Cinq nouvelles nominations de haut niveau à la Banque africaine de développement

27/08/2017
Share |

Victor B. OLADOKUN, Directeur de la communication et des relations extérieures

La Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination de Victor B. Oladokun au poste de directeur de la Communication et des relations extérieures, avec  date de prise d’effet au 1er septembre 2017.

De nationalité britannique et professionnel reconnu du monde des médias et de la communication, Victor Oladokun totalise plus de 25 ans d’expérience dans les relations publiques, la promotion institutionnelle, le journalisme, la radiodiffusion, la communication stratégique, ainsi que dans la formation de dirigeants et l’encadrement du personnel de direction, en plus d’avoir exercé comme professeur associé. Il a eu à travailler auprès de grandes multinationales et d’organisations non gouvernementales de premier plan aux États-Unis et en Afrique. Les nombreux projets auxquels il a travaillé dans une trentaine de pays en Amérique du Nord, Europe, Afrique, Asie, Amérique latine, au Moyen-Orient et dans les Caraïbes, l’ont doté d’une expérience transculturelle avérée.

Avant de rejoindre la Banque, Victor Oladokun occupait depuis 2012 les fonctions de directeur général de 3D Global Consult, un cabinet de conseil en médias et communication au Nigeria. En cette qualité, il avait en charge l’élaboration des stratégies, la gestion des opérations, les relations avec la clientèle de haut niveau et le développement des nouvelles activités.

Après sa formation universitaire, Victor Oladokun exerce, de 1983 à 1986,  comme directeur de publication,  directeur des relations avec les médias et directeur des affaires générales du groupe agro-alimentaire nigérian Cadbury Nigeria Plc. À ces fonctions, il a été responsable de la communication stratégique en interne et de la diffusion des communiqués de presse aux niveaux local et international. 

Comme directeur des relations publiques et porte-parole du groupe A.G. Leventis, à Lagos, au Nigeria, il est responsable, en 1986 et 1987, de l’élaboration et du déploiement des stratégies de communication stratégique et des relations publiques de tout un groupe de sociétés.

De 1990 à 2009, Victor Oladokun exerce successivement comme journaliste, présentateur international, chef d’édition, chef d’édition principal puis directeur de production pour la chaîne CBN international à Virginia Beach, aux États-Unis. Son rôle consiste – entre autres – à coordonner la programmation des contenus et des émissions télévisées, à superviser les nombreuses équipes de production aux États-Unis, en Afrique du Sud et au Nigeria, tout en veillant à suivre les tendances mondiales dans le secteur des médias et de la communication.

Par la suite et avant de rejoindre 3D Global Consult, monsieur Oladokun est nommé comme professeur associé au Bethel College de Hampton, en Virginie, aux États-Unis.

Victor Oladokun est titulaire d’un doctorat en leadership stratégique, d’un certificat d’études approfondies en leadership et d’une maîtrise en communication obtenus à l’Université Regent de Virginia Beach, aux États-Unis, ainsi que d’une licence d’histoire et de sciences politiques délivrée par l’université d’Ife, au Nigeria.

Évoquant cette nomination, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina, a déclaré : « Victor Oladokun arrive à la Banque avec ses compétences solides en leadership et la renommée internationale qu’il a acquise comme de médias respecté. Victor a fait ses preuves s’agissant de développer des solutions innovantes et axées sur les résultats dans le secteur des médias et de la communication. Il s’attèlera à renforcer le département et à renforcer les capacités de communication en interne et en externe de la Banque, à un moment où nous redoublons d’efforts en Afrique et à travers le monde ».

Abdu MUKHTAR, Directeur du développement de l’industrie et du commerce

La Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination d’Abdu Mukhtar au poste de directeur du Département du développement de l’industrie et du commerce, avec date de prise d’effet au 28 septembre 2017.

