La BAD renforce son soutien à l’amélioration de la gouvernance et de la croissance au Niger

16/02/2012
Share |


Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)  a mis à la disposition du Niger une enveloppe de plus de 11,7 millions d’euros (7,700 milliards de francs CFA) par l’intermédiaire du Fonds africain de développement, pour l’amélioration de la gouvernance et de la croissance. Ce prêt concessionnel finance un projet intitulé PAMOGEF, c’est- à-dire le  projet d’appui à la mobilisation des ressources internes et à l’amélioration de la gouvernance économique et financière.  

Le projet sera exécuté sur 4 ans et contribuera au renforcement des capacités des ministères en charge du plan, des finances, des mines, de l’énergie et du pétrole, ainsi que des structures de contrôle et de la promotion de la bonne gouvernance.

Le prêt a été signé le 10 février 2012, à Tunis, par Amadou Boubacar Cissé, ministre du plan, de l’aménagement du territoire et du développement communautaire, gouverneur de la BAD pour le Niger, et par le vice-président de la BAD chargé des opérations par intérim, Janvier Litse. Il avait été approuvé le 26 janvier 2012 par le Conseil d’administration de la BAD.

L’intervention du Groupe de la Banque africaine de développement dans ce pays s’articulera autour de trois pôles : l’amélioration de la mobilisation des ressources internes et de la gouvernance du secteur extractif ; l’amélioration de la programmation économique et du processus budgétaire et la gestion de ce projet.

Le ministre Amadou Cissé a exprimé sa satisfaction des interventions de la BAD dans son pays, qui ont permis de parvenir à des résultats qu’il a qualifiés de « substantiels», notamment dans la consolidation du cadre macroéconomique et la réalisation d’investissements structurants. «La Banque africaine de développement a été, et demeure l’un des principaux partenaires extérieurs techniques et financiers depuis 1970 au Niger, au regard du volume de financements et de la qualité de son portefeuille de programmes,» a-t-il souligné.

Selon les experts de la banque, la mise en œuvre efficace du projet permettra, entre autres,  l’augmentation du taux de pression fiscale de 13 pour cent à 15 pour cent ;  l’accroissement de la contribution du secteur extractif au budget national de 20 pour cent à 40 pour cent ; la régularité de l’élaboration et de la diffusion des rapports sur l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) sur les recettes minières et pétrolières.

Le portefeuille actif de la BAD au Niger fait ressortir un volume financier d’environ 146 milliards de francs CFA (222 millions d’euros). «Nul doute que cette coopération se renforcera davantage pour le progrès économique et social de votre pays,» a dit le vice-président de la BAD, Janvier Litse.

Au-delà des aides budgétaires et des projets, la BAD a participé à toutes les initiatives d’allègement de la dette publique du Niger pour une meilleure soutenabilité de la dette à moyen et long termes. 


Soumettez vos commentaires

Pas de commentaires




CAPTCHA


Explorez nos activités

Select a country

Explorez nos
activités