Inga : Hydroélectricité en République démocratique du Congo Une énergie durable pour des millions de personnes

Contexte

Fleuve parmi les plus puissants d’Afrique, le Congo possède un potentiel d’énergie hydroélectrique qui pourrait répondre, de façon significative, aux besoins du continent. À l’heure actuelle, seul le site d’Inga est utilisé pour la production d’électricité ; d’une capacité installée de 1775 MW seulement, son potentiel est de l’ordre de 40 000 MW.

Le FAD : financement, préparation de projets, conseils, négociation

La Banque africaine de développement a été un partenaire actif dans la réhabilitation d’Inga 1 et dans le lancement du projet du Grand Inga, mené entre 1993 et 1997 avec des financements du FAD.

FAD-11

Le FAD-11 a investi 15 millions de dollars EU dans la préparation du projet, notamment dans l’analyse de faisabilité d’Inga 3, première phase du Grand Inga. La Banque, qui a grandement aidé le gouvernement par ses conseils, a assuré la coordination des institutions financières de développement. Sans son intervention, le projet serait resté au point mort.

FAD-12

Le FAD-12 a apporté une assistance technique à hauteur de 37 millions de dollars EU, pour les études de faisabilité qui permettront d’exploiter le potentiel de 4 800 MW d’Inga 3 ; avec un investissement de 10 milliards de dollars EU, ce projet est une priorité du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA).

FAD-13

Le FAD-13 est appelé à jouer un rôle crucial dans la réalisation du projet