De nationalité américaine, Abdu Mukhtar assumait depuis 2014 les fonctions de  directeur de la stratégie auprès du groupe Dangote au Nigeria. À ce titre, il assistait le président du groupe dans la définition de la stratégie globale de l’entreprise et la supervision des grands axes du processus de planification stratégique pour le groupe, les différentes entités opérationnelles, filiales et succursales. Abdu Mukhtar a eu à jouer un rôle crucial dans la mise en œuvre des activités, projets et initiatives décisives du groupe Dangote avec, notamment, l’expansion des activités de fabrication de ciment dans 18 pays d’Afrique, l’implantation d’une raffinerie de pétrole et d'un centre pétrochimique – un projet de plusieurs milliards de dollars  –, outre des joint-ventures majeurs dans l’énergie, le pétrole et  le gaz et dans l’agriculture.

Abdu Mukhtar débute sa carrière en 1991, comme médecin au sein du ministère de la Santé à Kano, dans le nord du Nigeria. Avant de devenir chercheur associé au Centre médical de l’Université de Boston aux États-Unis, où il mène des travaux de pointe à l’unité de recherche pulmonaire et procédé au clonage d’un gène humain.

Devenu consultant en management aux États-Unis pendant deux ans, Abdu Mukhtar décide de revenir au Nigeria. De 2003 à 2007, il  travaille pour le Bureau des entreprises publiques de la présidence de la République, comme conseiller pour les opérations et assistant spécial du directeur général. Puis il est nommé assistant spécial principal chargé des questions économiques auprès du ministre chargé de l’administration territoriale d’Abuja, et chargé à ce titre de superviser la mise en œuvre des principaux volets du programme de réforme économique du gouvernement fédéral. Président du comité ad hoc chargé de la vente des propriétés immobilières du gouvernement fédéral, Abdu Mukhtar s’investit dans la mobilisation des ressources internes, favorisant ainsi les débuts du système hypothécaire au Nigeria.

De 2007 à 2011, Abdu Mukhtar est pdg et administrateur d’Abuja Investments Company Limited, une société holding de l’administration territoriale de la capitale fédérale qui sert d’interface avec le secteur privé et gère les actifs et investissements publics dans les sociétés en portefeuille. À ces fonctions, il a eu à définir les orientations stratégiques, à gérer les affaires courantes et à présider les conseils d’administration d’une douzaine de sociétés dans divers secteurs. Il s’est associé à des investisseurs tant nationaux qu’internationaux afin de développer et mettre en œuvre des partenariats public-privé, dans le but de générer une croissance exceptionnelle et rentable et de conduire de grands projets immobiliers. En 2008, le journal This Day l’a désigné « Pdg de l’année ».

Titulaire d’un doctorat en médecine de la faculté de médecine de l’Université Ahmadu Bello de Zaria, au Nigeria,  Abdu Mukhtar possède également un doctorat (PhD) en pathologie et médecine de laboratoire délivré par la faculté de médecine de l’Université de Boston aux États-Unis ; un master en administration des affaires obtenu à la Harvard Business School de Cambridge, Massachussets (États-Unis); ainsi qu’un master en administration publique délivré par la Harvard Kennedy School de Cambridge, Massachussetts (États-Unis). Il a bénéficié du programme de bourses Desmond Tutu pour le leadership et reçu plusieurs prix internationaux.

Évoquant cette nomination, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a déclaré : « Abdu Mukhtar est un professionnel accompli d’envergure internationale qui a de solides compétences entrepreneuriales et qui a fait ses preuves en matière de développement du commerce et de l’industrialisation en Afrique. Son expérience et ses compétences dans le montage de partenariats public-privé seront utiles à la Banque, qui apporte son appui au programme d’industrialisation des pays africains ».

Trevor DE KOCK, Directeur de la gestion financière

La Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination de monsieur Trevor de Kock au poste de directeur du Département de la gestion financière, avec date de prise d’effet au 1er juillet 2017.

Ressortissant sud-africain, Trevor De Kock est un professionnel chevronné, qui compte plus de 25 ans d’expérience dans le secteur bancaire, le financement du développement et la gestion de la trésorerie et du risque.

