Comment travailler avec nous ?

Le Département du secteur privé de la Banque soutient des projets porteurs qui répondent à la stratégie décennale de la Banque, qui façonne les interventions et les opérations de la Banque jusqu’à l’horizon 2022, et à ses Cinq grandes priorités (Top 5).

  • La fourniture d’énergie fait écho à « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter Wale Shonibara : w.shonibara@afdb.org

  • L’agriculture et le développement rural font écho à « Nourrir l’Afrique ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter Atsuko Toda : a.toda@afdb.org

  • L’industrie, les mines et les carrières font écho à « Industrialiser l’Afrique. ».

Pour plus d’informations, prière de contacter Alhassane Haidara : a.haidara@afdb.org

  • Les composantes multinationales de la communication et des transports font écho à « Intégrer l’Afrique ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter Mamady Souare : m.souare@afdb.org

  • Les services sociaux, l’eau et l’assainissement, les composantes nationales de la communication et des transports, le développement urbain, l’environnement et les opérations multisectorielles font écho à « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ».

Pour plus d’informations, veuillez contacter Oley Dibba-Wadda : o.dibba-wadda@afdb.org

  • Les infrastructures, les villes et le développement urbain.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Amadou Oumarou : a.oumarou@afdb.org

  • L’entreprise/le projet doit être situé(e) et enregistré(e) dans un pays membre régional de la Banque, que les promoteurs soient des investisseurs africains ou non.
  • L’entreprise/le projet doit être détenu(e) en majorité (51 % et plus) par des investisseurs privés, ou par une entité publique dotée d’une assise financière solide et d’une autonomie de gestion avérée.
  • Les projets doivent servir à la création, à l’expansion, à la diversification et à la modernisation d’entreprises de production (CAPEX par exemple). Le commerce direct n’est pas éligible à un financement.
  • L’importance de l’investissement est déterminée par les capacités financières du débiteur unique et par d’autres considérations prudentielles.
  • L’apport maximal de la BAD ne saurait excéder 33 % du coût total du projet. Toutefois, il peut être plus élevé pour les start-up, s’il s’agit de projets d’expansion de structures existantes. L’apport minimal de la BAD est généralement supérieur à 3 millions de dollars EU.
  • L’entreprise/le projet doit faire preuve d’une grande intégrité, jouir d’une bonne réputation et avoir une base financière appropriée.

Procédure de demande

Afin de permettre à la Banque d’évaluer, dans les meilleurs délais, l’admissibilité d’un projet en quête d’investissement, les entreprises intéressées doivent soumettre une demande initiale, qui comporte en général les éléments d’information suivants :

  • La description du projet (secteur, emplacement, volumes de production, etc.)
  • La description des Promoteurs, notamment leur parcours financier et managérial
  • Les estimations de coûts, y compris les besoins en devises
  • Le plan de financement, indiquant le montant demandé à la BAD
  • Les caractéristiques techniques environnementales essentielles
  • Les indicateurs de faisabilité
  • Le climat des affaires, perspectives du marché, y compris les dispositions proposées en matière de commercialisation
  • Le plan de mise en œuvre, incluant la validité des licences, permis, certificats exigés, etc.

Après avoir statué sur l’admissibilité de la demande de financement d’un projet, la Banque entreprend ensuite un examen complet du dossier. Pour ce faire, la Banque doit pouvoir disposer des éléments suivants :

  • Une étude de faisabilité
  • Un business plan
  • Une évaluation de l’impact environnemental et social (selon la nature du projet).

Types d'instruments financiers

La Banque africaine de développement continue d'ajuster ses opérations en adaptant les instruments existants et en en adoptant, le cas échéant, de nouveaux pour gérer les risques et assurer une prestation de services efficace face aux besoins spécifiques et en évolution de ses clients dans les marchés émergents, avec – entre autres – les produits financiers suivants :

  • Dette privilégiée :
    • Jusqu'à 15 ans (période de grâce de 5 ans incluse).
    • Devises ou monnaies locales, risque évalué.
  • Garanties
    • Risque partiel, crédit partiel (durées de prêt longues).
    • Pour des crédits spécifiques ou des programmes sur les PME mis en place par des banques commerciales, le risque est évalué.
  • Créance subordonnée
    • Prêts ou obligations subordonnées.
    • Possibilité d’utiliser la monnaie locale, échéance maximale de 15 ans (10+5), risque évalué.
  • Fonds propres
    • Investissements directs dans les banques, les institutions de financement du développement (IFD), etc.
    • Jusqu'à 25 % avec ou sans siège au Conseil d’administration, stratégie de sortie, retour sur investissement.
  • Assistance technique
    • Subventions pour les études.
    • Jusqu'à 1 million de dollars EU pour les programmes de renforcement des capacités institutionnelles.