Indice 2014 de transparence de l’aide : la BAD au 8e rang

09/10/2014
Share |

Le mercredi 8 octobre 2014, Publish What You Fund (« Publiez ce que vous financez ») a publié son Indice de transparence de l’aide* annuel (ATI), à Washington D.C. Dans ce classement, la Banque africaine de développement (BAD) a enregistré l’une des plus fortes performances en termes de transparence durant l’année et se classe dans le top 10 des 68 donateurs recensés. Depuis 2013, la BAD a accompli des progrès significatifs pour améliorer la transparence de ses informations relatives à l’aide. Gagnant 10 points de pourcentage par rapport à l’année précédente, son score sur l’ITA pour 2014 s’élève à 74,52 %, la classant au 8e rang, en tête de liste des organisations ayant enregistré de bonnes performances.

En juillet 2013, lorsqu’elle a commencé à rendre ses données publiques, la BAD était alors la première banque de développement multilatérale à fournir des données précises, à caractère géographique et portant sur le secteur privé, grâce à l’Initiative internationale de transparence de l’aide (IATI). En 2014, la publication IATI de la BAD s’est élargie avec 12nouveaux champs d’informations supplémentaires, et la Banque à mis à jour son calendrier de mise en œuvre avec l’intention de remplir jusque 94 % des champs requis et évalués par l’IATI d’ici fin 2015, conformément aux engagements pris à Busan en matière de transparence.

Lors du lancement de l’ITA 2014, Rachel Rang, directrice de “Publish What You Fund”, a pris en exemple les progrès qu’a accomplis la BAD en matière de transparence, déclarant qu’« il est possible de progresser, et de progresser rapidement. » Toutefois, il reste encore à la BAD des défis à relever, comme la mise à disposition des budgets prévisionnels avec des liens vers les documents y afférant et les données de résultats pour chacune des activités des projets. En outre, la Banque va promouvoir et faciliter l’accès et l’utilisation de ces informations afin de les rendre conviviales pour les parties prenantes internes et externes, tout en renforçant la qualité de ses données.

« Pour nous, la transparence représente une priorité majeure et nous avons consacré beaucoup d’efforts à s’assurer que nous intégrons les principes de transparence dans nos méthodes de travail », a écrit Donald Kaberuka, président de la BAD, sur son blog, le 8 octobre.

Une meilleure transparence « est un moyen pour parvenir à une fin », a poursuivi Donald Kaberuka ; « à savoir, l’utilisation plus efficace des ressources publiques et, finalement, une plus forte obligation de rendre des comptes a ux personnes au service desquelles nous nous sommes mis. »

Dans cette perspective, la BAD a lancé, en mai 2014, une nouvelle plateforme en ligne - MapAfrica -, qui permet de visualiser à travers toute l’Afrique les lieux et projets où la Banque a réalisé des investissements. Mise à jour en permanence, cette plateforme informe sur les résultats et les bénéficiaires des projets.

En 2013, la BAD a lancé une nouvelle politique de diffusion et d’accès à l’information (DAI), plaçant ainsi la transparence au cœur de son travail. La BAD conçoit l’IATI comme une initiative stratégique visant à poursuivre la mise en œuvre de sa politique DAI. Cette initiative repose sur les principes de bonne gouvernance − la transparence tout particulièrement −, l’obligation de rendre des comptes et la diffusion d’informations relatives aux opérations de la Banque. Ces principes sous-tendent également sa Stratégie décennale (2013-2022), qui entend favoriser une croissance économique inclusive sur le continent.

* L’indice ATI s’appuie sur les informations transmises à la Norme de l’Initiative internationale de transparence de l’aide (IATI).