Trevor De Kock rejoint la Banque africaine de développement en 1999, comme chef de la Division des services techniques et financiers du Département de la trésorerie, où il était chargé d’appuyer le développement et le déploiement des produits de prêt de la Banque aux conditions du marché. En 2007, devenu chef de Division de gestion du risque de trésorerie au sein du Département de la gestion financière, il se voit confier la responsabilité de la conformité de la trésorerie et de la production des rapports sur les risques, de l’analyse des risques de trésorerie et du suivi des systèmes d’information de la trésorerie.

Depuis décembre 2012, Trevor De Kock était responsable du Département de gestion financière, chargé de la gestion globale de l’actif et du passif de la Banque – ce qui inclue notamment le modèle de revenu de la Banque et les évaluations et projections de la viabilité financière, les taux d’intérêt, la gestion des risques de change et de liquidité, et l’élaboration de politiques financières.

Trevor De Kock a contribué à un certain nombre d’initiatives de la Banque, à l’instar de la première politique sur les garanties de la Banque, de l’introduction des produits de gestion des risques, du cadre pour les prêts en monnaies locales et de la sixième augmentation générale de capital de la Banque, outre sa participation à divers groupes de travail.

Diplômé en physique, Trevor De Kock a d’abord travaillé sept ans dans la recherche sur les lasers. Avant de réorienter sa carrière et d’opter pour la trésorerie, d’abord au sein d’une banque commerciale puis à la Banque de développement de l’Afrique australe, avant de rejoindre la Banque africaine de développement.

Trevor De Kock est titulaire d’une maîtrise en physique de l’Université de Rhodes, en Afrique du Sud, et d’un master en administration des affaires (MBA) de l’Université de Pretoria, en Afrique du Sud.

Évoquant cette nomination, le président Akinwumi Adesina a déclaré : « Trevor est un membre du personnel chevronné de la Banque. Il jouit d’une grande expérience en matière de gestion financière, de trésorerie et de risques. Son expérience avérée dans l’élaboration des perspectives financières à moyen terme de la Banque et le suivi de la santé financière et de la viabilité de la Banque lui sera très utile à ce poste ».

Omobola HOLLIST, Directrice du contrôle financier  

La Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination de madame Omobola Hollist au poste de directrice du Département du contrôle financier, avec prise d’effet au 1er août 2017.

Ressortissante nigériane, madame Hollist affiche plus de 30 ans d’expérience dans le secteur financier. Avant cette nomination, elle a été successivement chef de la Division des décaissements (dès mars 2007) et directrice par intérim du Département du contrôle financier (à compter d’octobre 2015).

Dans l’exercice de ses responsabilités actuelles, Omobola Hollits a eu à superviser la préparation des rapports financiers du Groupe de la Banque, à veiller au maintien des normes fiduciaires élevées dans les projets financés par la Banque puis à élaborer et gérer un large éventail de politiques et procédures financières relatives à la gestion des prêts et dons.

Madame Hollist a rejoint la Banque africaine de développement en 1991, en qualité de chargée de la comptabilité des prêts au sein de la Division de la comptabilité des prêts et des statistiques, où elle a géré un portefeuille de prêts/dons pour un groupe de pays désignés. De 1997 à 2001, elle a occupé le poste de statisticienne en chef dans la Division de la comptabilité des prêts et des statistiques. Outre concevoir des modèles pour analyser le portefeuille du Groupe de la Banque et en établir des rapports, elle a piloté la mise en place d’un système intégré de gestion de la trésorerie et de prêts pour la Banque ; et a joué un rôle majeur dans la migration des données et des processus relatifs aux projets et prêts issus d’un vieux système manuel de plus de trente ans vers un système ERP (SAP).

Chef de la Division de la comptabilité des prêts et des statistiques entre 2001 et 2007, madame Hollist   a supervisé l’examen continu des processus opérationnels, afin d’améliorer l’efficacité et les contrôles internes grâce à une automatisation accrue des processus.

