000
TotalUAC 246.630.000
You are currently offline. Some pages or content may fail to load.