Africa NDC Hub

Les avantages de la plateforme africaine pour les CDN de la BAD

Le Département Changement climatique et croissance verte (PECG) de la BAD a créé la plateforme africaine pour les contributions déterminées à l’échelle nationale (CDN) pour servir de pool de ressources pour les pays membres régionaux (PMR) et coordonner les activités de divers secteurs, liées à leurs obligations vis-à-vis de l’Accord de Paris.

La plateforme est focalisée sur trois domaines d’appui stratégiques :

1.  Favoriser l’action climatique à long terme – cela implique un travail d’analyse visant à aligner les CDN d’un pays à son programme de développement national, ses contributions volontaires, et à explorer toutes les possibilités susceptibles d’élever le niveau d’ambition nécessaire à une croissance à faible émission de carbone et résiliente au changement climatique sur le long terme.

2.  Mobiliser les moyens de mise en œuvre – finance, renforcement des capacités, développement et transfert de technologies. Ce sont des outils essentiels pour la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris dans le contexte de développement durable en Afrique. La plateforme collaborera avec les fonds climatiques mondiaux et le secteur privé, en vue de répondre aux engagements conditionnels et inconditionnels des CDN africaines ; et

3.  Coordination, plaidoyer et partenariats – la plateforme fournira un espace de coordination des activités d’appui aux CDN sur le continent pour une utilisation efficace des ressources limitées. 

Contexte et justification

De nombreux pays africains sont confrontés à des défis de développement tels que l’accès limité au marché, le manque de compétitivité, un développement économique fragile, des niveaux de pauvreté élevés, des capacités d’analyse et techniques et une disponibilité de l’information réduites. Ces défis sont exacerbés par la capacité limitée du continent à gérer le changement climatique. Cependant, l’Afrique a d’énormes possibilités de contribuer aux efforts mondiaux visant à lutter contre le changement climatique. Les 54 pays africains ont signé l’Accord de Paris et soumis d’ambitieuses contributions prévues déterminées au niveau national (CPDN), et la plupart entre eux ont ratifié leurs ambitieuses contributions déterminées au niveau national (CDN). Toutefois, la plupart des CPDN soumises par les pays africains ont été préparées à la hâte et dans la majorité des cas, elles ne prennent pas en compte les effets à long terme sur les objectifs nationaux de développement. Par conséquent, elles ne reflètent pas vraiment les besoins nationaux et le potentiel de contribuer aux objectifs mondiaux visant à atteindre la trajectoire à faible émission de carbone et résiliente au changement climatique d’ici le milieu du siècle.

Toutes les CPDN africaines ont inclus deux objectifs : un objectif inconditionnel que les pays africains doivent atteindre avec leurs propres ressources (15 %), et un objectif conditionnel subordonné à la réception des financements internationaux et à l’appui de la communauté internationale (environ 85 %). Cependant, en dressant la carte des engagements actuels, on n’observe pas de différence entre ces deux objectifs. Sans faire cette distinction et sans mobiliser les moyens qui permettent aux pays africains d’atteindre ces deux objectifs, nous courrons le risque de ne pas atteindre l’objectif mondial. De plus, les pays africains ont constamment souligné l’importance de l’adaptation compte tenu de leur grande vulnérabilité aux impacts néfastes du changement climatique. Bien que l’Accord de Paris a établi un objectif mondial pour l’adaptation en vue de contribuer au développement durable, les efforts actuels dans la mise en œuvre des CDN, y compris les CDN en Afrique, n’ont pas accordé suffisamment d’importance à l’adaptation et au renforcement de la résilience. Des efforts sont également nécessaires pour l’élaboration de projets bancables qui contribuent aux CDN dans les pays africains et qui attirent les investisseurs du secteur privé.

La plateforme africaine pour les CDN offre une opportunité à la Banque et à ses partenaires de travailler avec les acteurs nationaux, sub-nationaux, non étatiques et du secteur privé sur des politiques, stratégies et actions adaptées aux besoins individuels des pays africains dans l’objectif de leur permettre de respecter leurs engagements relatifs au changement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris. La plateforme CDN aidera également les pays africains à mobiliser les fonds nécessaires pour soutenir les impératifs nationaux de développement durable. Ces pays devront en retour favoriser le développement et la mise en œuvre des actions climatiques appropriées qui leur permettront d’atteindre les objectifs fixés dans leurs CDN tout en contribuant de manière significative à l’effort mondial de lutte contre le changement climatique. La plateforme assurera une transformation efficace des CDN en projets/programmes bancables et exécutables étayés par un travail d’analyse rigoureux et s’appuyant fortement sur les synergies des efforts régionaux, nationaux et sectoriels en cours tout en contribuant à la réalisation des objectifs de développement durable. La plateforme CDN s’appuie sur la solide expérience de la BAD en matière de participation active au développement de l’Afrique, y compris la gestion des initiatives climatiques et des fonds climatiques.


SAVEZ-VOUS ?

Les 54 pays africains ont signé l’Accord de Paris et 42 ont, depuis lors, ratifié leurs contributions déterminées (NDC).