Omobola Hollist a commencé sa carrière en 1984 chez Coopers & Lybrand, à Lagos au Nigeria, comme consultante en management. De 1987 à 1990, elle a occupé différents postes au sein de la Banque internationale du Nigeria (Citibank). C’est ainsi qu’elle y a été d’abord chargée des relations publiques, puis responsable des produits financiers destinés aux entreprises et, plus tard, chef de l’unité chargée des institutions financières. Au cours de cette période, elle a élaboré un programme de dette pour lequel elle a obtenu l’approbation réglementaire et elle a mené une analyse comparative des banques nigérianes qui a permis de mettre en place et d’assurer le suivi des limites d’exposition de la banque.

Omobola Hollist est titulaire d’un MBA en finance de l’école de commerce CASS, de la City University of London, au Royaume-Uni, et d’une licence de mathématiques et économie de l’Université britannique de Newcastle, Newcastle upon Tyne.

Évoquant cette nomination, le président Akinwumi Adesina a déclaré : « Madame Omobola Hollist est une professionnelle accomplie et aguerrie, riche d’une grande expérience à la Banque. Elle apporte, à ce poste stratégique, ses solides connaissances et sa grande expérience du contrôle financier, sa passion, son énergie et ses capacités managériales éprouvées. Nous sommes fiers de ses états de service au sein de la Banque et de pouvoir compter sur elle. Je ne doute pas qu’elle réussira dans ses nouvelles fonctions ».

Jacques EDJANGUE, Directeur des services linguistiques

La Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination de monsieur Jacques Edjangue au poste de directeur du Département des services linguistiques, avec date de prise d’effet au 1er septembre 2017.

De nationalité camerounaise, M. Edjangue occupe depuis 2011 le poste de chef de Division de la traduction française à la Banque africaine de développement. Embauché en 2002à la Banque comme traducteur supérieur, il est passé réviseur en 2007, avant d’être nommé au poste de chef de division.

Jacques Edjangue a commencé sa carrière en 1989, comme stagiaire à la présidence de la République du Cameroun. Après six ans passés dans différents départements ministériels au Cameroun, il est recruté par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) en qualité de consultant. En 1998, il est nommé responsable des services linguistiques et des conférences au Secrétariat du groupe international d’éminentes personnalités créé par la Conférence des chefs d'États et de gouvernement de l'Union africaine. En 1999 et 2000, Jacques Edjangue est l'interprète personnel de l’ancien président du Botswana Ketumile Masire, qui joua le rôle de médiateur dans le processus de paix en République démocratique du Congo.

En 2000, Monsieur  Edjangue est nommé directeur adjoint et représentant permanent adjoint à l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). À ce titre, il a représenté l'OIF auprès de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique et de l'Union africaine à Addis-Abeba (Éthiopie), où il a piloté plusieurs programmes et initiatives visant à promouvoir le multilinguisme et la diversité culturelle au sein de ces deux organisations.

Jacques Edjangue est titulaire d’un MBA de l'Université d'État du Colorado (États-Unis), d’un Master II en interprétariat de l'Université de Buea (Cameroun) et d’un Master II en traduction du Centre universitaire de Buea (Cameroun). Il est également détenteur d’un diplôme en langue et littérature anglaise et française de l'Université britannique d’East Anglia et d’une Maîtrise en littérature afro-américaine de l'Université de Yaoundé I (Cameroun).

Évoquant la nomination de Jacques Edjangue, le président Akinwumi Adesina a déclaré : « Je suis ravi de nommer à ce poste un spécialiste doté d’une expérience aussi riche que pointue en des domaines critiques du département, surtout en tant que traducteur, interprète et réviseur. Jacques enrichira cette fonction de tout l’éventail des meilleures pratiques observées dans d'autres organisations de très haut niveau. Je suis convaincu qu'il apportera une contribution significative aux opérations de la Banque ».


Sections Connexes

Contact