Vous êtes ici

Le partenariat sur le financement illicite

Le Partenariat sur le Financement Illicite (PIF) a été initié pendant le sommet des Leaders Amérique - Afrique de Juillet 2014, afin de combattre les flux financiers illicites et limiter les préjudices qu'ils causent aux populations africaines.

Les financements illicites absorbent les ressources du continent, perpétuent sa dépendance à l'égard de l'aide et compromettent sa capacité à élaborer un programme de développement qui reflète ses propres réalités et ses propres priorités. Au regard de l'investissement humain et physique qu'il faut mobiliser pour transformer l'Afrique, s'intéresser prioritairement à la question des flux financiers illicites est un impératif.

Le PIF a pour objectif de :

  • (i) Examiner et formuler des recommandations concernant les activités financières illicites en Afrique : les membres du Partenariat continueront à effectuer des analyses basées sur des sources fiables, afin de mieux comprendre la typologie et l'étendue de la corruption et des autres activités illégales en rapport avec les activités financières illicites en Afrique. Sur la base de ces analyses, le groupe de travail créé au sein du PIF continuera à mettre en œuvre les actions recommandées pour aider à prévenir et répondre à ce type d'activités illégales. Ces recommandations seront largement orientées vers le renforcement et la mise en œuvre prioritaire des standards internationaux existants ou des engagements pris par l'Union Africaine, les Nations Unies, le G-7, le G-20, le Groupe d'Action Financière (GAFI) et d'autres groupes pertinents.
  • (ii) Développer des plans d'action spécifiques: Les pays membres se sont engagés à publier des plans d'action nationaux qui s'articulent autour d'un certain nombre d'engagements spécifiques à chaque pays, qui une fois adoptés, aideront à prévenir la création et le mouvement des ressources issues de la corruption et d'autres crimes. Chaque gouvernement s'est engagé à consulter le secteur privé et la société civile pour renforcer ces engagements orientés vers des actions propres, spécifiques à chaque pays.
  • (iii) Mise en œuvre et suivi : les pays membres ont également exprimé leur intérêt à évaluer régulièrement leurs progrès dans la mise en œuvre et la réalisation de ces engagements, ainsi que dans la mise à jour des plans d'action.

En Novembre 2016, le PIF était composé des pays membres suivants : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Kenya, Liberia, Mauritanie, Niger, Sénégal, Sierra Leone et États- Unis.

Le Groupe de la Banque africaine de développement appuie le partenariat.


Ressources